Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Andoni Iturrioz
Le roi des ruines  (Agorila)  octobre 2019

Des percussions, lentes, militaires, graves, "Entendu que la beauté a toujours raison, et qu’il nous faut en être un creuset, l’horreur a son potentiel, c’est le cri" ("La joie noire"). L’ouverture. Et quelle ouverture ! Mercenaire de la rime, Andoni Iturrioz puise ses mots dans la fange et ses rythmes dans les constellations pour ce troisième album Le roi des ruines.

"L’amour est la formule des cieux dans les louanges" ("Jérusalem")

Expérience de mort, de renaissance, la résilience, cette indéfinissable puissance que savent invoquer certaines âmes, au prix d’une douleur infinie. L’artiste pose ses mots sur des émotions, des sensations, sur les vides et les espaces, les incompréhensions et l’absurde. Il tisse des liens entre tout ce qui est en marge, l’insaisissable et le paradoxal, proposant une vision du monde de son regard à l’horizon perpétuel.

"Je vois des fleurs dans l’invisible, elles sont belles parce qu’elles nous manquent, j’ai des baisers indestructibles, dans ma mémoire au gout de menthe" ("Dans la rocaille").

Le roi des ruines pourrait être une interprétation intérieure d’états inconscients, l’album floute la frontière du conscient et de l’inconscient pour parler de l’humanité dans sa pleine nature, à poil et toute nue, de la fragilité de ses sources à la bassesse de ses contraires. Il n’y a pas à redire, Andoni a l’art de la formule.

"Mon amour est une fable, et ce fut un coup de foudre, et son cœur est de sable et le mien est en poudre, que de ruines romantiques, dans les limbes du temps, entêtement héroïque, des amours débutants, j’avance à pas de lune dans ma propre lumière, oh roi des infortunes, des ruines et des misères, à lancer sur le ciel, des mirages éprouvants, des messages torrentiels, et des charmes mouvants, je suis le roi des ruines." ("Le roi des ruines").

Chansons à textes, sarcasme à la pelle, rock à la pleine lune, l’artiste propose un intense voyage intérieur, le blues du bisphénol en prime. Andoni Itturioz pose de la musique sur les souffles, il fait remonter les remous des profondeurs. Aux rythmes de basses assourdies, les cordes insufflent de la vie dans les textes, véhiculent la voix de l’artiste, mi phrasée, mi chantée, de ce timbre mat et régulier, rassurant, vibrant comme une ligne de basse, un vertige.

"On s’évertue à donner un sens, on monte sur des échelles de cordes accrochées à nos propres épaules, on se contorsionne, on se grimpe sur le corps, on se gravit le sommet du crâne, croyant y trouver Dieu, à la fin de nos vies, dans le désert de nos calvities, on plante un drapeau ridicule : victoire" ("La fabuleuse histoire de Judas Iscariote").

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'insolitude de Andoni Iturrioz (Je rigole)
La chronique de l'album J'ai vécu les étoiles de Andoni Iturrioz

En savoir plus :
Le site officiel de Andoni Iturrioz
Le Bandcamp de Andoni Iturrioz
Le Soundcloud de Andoni Iturrioz
Le Facebook de Andoni Iturrioz


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=