Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rétrospective Hal Hartley - The Long Island Trilogy
  (Paris)  A partir du 26 septembre 2019

Au début des années 1990, quand on parlait de cinéma indépendant américain, cela rimait souvent avec Hal Hartley.

En quelques films, dont les trois qui ressortent sur les écrans ("L'incroyable vérité", 1989 ; "Trust me", 1991 ; "Simple Men", 1992), il avait conquis un public français assez fidèle, au point qu'en 1994, Isabelle Huppert sera en tête de la distribution d'"Amateur".

Vingt-cinq ans après, on pourra donc voir ou revoir les premiers films de ce cinéaste qui, malheureusement, alors qu'il continue sa carrière – son dernier film à ce jour date de 2014 – est malheureusement moins présent sur les écrans français.

Pour ceux qui reverront des films qui avaient été appréciés à leurs sorties et bien côtés, il n'y a aucun doute : leur magie opère toujours. Aucun des trois films n'a pris un coup de vieux, aucune de leurs intrigues n'a un parfum désuet ni un goût de déjà vu.

On pourra même dire qu'Hal Hartley n'a pas suscité beaucoup d'émules, qu'on ne l'a pas copié ni plagié. C'est presque le procès d'un certain cinéma américain dont la trame a disparu que l'on pourrait faire : le cinéma "art et essai" américain, si tant est que la notion puisse avoir du sens, s'est formaté autour des "règles" non écrites qui caractérisent les films estampillés "Sundance", à commencer par un primat au scénario et à la description d'un "vrai" milieu.

Ceux qui découvriront le cinéma de Hal Hartley verront vite qu'ici le ton est d'une grande liberté, les personnages pas vraiment ancrés dans une réalité sociale, même s'ils sont souvent issus de petites villes et de milieux plutôt modestes.

Ce qui les caractérisent, c'est leur goût extrême de la liberté, la capacité qu'ils ont de quitter le carcan familial qui les étouffe. Quand ils sont dans des situations compliquées, ils parviennent à sauter le pas sans qu'il y ait besoin de longues explications.

Hal Hartley filme cool des histoires qui ne le sont pas forcément et fait confiance en l'énergie de ses personnages.

On retrouve souvent les mêmes acteurs dont il tire le meilleur tout de suite sans avoir besoin de les avoir longtemps présentés ni définis. Certains d'entre eux ne retrouveront jamais une telle aisance, et des rôles aussi intéressants.

On pense à Martin Donavan, présents dans "Simple Men" et "Trust me", véritable alter ego du cinéaste qui promène son élégance dans son monde signifiant, certes, mais jamais soumis à une logique qui plomberait les possibilités de lui échapper.

On pense aussi à Adrienne Shelly, cette actrice magnifique au destin tragique, qui éclaire "The Unbelievable Truth" (L'incroyable vérité) et "Trust me". Quand elle passera à la réalisation, on sentira dans ses trois films, comme "Waitress" (2007), qu'elle n'a pas oublié les leçons de Hal Hartley.

Ce cinéma libre, léger mais jamais vain, creuse son sillon. On n'a jamais l'impression d'un effet bulle de savon et c'est là le mystère d'un cinéaste, qui, sans avoir l'air d'y toucher, plonge dans les aléas de toute existence, ses aléas qui concernent chacun des humains. Les personnages sont confrontés à un réel et ses hasards dont la banalité supposée peut à tout moment être remis en cause par un événement fatal.

On ne fera pas de hiérarchie entre les trois films choisis dans cette rétrospective Hal Hartley et l'on espère qu'on pourra voir enfin ceux qui ont eu une distribution plus aléatoire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=