Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les liens
Domenico Starnone  (Editions Fayard)  août 2019

Quelques semaines après avoir lu l’ouvrage de Marco Missiroli, je me retrouve de nouveau avec un ouvrage transalpin qui parle aussi du couple. Ici, c’est au tour de Domenico Starnone de nous proposer un ouvrage d’à peine 170 pages qui nous fait pénétrer dans l’intimité d’une famille napolitaine.

Domenico Starnone est né en 1943 à Saviano, près de Naples, est écrivain, journaliste et scénariste. Auteur d’une dizaine de livres, Domenico Starnone a obtenu le prestigieux prix Strega en 2001 pour son roman Via Gemito (Fayard, 2004). Les Liens, paru en 2015 en Italie, a reçu un accueil critique exceptionnel et a été traduit dans trente pays.

Comme beaucoup de mariages, celui de Vanda et d’Aldo a essuyé le feu des épreuves, l’usure et le poids de la routine. Et pourtant, il en est sorti intact. Du moins en apparence. La faille au sein de leur couple, la trahison d’Aldo, remonte à un passé lointain. A y regarder de plus près, les fissures et morceaux recollés sautent aux yeux. C’est un vase craquelé qui peut se briser au moindre contact. Peut-être même a-t-il déjà éclaté, même si nul ne veut l’admettre.

L’ouvrage est construit autour de trois grandes parties. La première partie a pour narratrice l’épouse et s’adresse à son mari. Sur un ton assez dur, elle s’adresse à celui qui l’a trompé avec une autre femme, l’invitant à réfléchir sur son départ du foyer et ses conséquences pour les jeunes enfants. Cette partie nous permet de voir le désarroi de cette épouse et la colère qui l’accompagne du fait que son mari soit parti dans les bras d’une autre.

La seconde partie a pour narrateur le père après qu’il soit revenu dans le cocon familial. Beaucoup plus longue, elle nous permet d’entrer dans l’histoire de ce couple, leur rencontre, la naissance des enfants et leur vie commune. Elle détaille aussi sa rencontre avec Lidia et sa vie à ses côtés après son départ du foyer.

La dernière partie a pour narratrice, Anna, la fille du couple, qui est devenu adulte. Elle nous montre la perception de ces enfants vis-à-vis de la relation compliquée des parents en revenant sur des évènements racontés dans les parties précédentes, perçus différemment par ces enfants.

A travers ce récit subtil et tranchant en trois parties, l’auteur nous fait pénétrer dans l’intimité d’une famille italienne saisie à différentes époques. Il nous raconte l’histoire d’une fuite mais aussi d’un retour, d’une débâcle qui lie ensemble chacun des membres et les précipite dans un redoutable carnage domestique. De nombreuses questions se posent à cette famille. Que sommes-nous prêts à sacrifier pour ne pas nous sentir piégés ? Que perdons-nous lorsque nous choisissons de faire table rase du passé ?

Lu d’une traite en deux heures, Les liens de Domenico aura été une lecture percutante et captivante qui nous fait beaucoup réfléchir sur le couple autour de l’infidélité et ses conséquences. Sa structure narrative polyphonique nous permet de l’appréhender autour de points de vue différents qui se confrontent.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Domenico Starnone


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
- 3 mai 2020 : Déconfi...ture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=