Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Innocents, Moi et l'Inconnue au bord de la route départementale
Théâtre de la Colline  (Paris)  mars 2020

Comédie dramatique de Peter Handke, mise en scène de Alain Françon, avec Pierre-François Garel, Gilles Privat, Sophie Semin, Dominique Valadié, Laurence Côte, Daniel Dupont, Sophie Lacombe, Yannick Gonzalez, Guillaume Lévêque, Hélène N’Suka, Joseph Rolandez et Sylviane Simonet.

Fort de son tout récent Prix Nobel, Peter Handke propose avec "Les Innocents, Moi et l'Inconnue au bord de la route départementale", qu'il a lui-même traduit en français, une nouvelle œuvre ambitieuse et originale. Pas question pour lui de se reposer sur son bâton de maréchal...

Et l'on s'en rend immédiatement compte en découvrant le décor de Jacques Gabel dans lequel on restera pendant près de 2 h 30 : un tronçon de route départementale entourée de verdure, en pleine campagne, avec un ciel bleu bas et légèrement nuageux. En précisant que le tronçon contient un tournant et qu'il y a sur la scène près de ce tournant une espèce de cabane "moderne".

Ce décor posé, intervient le Moi (Gilles Privat), personnage barbu qui se présente comme l'esprit, presque le propriétaire de ce bout de route.

Mais, en bon dialecticien, Peter Handke fait surgir du bout de la route synonyme de coulisse, une bande éparse et assez nombreuse que le " Moi" appellera "Les Innocents" et qu'il cherchera durant tout le spectacle à repousser alors qu'interviendra, elle aussi contre eux tout en se démarquant du "Moi", "l'inconnue de la route départementale" (Dominique Valadié).

Dans cette œuvre étrange qui pourrait par moments flirter avec l'absurde, mais un absurde roboratif, il ne faudra pas s'attendre à une vraie violence. Tout au contraire. L'affrontement du "Moi" et des "Innocents" sera médiatisé par l'intervention du "Chef de la tribu" (Pierre-François Garel), représentant l'entité, et seul à y être différencié avec celle qui sera sa femme (Sophie Semin).

Dans ce qui constituera le cœur et le clou de la pièce, "Moi" et "Le Chef", assis tous les deux sur des pliants et regardant la salle, vont entamer une suite de monologues, étant donné que Peter Handke n'a pas écrit de véritables dialogues entre tous ses personnages.

On peut prédire que ces monologues seront bien vite considérés comme des sommets dans l'oeuvre de l'auteur autrichien et c'est d'ailleurs un peu frustrant de ne pas avoir lu le texte avant d'assister à la représentation. On aimerait pouvoir citer des morceaux entiers de ses deux paroles qui se suivent, se percutent, sans jamais s'anéantir.

Quand on sait ce qu'on a reproché à Handke, ce passage majeur entre deux hommes que tout oppose, et son rendu scénique par Alain Françon, aboutit non pas à un morceau d'éloquence qui fera date mais à une discussion qui atteint un niveau d'abstraction poétique extrêmement élevé donnant à entendre une très belle page humaniste.

Humaniste, c'est un beau mot, qui définit parfaitement l'oeuvre de Handke et qui va à l'encontre d'un monde cynique et calculateur qui réduit les idéaux à des études de marchés.

La distribution est brillante, à commencer par Gilles Privat et Pierre-François Garel. On est cependant légèrement frustré que les excellents comédiens qui forment la tribu des "Innocents" (Laurence Côte, Daniel Dupont, Yannick Gonzalez, Sophie Lacombe, Guillaume Lévêque, Hélène N'Suka, Joseph Rolandez, Sylviane Simonet) ne soient pas plus individualisés.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 octobre 2020 : Tous aux abris
- La Mare Aux Grenouilles #13
- 18 octobre 2020 : Le grand incendie
- 11 octobre 2020 : La Mare Aux Grenouilles
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=