Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)
Odd Arne Westad  (Editions Perrin)  octobre 2019

Odd Arne Westad est un historien norvégien, en charge de l’histoire des relations internationales à la prestigieuse London School of Economics. Son expertise sur l’espace asiatique et le monde après 1945 est mondialement reconnue. Il est l’auteur d’une dizaine de livres de référence et le coauteur de la monumentale Histoire du monde en trois volumes publié chez Perrin en 2016 qui compte déjà 50000 lecteurs.

Pour l’auteur, la guerre froide est l’histoire d’une confrontation entre le capitalisme et le socialisme qui a atteint son paroxysme entre 1945 et 1989, bien que ses origines remontent à des temps bien plus anciens et que l’on en perçoive encore aujourd’hui les conséquences.

A ses moments les plus forts, elle a constitué un système international, en ce sens que la politique étrangère des grandes puissances mondiales y était liée. Elle a surtout contribué à cimenter un monde dominé par deux superpuissances, un monde dans lequel le pouvoir et la violence, où le chantage à la violence, sont devenus les critères des relations internationales ; un monde enfin où les convictions tendent vers l’absolu, chacun considérant que le seul bon régime est le sien, celui des autres étant intrinsèquement le mauvais.

L'objet du raisonnement du livre est donc que la guerre froide est née des grandes transformations mondiales de la fin du 19ème et que, cent ans plus tard, la hache de guerre s'est trouvée enterrée sous l'effet de changements rapides. En tant que conflit idéologique et système international, on ne peut donc l'appréhender qu'en termes de mutations économiques, sociales et politiques dont le spectre est beaucoup plus large et l'enracinement bien plus profond que les événements engendrés. Vous l'avez donc compris, pour l'auteur, l'idée que la guerre froide débute en Pologne en 1945 est discutable.

Le récit commence donc en 1890 avec les premières contestations venant d'un certain Lénine qui devra attendre presque trente ans pour faire la révolution en Russie. On voit alors déjà une idéologie se mettre en place, la dictature du prolétariat, s'opposant à celle en vigueur aux Etats-Unis.

Le récit nous montre aussi que la guerre froide ne se focalise pas sur le continent européen. Il n'élude pas les nombreux événements qui ont touché l'Europe mais il nous donne de nombreux renseignements sur d'autres espaces concernés par la guerre froide, notamment l'Inde et la Chine. Certains chapitres m'ont particulièrement passionné, notamment celui sur l'Inde et la guerre froide, celui sur l'Amérique Latine dans la guerre froide mais aussi celui sur Nixon et la Chine. J'ai enfin pris beaucoup de plaisir avec le chapitre concernant les Maelströms du Moyen-Orient.

Une fois encore, l'enseignant que je suis est ravi de cette lecture qui ne détaille pas des événements que je maîtrise bien, m'offrant davantage de renseignements sur d'autres que je vais pouvoir utiliser en classe.

Avec une remarquable hauteur de vue, l’auteur situe la guerre froide en tant que phénomène mondial dans une perspective séculaire, partant des années 1890, avec la première crise capitaliste mondiale et la radicalisation du mouvement ouvrier européen, et s’arrêtant une centaine d’années plus tard, autour de 1991, avec la chute du mur de Berlin, l’effondrement de l’Union soviétique et, en définitive, l’émergence des Etats-Unis comme véritable puissance hégémonique mondiale. Cette histoire mondiale de la guerre froide est une somme magistrale qui fera date.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
- 29 décembre 2019 : JOYEUSE ANNEE 2020 !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=