Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Profession romancier
Haruki Murakami  (Editions Belfond)  octobre 2019

"Ecrire un roman n’est pas très difficle. Ecrire un roman magnifique n’est pas non plus si difficile. Je ne prétends pas que c’est simple, mais ce n’est pas non plus impossible. Ce qui est particulièrement ardu, en revanche, c’est décrire des romans encore et encore. Tout le monde n’en est pas capable. Comme je l’ai déjà dit, il faut disposer d’une capacité particulière, qui est certainement un peu différente du simple talent.

Bon, mais comment savoir si l’on possède cette aptitude ? Voici la réponse : plongez dans l’eau et voyez si vous nagez ou si vous coulez.

Bienvenue sur le Ring"

J’attendais avec impatience un nouvel ouvrage d’Haruki Murakami depuis la parution de son double ouvrage dernier, Le meurtre du commandeur. Mes souhaits se sont en partie réalisés avec la parution d’un nouvel ouvrage de l’écrivain japonais que l’on n’a plus besoin de présenter tant son œuvre est immense et géniale.

Un nouvel ouvrage du Japonais est donc disponible sur toutes les tables des bons libraires depuis le mois d’octobre mais ce nouvel ouvrage n’est pas un roman, c’est un essai, un ouvrage original constitué de douze textes autobiographiques drôles et intelligents sur l’écriture en général et sur un métier bien particulier, celui de romancier.

Profession romancier, le titre de l’ouvrage est donc l’occasion pour l’auteur japonais de nous dévoiler les ficelles de ses créations, de s’interroger sur l’avenir du livre tout en prodiguant des conseils et des encouragements à ceux qui souhaitent se lancer dans l’écriture, les futurs écrivains en herbe.

Tout en explorant ses plus chères obsessions et en distillant des réflexions sur la littérature, la lecture et plus largement la société japonaise, l’auteur dévoile les coulisses de son quotidien, où s’imposent persévérance, patience et endurance.

Le livre reste plaisant à lire, cela serait malhonnête de ne pas l’affirmer mais il reste à mes yeux nettement moins intéressant et plaisant que les romans ou les recueils de nouvelles de l’écrivain (pour tout vous dire, j’aime particulièrement ses romans, un peu moins ses recueils de nouvelles). N’ayant pas de velléités d’écriture de roman et ne pensant pas sortir le futur Goncourt dans les années à venir, les conseils prodigués par Murakami à ceux souhaitant se lancer dans l’écriture m’ont laissé un peu insensible.

L’ouvrage reste néanmoins intéressant car il nous dévoile les différents aspects du romancier sous la forme de différents chapitres. Les chapitres témoignent d’une grande sincérité de l’auteur qui nous présente avec précision son travail d’écriture ainsi que le plaisir qu’il prend à écrire. On comprend alors au fil des pages, la construction de certains ouvrages de l’auteur, ses inspirations aussi. Profession romancier est alors une autre façon de rentrer dans l’œuvre du romancier.

Alors voilà, Profession romancier n’est pas l’ouvrage indispensable de Murakami car il nécessite à mon avis d’avoir lu une bonne partie des livres de l’auteur pour bien l’apprécier. Il reste donc par contre un ouvrage très utile pour ceux qui souhaite pénétrer dans l’intimité de la création des ouvrages du maître. Murakami est un immense romancier, il nous le prouve à chaque fois qu’il publie un roman mais c’est aussi un être d’une grande générosité qui n’hésite pas à proposer à ses lecteurs une partie de ce qui lui permet d’avancer dans son métier d’écrivain.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Birthday Girl" du même auteur
La chronique de "Le Meurtre du Commandeur : Livre 1" du même auteur
La chronique de "Le Meurtre du Commandeur : Livre 2" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Haruki Murakami
Le Facebook de Haruki Murakami


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=