Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les champs de la Shoah
Marie Moutier-Bitan  (Editions Passés composés)  janvier 2020

C’est aussi la rentrée chez les excellentes et jeunes éditions Passés composés qui confirment leur volonté de publier des ouvrages d’histoire de très grande qualité. C’est ici, Marie Moutier-Bitan qui nous propose un ouvrage excellent, le mot est faible, sur l’extermination des juifs en Union soviétique entre 1941 et 1944.

Marie Moutier-Bitan est doctorante en Histoire contemporaine, chercheuse et responsable des archives dans l’association Yahad-in Unum depuis 2009. Elle a effectué de nombreux séjours de recherche en Allemagne et en Europe de l’Est, ainsi qu’à l’United States Holocaust Mémorial Museum. Elle est déjà l’auteure des Lettres de la Wehrmacht.

Son dernier ouvrage est la première grande synthèse historique sur la Shoah par balles, il est l’aboutissement de plus de dix années de recherche. La démarche choisie est celle d’une histoire à hauteur d’homme, dans la mesure où nombre d’individus furent impliqués de près ou de loin dans la machine génocidaire, du bourreau à la victime, en passant par les innombrables voisins, situés dans cette zone grise qu’il faut encore préciser tant les comportements furent complexes. Marie Moutier-Bitan relate ainsi la fin d’un monde : au sortir de la guerre, des villages entiers ne comptèrent plus aucun juif, les ronces engloutirent bientôt les pierres tombales, puis aucune trace tangible des anciens ne subsista.

A la veille de l’opération Barbarossa, l’Union soviétique comptait environ 5 millions de juifs, dont plus de deux millions furent victimes de la politique génocidaire nazie. La plupart d’entre eux furent fusillés au bord de fosses, tandis que d’autres périrent de la faim, du froid, du typhus ou asphyxiés dans des camions à gaz.

Ce génocide sur les terres de l’Est se distingua par le fait que les bourreaux allèrent aux victimes, les principales unités responsables des massacres (Einsatzgruppen, bataillons de police, Waffen-SS, Wehrmacht) étant mobiles. Cette histoire s’ancre dans un territoire, un quotidien, une proximité. De la forêt de Ponary au ravin de Babi Yar, de la plage de Skede à Liepaja aux tranchées antichars de Moguilev, les campagnes devinrent un vaste cimetière.

Ce qui nous frappe à la lecture de l’ouvrage et qui le rend terriblement passionnant vient du choix narratif de l’auteur qui permet au lecteur de comprendre de l’intérieur les crimes commis contre les juifs. A cela s’ajoute une écriture superbe qui ne peut laisser le lecteur indifférent face à ces champs de la Shoah en Union soviétique entre 1941 et 1945.

Une fois l’ouvrage terminé, on comprend pourquoi Marie Moutier-Bitan a travaillé pendant 10 ans sur sa réalisation. Il est d’une précision chirurgicale impressionnante concernant tous les évènements criminels qu’il relate. Toutes ses précisions ne nuisent pas à la lecture de l’ouvrage, au contraire, elles plongent le lecteur dans l’ouvrage et permettent d’étayer chaque fait raconté, que cela soit sous la parole, d’un bourreau, d’un voisin ou d’un témoin ou d’une victime.

L’ouvrage est construit autour de six parties qui évidemment ont une trame chronologique allant de 1941 à 1944 avec une première partie qui nous dresse un Etat des lieux de l’Union soviétique à la veille de l’opération Barbarossa, un pays composé de nombreuses nationalités avec près de 3 millions de juifs, présents surtout en Ukraine et en Biélorussie. Il est accompagné aussi de nombreuses cartes qui illustrent les propos de l’auteur.

Marie Moutier-Bitan nous dévoile ce qu’elle appelle une Shoah "intime", une Shoah où les bourreaux connaissent les victimes, avec des bourreaux qui viennent chez les victimes à l’opposé de la Shoah qui s’est déroulée dans le reste de l’Europe. Et puis elle évoque aussi les témoins, impliqués très souvent dans ces crimes, qui y participent aussi, ce fut le cas de nombreux paysans qui devaient notamment creuser les fosses où l’on mettait les cadavres. Cette sorte de soutien local peut être volontaire, ce fut le cas de certains paysans ukrainiens et lituaniens qui vont aller d’eux-mêmes participer à des pogroms quand d’autres sont réquisitionnés de force par les allemands pour accomplir les basses besognes.

L’histoire qu’elle nous raconte est souvent monstrueuse, à nous glacer le sang. Elle s’appuie sur de nombreux exemples qui caractérisent parfaitement la cruauté des allemands vis-à-vis des juifs d’Europe de l’Est. L’auteur nous prouve que les exactions menées contre les juifs font totalement partie de l’opération Barberousse puisqu’elles débutent très rapidement après le 21 juin 1941 par des premières fusillades de juifs.

Tout est organisé par les allemands, particulièrement suivi par Himmler et Heydrich, qui reçoivent régulièrement des rapports qui permettent de suivre l’avancée des Einsatzgruppen. Ils se rendent même sur le terrain lorsqu’ils ont l’impression que les crimes et les exécutions ne vont pas assez vite.

On apprend aussi que les Einsatzgruppen sont constitués d’allemands mais aussi de colons allemands présents en Union soviétique depuis bien longtemps, qui parlent le russe. Ils vont donc jouer un rôle d’interprètes parfaits et être utiles aux allemands car ils connaissent parfaitement les structures et les pratiques soviétiques.

On voit aussi les principaux problèmes qui se posent aux Einsatzgruppen qui à chaque fois montrent leur capacité d’adaptation. Ils ont des difficultés pour creuser des fosses car la terre est trop gelée. Se pose aussi le problème pour brûler les corps lorsque les allemands se disent que les soviétiques pourraient trouver les fosses communes qu’ils ont laissées derrière eux et que cela pourrait être utilisé pour en faire de la propagande.

Alors voilà, ce livre de Marie Moutier-Bitan est un ouvrage exceptionnel qui m’a impressionné de par ce qu’il raconte mais aussi de par la précision des propos. On voit bien le travail effectué par l’auteur (on comprend bien les dix années passées à travailler) pour arriver à une analyse historique aussi précise de ces évènements. Cet ouvrage m’a autant impressionné que celui qui est paru il y a quelques mois sur l’opération Barabarossa, déjà aux éditions Passés Composés. Marie Moutier-Bitan est une immense historienne et ce qu’elle vient de nous proposer avec son ouvrage en est le témoin. Chapeau bas !

Amis historiens, camarades férus d’Histoire, vous ne pouvez pas passer à côté de cet ouvrage magistral qui fera date sur le sujet du génocide par balles en Union soviétique.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
- 21 juin 2020 : la Fête de la Musique Sanson
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=