Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un autre tambour
William Melvin Kelley  (Editions Delcourt)  septembre 2019

Voilà un ouvrage à l’histoire bien particulière qui risque beaucoup de faire parler de lui en cette rentrée littéraire. Considéré par Le New-Yorker comme "le géant oublié de la littérature américaine", cet ouvrage de William Melvin Kelley nous arrive enfin, en français, dans une édition soignée proposée par les éditions Delcourt Littérature.

Cet ouvrage a été publié il y a cinquante ans déjà, en 1962 pour être précis. Son arrivée entre nos mains et le fruit de sa découverte, dans une brocante, par une auteure et journaliste américaine nommée Kathryn Schulz. L’ouvrage l’inspire pour écrire un article dans le New-Yorker avec pour titre "le géant oublié de la littérature américaine". L’ouvrage est aujourd’hui en cours de republication dans le monde entier.

William Melvin Kelley est né à New-York en 1937 et a grandi dans le Bronx. Il a 24 ans lorsque paraît son premier roman, Un autre tambour, accueilli en triomphe par la critique américaine. Ce jeune auteur, promis à une brillante carrière, disparaît ensuite de la scène littéraire. Pourquoi et comment ? Par une décision consciente, la réponse étant contenue dans son premier roman.

En 1966, il couvre le procès des assassins de Malcom X pour un journal, ce qui éteint ses derniers rêves américains. Anéanti par le verdict, il regagne le Bronx, les yeux plein de larmes et la peur au fond du cœur. Il ne peut se résoudre à écrire que le racisme a encore gagné pour un temps, pas maintenant qu’il est marié et père. Il part ensuite avec sa famille vers Paris avant de s’installer en Jamaïque en 1977. Il est l’auteur de quatre romans et d’un recueil de nouvelles et a produit un film avec Steve Bull. William Melvin Kelley est mort à New-York en 2017.

C’est donc une immense chance de pouvoir avoir entre ses mains Un autre tambour, cet ouvrage passé aux oubliettes, qui résonne encore aujourd’hui et qui ne semble pas avoir pris une ride tant ce qu’il nous raconte s’avère être un mélange de puissance et d’intemporalité. C’est un livre magnifique que nous offre donc les éditions Delcourt, un véritable choc littéraire que l’on n’est pas prêt d’oublier.

L’histoire se déroule en juin 1957, à Sutton, une petite ville tranquille d’un état imaginaire entre le Mississippi et l’Alabama. Un jeudi, Tucker Caliban, jeune fermier noir, répand du sel sur son champ, abat sa vache et son cheval, met le feu à sa maison et quitte la ville à son tour. Le jour suivant, toute la population noire de Sutton déserte la ville à son tour.

Quel sens donner à cet évènement, à cet exode spontané ? Quelles conséquences pour la ville, soudain vidée d’un tiers de ses habitants ?

L’histoire est alors racontée par ceux qui restent, à savoir les blancs. C’est donc un roman choral que nous propose l’auteur. Une histoire racontée par des enfants (on y trouve des passages particulièrement émouvants), des hommes et des femmes, des libéraux et des conservateurs. Une histoire racontée par des crétins blancs, des membres d’une famille qui possédaient les aïeuls de Tucker. Une histoire qui permet à l’auteur de multiplier les points de vue, de les décaler et de poser de façon inédite et gonflée pour l’époque la question raciale.

Les ouvrages qui ont pour thème le racisme et la ségrégation sont légions et il en sort régulièrement, souvent de grande qualité comme celui-ci ou celui de Tayari Jones. Ici, l’originalité et la grande qualité de l’ouvrage, au-delà de l’écriture magnifique de cet auteur, tient dans l’idée géniale qu’il a eu de donner la parole à des blancs pour parler des problèmes de noirs.

Dans l’ouvrage, ces noirs n’apparaissent pas ou peu, ils ont disparu comme ils ont quitté le village Sutton et ne sont donc présents que parce qu’en disent les blancs qui sont restés et les ont côtoyés. Ces blancs ne comprennent pas le départ des populations noires du village. Ils s’interrogent sur l’attitude de Tucker, son choix de tout plaquer, sans avoir de réponse. On y découvre des blancs qui méprisent les noirs tout en voulant les conserver dans le village. Au fil des pages, alors que les blancs traversent une totale incompréhension se dessine parallèlement le processus de libération des populations noires, un processus construit sur plusieurs générations.

Les grands livres ont toujours une grande fin et Un autre tambour ne déroge pas à cette règle. On sort de cette lecture en ayant la sensation d’avoir lu un immense livre qui nous questionne au travers d’une histoire alternative, féroce et audacieuse, porté par une qualité littéraire indéniable à laquelle se mêle une vision politique intelligente.

Un autre tambour est un immense livre, "le géant oublié de la littérature américaine" et l’on se doit de remercier profondément Kathryn Schulz, celle qui nous a permis d’y accéder.

 

En savoir plus :
Le site officiel de William Melvin Kelley
Le Facebook de William Melvin Kelley


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 9 février 2020 : On se calme et on se cultive

C'est reparti pour une sélection culturelle hebdomadaire très riche et variée avec plein de musique, de livres, d'expos, de cinéma et de théâtre pour chasser la morosité ambiante. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin
et toujours :
"A fuck toute, a love tout" de Rodrigue
"Sentinelle" de Superbravo
"Juillet" de En Attendant Ana
"Brahms : Fantasien, 116, Intermezzi, 117 & Klavierstucke OP 118" de Hortense Cartier Bresson
"Ce qui demeure" de Jean Louis Bergère
Philippe Katerine était au Fil de Saint Etienne avec Eveno
"Prévert parade" de André Minvielle et Papanosh
"Everything begins" de BO
"Bretagne[S]" de Ensemble Gustave
"The underground secession" de Feu Robertson
"Whosampled.com Part 2", le nouveau mix de Listen in Bed
"Paradais" de Tito Candela

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Supervision" au Théâtre 14
"Un amour de jeunesse" au Théâtre de la Renaissance
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Mots d'Elles" au Théâtre Essaion
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Eva Rami - T'es Toi !" au Théâtre de la Hucehtte
"Faire semblant d'être normaux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Viel chante Barbara" au Théâtre Essaion
"Macbeth" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Aux rats des pâquerettes" au Théâtre Pixel
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
et la chronique des spectacles à l'affiche

Expositions avec :

"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
la dernière ligne droite pour :
"L'âge d'or de la peinture anglaise" au Musée du Luxembourg
"Sculptures infinies, des collections de moulages à l'ère digitale" aux Beaux Arts de Paris

Cinéma avec :

"Un divan à Tunis" de Manele Labidi
"Deux" de Filippo Meneghetti
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan
et toujours :
"Basse naissance" de Kerry Hudson
"Comment le roi à perdu la tête" de Ville Ranta
"Et Mara ferma les yeux" de Denis Jeambar
"La cité de feu" de Kate Mosse
"La septième croix" de Anna Seghers
"Les sables de l'empereur" de Mia Couto

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
- 8 mars 2020 : La vie en (mo) rose
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=