Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Jackson Pollock - Frustration
Le Fil  (Saint-Etienne)  jeudi 6 février 2020

Les circonstances du début du concert étant ce qu’elles furent (sic), je n’ai pas vu arriver ce petit bout de femme en marinière, en revanche, j’ai senti le souffle de son karma explosif, hautement inflammable. Un homme et une femme trop chabadabadaboum, The Jackson Pollock.

D’une excentrique batterie aux percussions diaboliques, la miss extrait des sons bruts auxquels elle marie un chant animal fait de cris et de flammes vocales, sorte de combustible solaire, machine à voler le lobe frontal pour transfigurer le public en une bande d’indomptés embrasant leur étincelle dans les céréales.

Sans fioriture et franc comme un direct en pleine face, Emily chante et battle la batterie comme un octopus désarticulé aux membres désynchronisés. Face à elle, Reginald, sa basse et sa tignasse sauvage. Ensemble, ils s’éclatent, jouent et partagent ce qu’ils aiment : une musique badass et friendly. Juste pour s’éclater, hommage et gloire au dripping mi-dégueu mi-chef d’œuvre du gars qui peignait ses toiles comme on saigne du nez, en balançant de la couleur sur des étendues blafardes.

Un son garage sans étagère, un esprit punk qui se fiche un peu du trait d’union, agité et énergique, ce truc innommable qui te sort le palpitant par les tympans et les ouïes par les narines. The Jackson Pollock.

Ambiance enthousiaste et animée pour accueillir Frustration. Danger, colère, émotions à valeur ajoutée négative, prenez le tout et bombardez les alentours, ainsi le bore-out sera légende urbaine et le wheeling un entrechat tout à fait gracieux.

Vindicatifs et passionnés, ces cinq trublions de la wave et du punk envoient des riffs comme on envoûte une gazelle dopée au jus de mogwai nourri après minuit. Certes, ce n’est pas évident, mais pas impossible non plus. Entre vagues électro et sonorités industrielles, Frustration envoie des morceaux fougueux, parfois angoissants, souvent efficaces, jamais tyranniques. C’est rapide, entraînant et propice à l’assèchement buccal.

Exutoire et réponse idéale à l’opposition, le moment est survolté et vitaminé. Ils ont le feu, c’est certain, la flamme du rock et du fuck qu’on assaisonne à grand coups d’impatiences et de cavalcades endiablées. Sans violence mais avec un peu de haine politique tout de même, Frustration a son public aux étoiles plein les yeux et avide d’échappatoires viriles. Je vous assure qu’ils ont tous huit ans et demi à la dernière note.

Des accents 90 et un charisme de premier né, le groupe évolue dans les tempêtes et les retours de briscards de la musique, ils décomplexifient les ménagères et délient les entraves du quotidien. Au diable les injonctions et les bonnes mœurs, avec ses rythmes erratiques et ses guitares psychédélico-sataniques, la soirée se termine comme elle a commencé, avec de polis bandits énervés trouvant palpitations dans musique échevelée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Relax de Frustration
La chronique de l'album Empires of Shame de Frustration
La chronique de l'album So cold streams de Frustration
Frustration en concert à L'Aéronef (21 mai 2010)
Frustration en concert au Festival Europavox 2017 - samedi 1er juillet
Frustration en concert au Festival Levitation France #7 (édition 2019)
L'interview de Frustration (23 mai 2009)

En savoir plus :
Le Soundcloud de The Jackson Pollock
Le Facebook de The Jackson Pollock
Le Bandcamp de Frustration
Le Soundcloud de Frustration
Le Facebook de Frustration

Crédits photos : Eric Ségelle (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 2 août 2020 : Une petite pause s'impose
- La Mare Aux Grenouilles #08
- 26 juillet 2020 : Que le spectacle (re)commence
- 19 juillet 2020 : Un air de vacances
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=