Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une famille presque normale
M.T. Edvardsson  (Editions Sonatine)  octobre 2019

Voilà un ouvrage qui a connu un énorme succès en Suède, pays de l’auteur, qui est en cours de traduction dans de nombreux pays et qui vient d’arriver en France, publié par Sonatine. Une famille presque normale est le premier roman traduit en Français de M. T. Edvardsson, une traduction qui devrait en amener d’autres à mon avis.

Cette famille presque normale, c’est la famille Sendell. Le père, Adam, est un pasteur respecté dans la petite ville de Lund, en Suède. Sa femme, Ulrika est une brillante avocate. Leur fille, Stella, dix-neuf ans, s’apprête à quitter le foyer pour un road-trip en Asie du sud-est.

C’est une famille normale, une famille comme les autres. Et comme toutes les familles de la ville, les Sendell se retrouvent horrifiés quand un important homme d’affaires, Christopher Olsen, est retrouvé assassiné. Ils le sont encore plus quand quelques jours plus tard la police vient arrêter Stella. Comment aurait-elle pu connaître Olsen ? Quelles raisons auraient pu la pousser à le tuer ? Il ne peut s’agir que d’une erreur judiciaire.

Au travers de ce récit construit en trois parties, chacun des membres de la famille tente à son tour de recomposer un puzzle dont il n’a pas toutes les pièces. C’est d’abord, Adam qui s’exprime, puis Stella, et enfin Ulrika. A chaque fois de nouvelles perspectives se font jour, la version précédente est remise en question, la vérité s’échappe. La seule évidence qui s’impose très vite, c’est qu’il n’existe aucune famille "normale".

Ce qui fait de cet ouvrage un livre malin, au-delà d’être addictif et de l’intrigue pour savoir qui a tué l’homme d’affaires, vient du choix de l’auteur de glisser le lecteur dans la peau des trois personnages du livre. On voit alors ce que sont capables de faire les deux parents pour protéger leur fille et aussi les interrogations qui tournent autour de Stella, personnage qui possède des pulsions particulières. Evidemment, les versions des trois protagonistes diffèrent alors qu’elles tournent toutes autour d’un seul et unique crime.

On pénètre alors au cœur de cette famille qui semble normale, se dévoile alors devant nos yeux leur intimité faite de failles et d’émotions. Des fausses pistes apparaissent, des révélations aussi et des éléments du passé ressurgissent pour dévoiler au final l’ultime vérité que l’on n’attendait pas.

Les éléments du livre qui décrivent le procès de la jeune fille sont aussi particulièrement intéressants et éclairants, nous dévoilant l’organisation judiciaire en Suède, le rôle et l’importance des avocats, d’autant plus que la mère dans l’ouvrage est elle-même avocate. C’est au cours de son récit que le lecteur obtient le dénouement final.

Une famille presque normale est donc un thriller de grande qualité, un ouvrage ingénieux qui nous plonge au cœur d’une famille qui nous fait réfléchir sur ce que nous serions capables de faire si les mêmes évènements nous arrivaient.

Des chapitres courts, très courts, un rythme intense fait de fausses pistes et de rebondissements, des mensonges et des mauvais choix, l’ensemble porté par une intrigue menée de mains de maître, il n’en fallait pas moins pour nous offrir un ouvrage particulièrement réussi, l’une des dernières sorties de l’année chez Sonatine qui nous aura encore livré une très belle année de polars et thrillers psychologiques.

 

En savoir plus :
Le site officiel de M.T. Edvardsson
Le Facebook de M.T. Edvardsson


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's

C'est la saison des soldes. Peut être l'occasion d'acheter au rabais quelques oeuvres d'artistes qui auraient mérité que l'on paie le prix fort. Qu'à cela ne tienne, voici le sommaire de la semaine rempli de découvertes et d'artistes à soutenir, soldés ou non.

Du côté de la musique :

"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"Demain est mort" de Larme Blanche
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool
et toujours :
"Broken toy" de Dirty Bootz
"Voix du ciel" de Ensemble Gilles Binchois
"Telemann : Frankfurt Sonatas" de Gottfried von der Goltz
"Lemon the moon" de Nitai Hershkovits
"Le rêve et la terre : Debussy, Ginastera" de Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Phèdre" au Théâtre des Abbesses
"Du ciel tombaient des animaux" au Théâtre du Rond-Point
"Les Passagers de l'aube" au Théâtre 13/Jardin
"Pièce en plastique" au Théâtre de Belleville
"Les Feux de l'Amour et du Hasard" au Grand Point Virgule
"Ruy Blas, grotesque et sublime" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Dom Juan - Le festin de pierre" au Théâtre de la Cité internationale
"Le dernier carton" au Théâtre du Gymnase
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ritals" au Théâtre La Scène Parisienne
"Odyssée" au Lavoir Moderne Parisien
"Philippe Fertray - Pas de souci" au Théâtre de la Contrescarpe
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" à la Comédie Bastille
"Constance - Pot pourri" au Théâtre de l'Oeuvre
"Dans ma chambre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

"Barthes*" de Vincent Gérard, Cédric Laty, Bernard Marcadé et et Camille Zéhenne
la chronique des films sortis en décembre
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos
et toujours :
"Juste une balle perdue" de Joseph D'anvers
"La séparation" de Sophia de Séguin
"Otages " de Nina Bouraoui
"Sukkwan island" de David Vann

Froggeek's Delight :

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
- 29 décembre 2019 : JOYEUSE ANNEE 2020 !
- 22 décembre 2019 : Joyeux Noël
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=