Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 34ème édition du Festival Humour & Eau salée
Saint-Georges-de-Didonne  août 2019

Pour sa 34ème édition, le Festival Humour & Eau salée avait pour thème "Cirque et Cuisine, mais pas forcément ensemble".  Il aura vu pendant une semaine des spectateurs de plus en plus nombreux se déplacer sur les différents points de la ville avec de nombreux spectacles, pour la plupart gratuits. 

Du cirque (très présent cette année et pour cause...) à la musique en passant par du théâtre ou de la déambulation (avec l'exquise Emma la clown, notamment), "Humour & Eau salée" aura encore proposé, avec une cinquantaine d'artistes, un très éclectique panorama de spectacle vivant pour un large public. De l'humour et de la dérision mais aussi de la poésie, de la réflexion et surtout des rencontres dans des lieux variés.

Il faut rendre hommage aux bénévoles qui, une nouvelle fois, auront été formidables et sans qui ce festival ne pourrait avoir lieu tant ils sont partout à la fois. Avec toujours leur inaltérable sourire. Ce qui ne trompe pas, c'est que tous les artistes sans exception les auront remerciés à la fin de leurs prestations.

Voici quelques spectacles vus parmi la vingtaine de propositions...  

Le Romain-Michel Street chaud
Spectacle circassien des Romain-Michel

Sortis d'une caravane sur la chanson auquel leur nom fait référence ("T'as la touche Manouche"), Les Romain-Michel, partis à la découverte de l'Amérique et tombés en panne à Saint-Georges-de-Didonne, commencent un spectacle destiné aux curieux massés dans l'herbe tout autour d'eux. Quand un flash radio annonce que trois dangereux individus sont recherchés par la police...

Le trio patibulaire démarre alors une impressionnante démonstration de jonglage à trois (où ils se volent les massues). Il y a Romano, l'ainé, Michel le petit nerveux et Ricardo la pièce rapportée trouvé par leurs parents dans un manège. C'est rythmé et très drôle.

Bras cassés en apparence, les trois compères sont en réalité extrêmement doués et rompus à diverses disciplines de jonglage (massues mais aussi sabres ou diabolos) et de très bons musiciens. Ils interprètent des chansons accompagnés à la guitare et à l'accordéon. Et réaliseront même un mémorable solo de guitare à quatre mains.

Leur "Romain-Michel Street chaud" se termine en apothéose avec un numéro de saut à vélo et un final "à l'américaine" en feu d'artifice. Dialogues efficaces et corrosifs, bel équilibre entre les trois, show déjanté : les américains ont raté un sacré trio de romanichels !

La Valise.
Spectacle circassien de Ezec Le Floc'h.

L'homme a plus d'un tour dans sa valise. Sac à dos en bandoulière, il terminera debout sur une chaise pliante, elle-même en équilibre sur une caisse. Aidé par de nombreux spectateurs, il proposera une démonstration de sa grande spécialité : le bilboquet (aussi lisse que son crâne chauve).

Avec l'accent mis sur la gestuelle, "La Valise", le spectacle au vocabulaire volontairement réduit d'Ezec Le Floc'h est du pur burlesque visuel qui intègre de la danse, du mime ainsi qu'un petit grain de folie.

L'homme continue après sa démonstration à donner des conseils aux futurs champions de cette discipline qui demande adresse et concentration.

Kim Schwarck Des papilles dans le ventre
Seul en scène écrit et interprété par Kim Schwarck.

Kim Schwarck raconte dans un spectacle quasiment autobiographique son amour pour la nourriture. Enumérant les sensations, les senteurs et les saveurs s'y rapportant. 

Elle a écrit avec "Des papilles dans le ventre" un spectacle survitaminé où son débit impressionnant et son aisance font mouche. Avec la complicité de Pierre Notte pour la mise en scène (et la composition d'une très jolie chanson), elle conquiert sans mal une salle sous le charme.

Dans une précision de gestes et un rythme de folie, notre Kim rebondissante (au propre comme au figuré) prend le spectateur par la main pour le faire entrer avec grâce dans son monde coloré et appétissant.

Divisé en parties suivant les différentes faces de son superbe décor dessiné sur un paravent,  elle évoque souvenirs d'enfance entre premiers émois gastronomiques et l'épreuve de la leucémie.

Avec émotion mais sans pathos, elle enchante de sa générosité et de sa poésie, joue avec  les mots, se régale d'énumérer ses petits bonheurs simples et bouleverse par son amour de la vie.

Un spectacle qui rend indiscutablement heureux.

La Brise de la Bastille
Spectacle circassien de Moïse Bernier.

Tandis qu'un musicien à la guitare électrique installe une ambiance bluesy puis carrément rock'n roll, un clown vêtu de rouge apparaît soudain à une fenêtre du bâtiment en arrière-plan.

 Escaladant la façade, après avoir tenté de passer sur les parasols installés sur les terrasses de cafés, il finira par descendre le long d'une colonne de béton pour rejoindre les gens assis au pied d'un mât chinois.

Son arrivée est celle d'un homme à bout de force qui cherche à réveiller les consciences. Interpellant les gens sur les SDF ou l'environnement, Moïse Bernier avec "La Brise de la Bastille" conjugue réflexion et explosivité.

Monté en haut du mât, la tête en bas, il flirte avec le vide et la gravité, descendant à la verticale, en lente brasse coulée. Dans ce numéro à couper le souffle et fort en émotions, il finira par jouer du violon (en équilibre, haut au dessus du sol) pour adoucir un peu ce monde mal en point.

Poétique et exceptionnel.

Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville
One man show écrit et interprété par Warren Zavatta.

Warren Zavatta a une dent contre le cirque. Ce n'est pas faute d'y avoir goûté. Mais, ce petit-fils d'Achille Zavatta, après des heures et des heures de répétitions de numéros de jonglage, d'acrobatie ou de magie contraints par "La grande famille du Cirque" a frôlé l'overdose, lui qui ne rêvait que de devenir comédien et de jouer Shakespeare.

Dans "Ce soir dans votre ville", Warren Zavatta, amer et cynique, démystifie le monde du cirque, balance sur les méthodes parfois peu orthodoxes et va même jusqu'à expliquer les tours les plus connus.

  Avec un bel abattage et un bagout de bonimenteur forain, le "romano Warren" comme il se décrit lui-même, règle ses comptes avec un milieu qu'il connaît par coeur et qu'il aime, malgré toute sa dérision.

Un jubilatoire jeu de massacre et un impressionnant et polyvalent show-man. 

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=