Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mondrian figuratif
Musée Marmottan-Monet  (Paris)  Du 12 septembre 2019 au 26 janvier 2020

"Mondrian figuratif", le titre interpelle dès lors qu'il se rapporte au peintre néerlandais Piet Mondrian (re)connu comme l'un des pionniers de l’abstraction géométrique et co-fondateur du mouvement De Stijl.

Et cependant tel est le sujet de l'exposition-événement proposée par Musée Marmottan-Monet avec la collaboration du Kuntsmuseum Den Haag de La Haye en retraçant, à partir des oeuvres réalisées entre 1891 et 1920, l'itinéraire du peintre par une l'approche d'une nouvelle réalité figurative qui le conduit aux fameuses compositions en damier.

Evènement car elle présente une soixantaine d'oeuvres qui, outre leur qualité intrinsèque, sont pour une grande partie inédites en France, dont certaines faisant l'objet d'un dernier déplacement en raison de leur fragilité, et elles appartiennent à un florilège résultant de la sélection opérée par l'artiste lui-même pour la collection de son ami et mécène Salomon B. Slijper, laquelle a été léguée au Kunstmuseum.

De plus, elle démontre que le raccourci saisissant présenté en préambule entre le "Lièvre mort" de 1891, nature morte inscrite dans la tradition de la peinture hollandaise du 17ème siècle, et la "Composition n° IV" de 1914, n'est synonyme ni de rupture ni d'opposition entre figuration/abstraction.

La démonstration est assurée par le parcours en sept sections chronologiques élaboré par Marianne Mathieu, directeur scientifique du Musée Marmottan Monet, qui en assure le commissariat, démonstration soutenue par la scénographie éclatante articulée par de judicieux points de fuite réalisée par Anne Gratadour

Mondrian figuratif : saisir l'essence de la nature pour rendre visible le spirituel dans l’art

Soutenant l'affirmation que Piet Mondrian est un grand maître de la peinture figurative du 20ème siècle, Marianne Mathieu retrace le cheminement conceptuel du peintre pour atteindre l'essence des choses, telle que prônée par la théosophie à laquelle le peintre a adhéré en ralliant la Société théosophique des Pays-Bas en 1909, dans un art qu'il qualifiait de "superréaliste".

A la représentation réaliste se substitue une abstraction transcendantale par la quête "d'harmonie à travers l'équivalence des lignes, non des lignes qui paraissent droites mais des lignes sensibles, des couleurs et des surfaces" et la révélation du monde à travers la couleur et son rayonnement menant à "la vision véritable de la vérité".

Celle-ci se traduit par l'éclatement de la forme décorative et l'affranchissement progressif des règles de la perspective, cette vision de l’espace qui soutient une profondeur illusionniste, et des repères figuratifs pour expérimenter et l'élaboration, néanmoins à partir d'un substrat figuratif certes non aisément identifiable, d'une nouvelle réalité plastique.

Cette évolution intervient principalement par la voie de la peinture de paysage, genre de prédilection de Mondrian

Ses oeuvres de jeunesse s'inscrivent dans le sillage de l'’école de La Haye avec des panoramiques aux teintes sourdes et dans lesquels sont déjà décelables les lignes-forces de l'horizontale et de la verticale qui sont qualifiés d'atmosphériques ressortant au genre du paysage intérieur ("Paysage du soir sur le Gein","Arbres au bord de l'eau", "Arbre", "Champ avec arbre au crépuscule").

Puis le cadrage se resserre sur un motif, dont celui typiquement batave et récurrent du moulin, qu'il va traiter concomittament de manière abstraite (""Composition ovale en plans", "Tableau N°4/Composition N°VIII / Composition n°3") et figurative ("Moulin sous le soleil", "Moulin le soir","Moulin à vent le soir").

Entre deux, et avant de filer vers le néoplasticisme, Mondrian a exploré les aplats et la couleur dans une interprétation libre du fauvisme et du luminisme ("Moulin dans la clarté du soleil", "Dévotion", "Dune II", 'Dune III", "Phare à Westkapelle").

Tout comme il a interprété à sa façon le cubisme avec une éblouissante palette chromatique lumineuse ("Clocher en Zélande" et "Moulin").

En 1919, la conversion est achevée ouvrant la voie à ses emblématiques toiles au format proche du carré et aux damiers de couleurs vives même s'il ne renie pas la coexistence figuration/abstraction telle qu'il la représente dans son autoportrait officiel posant en buste devant une de ses "compositions".

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée Marmottan-Monet

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Marmottan-Monet


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
- 8 mars 2020 : La vie en (mo) rose
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=