Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kintu
Jennifer Nansubuga Makumbi  (Editions Métailié)  août 2019

C’est une première pour moi, me lancer dans la lecture d’un ouvrage tout droit venu d’un pays africain méconnu, l’Ouganda. Évidemment, pour découvrir des ouvrages venus d’ailleurs, c’est souvent vers les éditions Métailié qu’il faut se tourner, elles qui ont l’habitude de nous offrir des ouvrages latino-américains et africains.

Alors voilà, me voilà avec entre les mains un bon gros roman africain écrit par une auteure ougandaise au nom pas si facile à prononcer. Son titre, Kintu, aussi court qu’intriguant ! C’est le premier roman de cette auteure qui a étudié et enseigné la langue anglaise en Ouganda avant de poursuivre ses études en Grande-Bretagne, à Manchester, où elle vit aujourd’hui. Kintu, lauréat du Kwani Manuscript Project en 2013, sélectionné pour le prix Etilasat en 2014, a reçu un accueil critique et public extraordinaire, aussi bien en Afrique qu’aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. A chaque fois, les critiques ont salué un roman époustouflant de maîtrise.

Kintu, c’est le nom du gouverneur d’une province du royaume du Buganda qui a tué accidentellement son fils adoptif d’une gifle malheureuse en 1750. Depuis, un sort est lancé sur tous ses descendants, les vouant à la folie, à la mort violente, au suicide. Et il faut dire que les malédictions ont la vie dure.

Et en effet, trois siècles plus tard, les descendants de Kintu semblent abonnés au tragique : Suubi, harcelée par sa sœur jumelle qu’elle n’a jamais connue, Kanani le "réveillé" évangéliste, fanatique mais lubrique, Isaac Newton, torturé par l’idée d’avoir transmis le sida à sa femme et à son fils. Et enfin, Miisi, le patriarche, l’intellectuel éduqué à l’étranger, hanté par des visions et des rêves où s’invitent l’enfance, les esprits, l’histoire du clan et de la nation tout entière. Un par un, ils sont appelés par les anciens du clan dans une forêt aux confins de l’Ouganda, en une ultime tentative de conjurer le sort.

Je me rends compte à la lecture de ce livre que j'apprécie de plus en plus la littérature africaine qui n'a rien à envier aux autres continents. Mené sur un rythme trépidant, la lecture de cet ouvrage autour d'une malédiction gémellaire et de leurs descendants nous plonge au cœur de traditions ancestrales passionnantes.

Après un prologue qui nous raconte un meurtre en nous laissant perplexe, ne sachant pas où l'on va, l'ouvrage s'ouvre sur une premiere partie consacrée à Kintu. La malédiction s'installe au fil des pages, déroulant une intrigue que les parties suivantes vont compléter. Les parties suivantes sont consacrées aux différents descendants qui donnent le nom aux parties. Chacun, à leur manière, nous font vivre cette malédiction.

Alors voilà, ce roman de Jennifer Nansubuga Makumbi est une petite merveille de livre, un ouvrage qui nous transporte à l’intérieur d'une famille hors du commun qui déborde de sentiments. Envoûtant au possible, il procure au lecteur un plaisir de lecture jubilatoire, au cœur de la culture africaine.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Jennifer Nansubuga Makumbi


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 10 mai 2020 : Sortez Masqués !

Le confinement se termine officiellement, on ne sait pas pour combien de temps mais n'oubliez surtout pas de sortir masqués ces prochains jours. En attendant que les spectacles vivants reprennent ... et ce n'est pas pour tout de suite, voici notre sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Soir paien" de Alexis Kossenko, Anna Reinhold & Emmanuel Olivier
Interview de Morgane Imbeaud accompagnée d'une belle session acoustique
"Enrique Granados : Oeuvres pour piano" de Myriam Barbaux-Cohen
"For their love" de Other Lives
"Schubert, sonates pour piano D.845 & D.850" de Philippe Cassard
"Nothing is never over" de The Eternal Youth
"Brute Art" de InRed
"Dark Heart" de TV Party
"Superficial please" de Match
et toujours :
"Les saisons volatiles" de Babx
"Stray" de Bambara
"Love songs" de Batist & the 73' à découvrir en concert live le 5 mai à 19h30 ici
"Content" de Miro Shot
"Invisible" de Benoit Bourgeois
"La traversée" de Bertand Betsch
"Danzas" de Cuareim Quartet & Natasha Rogers

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations
"La Nuit des taupes"
"To my only desire"
"Vous n'aurez pas ma haine"
"A 90 degrés"
du théâtre classique et moderne revisité :
"Le Marchand de Venise"
"Rosmersholm"
des comédies :
"Le Syndrome de l'Ecossais"
"Paprika"
"Toc-Toc"
"Alors on s'aime"
du côté des humoristes :
Raymond Devos à lOlympia
"Les Vamps à Lourdes"
Au Théâtre ce soir :
"8 Femmes"
"L'Ecole des contribuables"
"Le Bon Débarras"
du vaudeville dans son temps :
"Un Fil à la patte"
"Tailleur pour dames"
et toujours des classiques :
"Les Fausses Confidences"
"Les femmes savantes"

Expositions :

voir ou revoir l'exposition "Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André en vidéo
des visites d'expositions commentées par les commissaires :
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay
parcourir l'Hexagone :
à Calais pour découvrir la Cité de la Dentelle et de la Mode
et à Toulouse au musée d'art contemporain Les Abattoirs
partir ensuite pour l'Europe :
à Vienne vers le Musée Albertina
en Allemagne avec l'Alte Nationalgalerie Staatliche à Berlin
puis s'envoler pour le Mexique vers le Musée Robert Brady à Cuernavaca et remonter vers le Brésil et le Musée National des Beaux-Arts de Rio de Janeiro
enfin revenir à Paris pour découvrir le Musée Nissim de Camondo

Cinéma at home avec :

voir ou revoir en streaming
du drame étasunien :
"L'Autre rive" de David Gordon Green
"Trop jeune pour mourir" de Robert Markowitz
des super héros et du fantastique :
"Ghost Rider" de Mark Steven Johnson
"Invisible" de David S. Goyer
du cinéma d'animation :
"Dante Inferno" de Victor Cook, Mike Disa et Shuko Murase
du divertissement :
"Pétrole ! Pétrole ! " Christian Gion
"La Famille Addams  de Barry Sonnenfeld
enfin au Ciné Club, du cinéma français des années 50 :
"Les Diaboliques" de Henri-Georges Clouzot
"Les Grandes manoeuvres" de René Clair
"Coiffeur pour dames" de Jean Boyer
"Les Amants de Tolède" de Henri Decoin
une rareté avec "Adam est Eve' de René Gaveau
et une curiosité avec "Rêves" de Akiro Kurosawa doublé en espagnol

Lecture avec :

"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret
et toujours :
"PLS" de Joanne Richoux
"Le nouveau western" de Marc Fernandez
"La femme révélée" de Gaëlle Nohant

Froggeek's Delight :

Suivez la chaine Twitch de Froggy's Delight pour des lives Jeux vidéos tout au long de la semaine mais aussi des concerts (en direct et en replay).

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
- 21 juin 2020 : la Fête de la Musique Sanson
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=