Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le siècle des dictateurs
Sous la direction d'Olivier Guez  (Editions Perrin)  août 2019

Voilà un livre que j'attendais particulièrement depuis que j'ai eu connaissance de la sortie de cet ouvrage pour deux raisons. Tout d'abord parce que j'aime particulièrement les écrits d'Olivier Guez, notamment son  dernier ouvrage, La Disparition de Josef Mengele. Enfin, l'ouvrage est annoncé, et je n'en doute pas en voyant les nombreux auteurs qui ont participé à sa rédaction, comme une référence sur les dictateurs du 20ème siècle.

Pour nous présenter le portrait de 22 dicta ayant traversés le 20ème siècle, Olivier Guez s'est entouré d'une pléiade d'historiens de références : Nicolas Werth (Staline), Pierre-François Soury (Tôjô Hideki), Bénédicte Vergez-Chaignon (Pétain), Stéphane Courtois (Lénine), Eric Roussel (Franco), Christian Destremau (Khomeyni). Il s'est aussi entouré de grands journalistes comme Jean-Christophe Buisson (Tito), Emmanuel Hecht (Stroessner) et François-Guillaume Lorrain (Enver Hodja). Laurence Debray s'est attelée au personnage de Fidel Castro et l'ancien ambassadeur et directeur de la DGSE, Bernard Bajolet,  nous dresse les portrait d'Assad, père et fils. En guise d'introduction, on trouve une remarquable préface d'Olivier Guez.

En seulement cinq ans, de 1917 à 1922, le monde contemporain, sortant de la tragédie de la Première Guerre mondiale, invente un monstre à deux têtes rouge et noir, autrement dit le communisme et le fascisme, ce dernier métastasant en brun avec le nazisme en 1933.

Si leurs idéologies diffèrent largement, les dictateurs partagent en revanche la haine de la démocratie, la détestation du bourgeois et le refus subséquent du capitalisme, au profit d'une pratique du pouvoir reposant sur la terreur.

Condamnées par l'histoire, les dictatures n'en finissent pas  de mourir, comme le prouve l'avènement de la théocratie iranienne ou le drame actuel du Moyen-orient. Malheureusement, tous les continents ont eu à subir la dictature et certains la subisse encore.

Pour y voir clair et proposer un autre regard sur cette forme absolue de l'absolutisme, Olivier Guez a donc rassemblé un ensemble d'auteurs exceptionnel. Plutôt que l'étude des régimes, il a fait le choix d'une approche biographique par l'histoire de ses chefs, célèbres ou méconnus, chacun jouant un rôle prépondérant au sein d'un régime qu'il marque d'abord de son empreinte.

Alors évidemment, parmi les vingt-deux salopards racontés dans l'ouvrage, certains ont fait l'objet de nombreux ouvrages qui font que je connaissais déjà l'essentiel de leur histoire, de leur régime et de son fonctionnement. D'autres, moins connus, ont fait l'objet d'écrits moins conséquents mais se révèlent être de véritables despotes que l'on découvre (en partie) au travers de nombreuses anecdotes particulièrement sanguinolentes. Les chapitres consacrés à Enver Hodja, considéré comme le dernier des staliniens, à Mobutu, à Alfredo Stroessner mais aussi au couple Duvalier se sont avérés être particulièrement intéressants puisqu’ils m'ont permis de mieux appréhender ces personnages.

L'ouvrage s'interesse aussi aux trois Kim Corée du nord) mais aussi à Saddam Hussein, Tito et Honecker. Tous ces personnages analysés permettent au lecteur de réfléchir sur les origines du totalitarisme. A chaque fois, on comprend mieux comment il naît, souvent en fonction d'un contexte bien particulier et comment il s'impose.

Olivier Guez nous précise que ce genre de régime n'a pas disparu, que la saga qu'il vient de nous proposer avec l'aide d'éminents historiens n'est pas finie et il s'inquiète particulièrement des réseaux sociaux, de la surveillance généralisée qui, pour lui, offrent au dictateur d'aujourd'hui des moyens dont leurs prédécesseurs n'auraient pas osé rêver.

Le siècle des dictateurs est donc un excellent ouvrage, érudit et brillant, particulièrement passionnant et à la portée de tous. Il s'avère déjà être un livre référence sur le sujet et siégera comme il se doit dans ma bibliothèque aux côtés d'autres ouvrages de même talent.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "La Disparition de Josef Mengele" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Olivier Guez
Le Facebook de Olivier Guez


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
- 21 juin 2020 : la Fête de la Musique Sanson
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=