Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tim Linghaus
We were young when you left home  (Schole Records)  novembre 2019

Il est allemand et tient encore par la main l’enfant qu’il fut dans la RDA des années 80. Deuxième album de l’artiste, We were young when you left home raconte la construction d’une enfance autour d’une déchirure, la séparation de ses parents : "Nous étions jeunes quand tu as quitté la maison".

Du piano vaporeux et des voix transmutées aspirent à envoûter l’auditeur dans une brume réconfortante. L’album pave l’écoute de longues mélopées solitaires, de ces vides intérieurs qui nous font hurler à la lune et couler de brûlantes larmes d’incompréhension. Mais pas seulement. Il y a aussi l’éclat inattendu des fragiles rayons qui percent les lourds cumuls d’une joie soudaine, de la lumière pour déchirer les mélancolies.

Organique, l’écoute est intimiste, les notes réveillent les drames enfantins et les terreurs de minuit dont la puissance nous paralysait à la tombée de la nuit. Mais Tim est là, il craque l’allumette de la bougie, repoussant les ténèbres aux confins du réconfortant cercle de lumière. La chaleur en plus.

Propice à la nostalgie, l’album a l’architecture grandiose des palais de souvenirs. Le pianiste de talent égrène les notes avec délicatesse, comme on retient son souffle pour ne pas briser la magie de l’instant invoqué, quand le même frisson revient soulever les vagues intérieures, le jour de mes 5 ans, le fou rire de mes sœurs, les crayons, les gâteaux, l’odeur de la voiture, et cette couverture à carreaux qui pique…

Il a des promesses dans les notes et des soupirs dans la voix, du courage dans la tempête et des arrêts introspectifs, de volutes à volupté, en toute délicatesse, des genoux niqués et des émerveillements… Tim Linghaus est le temps qui passe, We were young when you left home est un magnifique tableau où s’enchevêtrent le passé et le présent, ce que nous fûmes et ce que nous sommes encore, ce que nous croyons avoir oublié et ce qui reviendra toujours. Il dessine les contours d’un futur des possibles où tous les espoirs sont permis, sans exception.

Bon, c’est bien beau tout ça, mais je vais devoir vérifier qu’il n’y a rien sous mon lit maintenant. Avec une de ces fichues madeleines de Proust. Avec du miel. Plein.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Memory Sketches de Tim Linghaus

En savoir plus :
Le site officiel de Tim Linghaus
Le Bandcamp de Tim Linghaus
Le Facebook de Tim Linghaus


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's

C'est la saison des soldes. Peut être l'occasion d'acheter au rabais quelques oeuvres d'artistes qui auraient mérité que l'on paie le prix fort. Qu'à cela ne tienne, voici le sommaire de la semaine rempli de découvertes et d'artistes à soutenir, soldés ou non.

Du côté de la musique :

"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"Demain est mort" de Larme Blanche
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool
et toujours :
"Broken toy" de Dirty Bootz
"Voix du ciel" de Ensemble Gilles Binchois
"Telemann : Frankfurt Sonatas" de Gottfried von der Goltz
"Lemon the moon" de Nitai Hershkovits
"Le rêve et la terre : Debussy, Ginastera" de Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Phèdre" au Théâtre des Abbesses
"Du ciel tombaient des animaux" au Théâtre du Rond-Point
"Les Passagers de l'aube" au Théâtre 13/Jardin
"Pièce en plastique" au Théâtre de Belleville
"Les Feux de l'Amour et du Hasard" au Grand Point Virgule
"Ruy Blas, grotesque et sublime" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Dom Juan - Le festin de pierre" au Théâtre de la Cité internationale
"Le dernier carton" au Théâtre du Gymnase
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ritals" au Théâtre La Scène Parisienne
"Odyssée" au Lavoir Moderne Parisien
"Philippe Fertray - Pas de souci" au Théâtre de la Contrescarpe
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" à la Comédie Bastille
"Constance - Pot pourri" au Théâtre de l'Oeuvre
"Dans ma chambre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

"Barthes*" de Vincent Gérard, Cédric Laty, Bernard Marcadé et et Camille Zéhenne
la chronique des films sortis en décembre
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos
et toujours :
"Juste une balle perdue" de Joseph D'anvers
"La séparation" de Sophia de Séguin
"Otages " de Nina Bouraoui
"Sukkwan island" de David Vann

Froggeek's Delight :

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=