Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Imposture posthume
Centre Culturel Suisse  (Paris)  octobre 2019

Fable dystopique écrit et mise en scène par Joël Maillard avec la coopération artistique de Nicole Genovese, avec Joël Maillard et Nicole Genovese.

Dans son précédent opus intitulé "Quitter la terre", le comédien, auteur et metteur en scène suisse Joël Maillard présentait une comédie dystopique présentant, sous forme d'une aventure galactique, la solution envisagée pour remédier au scénario catastrophe de l'extinction de l'espèce humaine, dans un avenir proche, pour cause de stérilité généralisée.

Avec "Imposture posthume", et toujours dans le genre science-fictionnel cyberpunk et post-apocalyptique, Joël Maillard procède à une projection anticipatrice à double détente, à la fin du 21ème siècle, qui signe la fin de l'Homme, et dans un avenir très lointain de plusieurs millénaires, pour livrer une spéculation divagatrice dans laquelle la catastrophe est survenue au profit d'une nouvelle espèce que l'Homme démiurgique a créé à son image, les humanoïdes, qui ont survécu à l'apocalypse.

Combinant satire, loufoquerie et questionnement existentiel, il a conçu une partition articulée par trois thématiques imbriquées, le transhumanisme, l'évolution des technologies NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, sciences de l?Information et sciences Cognitives) et la révolution technologique de l'intelligence artificielle qui, dans une acception large, pourrait conduire à doter les androïdes, automates désincarnés, d'affects et de fonctions de sociabilité.

A partir de la découverte en 2099 du corps momifié de Joêl Maillard tenant un disque de plastique contenant ses souvenirs notamment liés à sa participation à un protocole organisé par le COMA, centre d'observation des maturités augmentées, considérée comme la dernière preuve de l'existence humaine, s'imbriquent données réelles et fictions futuro-fantaisistes telles, et entre autres, le suicide par bronzage, la fusion de Dieu et du Père Noël et le saut de l'ange du haut du balcon de la basilique du dernier pape pendant la bénédiction de Noël.

Ainsi que la question fondamentale : la supra consciente synthétique, avatar du Big Brother, à la voix féminine, celle de la comédienne Nicole Genovese qui a apporté sa collaboration artistique, a-t-elle provoqué l'effondrement technologique globale après son premier discours à l'humanité du 1er avril 2099 ?

Avec son air de Pierrot lunaire et un humour pince-sans-rire, Joël Maillard dispense cette roborative et réflexive fantaisie rythmée par des inserts musicaux composés par Louis Jucker, lamento inarticulé des âmes errantes ou émanations sonores des futurs maîtres de l'Univers.

Et ce, dans une superbe scénographie plasticienne de Christian Bovey, avec un étrange symbole géométrique gravitationnel, une immense plaque de cuivre pour révéler l'ectoplasme du futur et deux sculptures de têtes aux traits grossiers qui évoquent les oeuvres modernes telles la "Tête en pierre" de Picasso et la " Tête héroïque" de Zadkine.

Jubilation et effarement au menu, avec en digestif, après une fondue étique, la citation de quelques unes des règles de vie susceptibles de rendre la vie la moins pénible possible éditées par le joyeux luron philosophe Arthur Schopenhauer.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec
la captation
de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquilité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=