Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A tort et à raison
Théâtre Hébertot  (Paris)  septembre 2016

Comédie dramatique de Ronald Harwood, mise en scène Georges de Werler, avec Michel Bouquet, Francis Lombrail, Juliette Carré, Didier Brice, Margaux Van den Plas et Damien Zanoly.

Passionné par l'Histoire de la Seconde guerre mondiale, le scénariste et auteur dramatique britannique d'origine sud-africaine Ronald Harwood a traité à plusieurs reprises des accointances des grandes figures culturelles allemandes avec le régime nazi.

Son opus "A tort et à raison" est consacré au très renommé et adulé chef d'orchestre de la Philharmonie de Berlin Wilhelm Furtwängler qui a continué d'exercer sous le régime nazi, et ce, même à l'international comme fer de lance de la grande tradition musicale allemande.

Il décline une situation et une dialectiques analogues à celles de "Collaboration" afférente au compositeur Richard Strauss en ce même temps Président de la Chambre de Musique du Reich, et comme ce dernier a été soumis à une reddition de comptes devant la Commission de dénazification siégeant à l'issue du conflit armé.

La procédure d'instruction constitue la situation fictionnalisée par Ronald Harwood et la thématique abordée n'est pas tant, même si présente en toile de fond, celle des relations entre l'art et la politique au plan philosophique, mais au plan individuel au niveau de l'artiste et de son éventuelle compromission politique.

La partition, au demeurant très scénaristique à défaut de puissance dramatique y préférant la synthèse didactique, ne se déploie pas en un huis clos propice au débat d'idées mais selon une trame chronologique scandée par la procédure d'enquête diligentée par un militaire américain dans laquelle interviennent plusieurs personnages, tous aussi archétypaux, pour contrecarrer l'instruction à charge menée par celui-ci.

Ainsi sont listés tous les arguments invoqués par les accusés de collusion même passive, la peur, le cas de force majeure, l'ignorance des exactions commises, avec, en sus en l'espèce, l'excuse absolutoire de la mission de l'artiste, la qualité d'artiste primant celle de citoyen impliqué dans la vie de la cité, qui est de maintenir l'art, en l'occurrence la musique, à son plus haut nonobstant les circonstances politiques.

Dans le décor d'Agostino Pace, un bureau modeste placé sous l'auspice du drapeau étasunien avec en fond de scène une carte blanche d'Allemagne, métaphore de la purification menée par la très sainte Amérique, Georges Werler signe une mise en scène de facture classique dont la staticité est amplifiée par un rythme dont la lenteur est accentuée par l'usage de longs silences.

Au jeu, Juliette Carré, en témoin de moraité, Didier Brice, le second violon pas très "blanc-bleu", Damien Zanoly, en jeune officier américain d'origine juive allemande dont les parents ont été exterminés et mélomane admiratif adepte du pardon des offenses, Margaux Van den Plas, en secretaire-greffière "bonne allemande" douloureuse, et Francis Lombrail, en commandant plébéien et "bas du front" peu sensible aux arguties, entourent Michel Bouquet.

En costume mitterrandien, manteau et chapeau noirs et écharpe cramoisie, et arborant également la fameuse figure de sphinx marmoréen, il campe un maestro ambigu et janusien au narcissisme égotique entre grandeur d'âme et subtile rouerie.

A voir pour Michel Bouquet, doyen nonagénaire des comédiens français, qui, tel Molière son maître, ne peut renoncer à la scène.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=