Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Morgane Imbeaud
Interview  (Paris)  mardi 25 février 2020

Dans un salon feutré, près de l'Elysée, j'ai rendez-vous avec Morgane Imbeaud. Je rentre du travail, il est déjà tard. Je ne suis pas en avance, toute l'équipe de Froggy's Delight a investi les lieux pour tourner la session. J'ai juste une adresse et le nom d'un lieu. Je dois expliquer à des CRS en faction à l'entrée de la rue pourquoi je veux me diriger vers l'Elysée. En ces temps post-gilets jaunes et pré-confinement, le quartier semble quadrillé. J'arrive enfin dans l’ascenseur. Deux personnes arrivent, je tiens la porte ouverte. Il s'agit de Morgane Imbeaud accompagnée d'Elias Dris. La peur d'arriver en retard se transforme en un soulagement devant la bonne humeur et le sentiment de bienveillance qui se dégagent des deux amis. Nous allons au même étage, l'interview de Morgane Imbeaud pour la sortie de son album Amazone va pouvoir commencer.

On parle souvent du second album d'un artiste comme de "l'album de la maturité". Pour votre part, comment décririez-vous cet album ?

Morgane Imbeaud : Je le décrirais comme un premier vrai album. C'est le premier album où je parle à la première personne, sans me cacher. Sans me cacher derrière quelqu'un déjà, ou derrière un personnage, comme je l'avais fait dans Les songes de Léo. Est-ce "l'album de la maturité" pour autant ? Je ne le crois pas forcément, même si j'ai avancé au fil des années, et que j'ai appris de nouvelles choses sur moi-même. Donc je le vois comme un premier album où je n'ai plus peur de montrer qui je suis.

Pourquoi le titre "Amazone"? Pour être mise en avant sur le site de vente en ligne ?

Morgane Imbeaud : Non. Je ne suis pas sûre que ça m'aide d'ailleurs. En fait, j'ai grandi dans un milieu très masculin. Je me suis rendue compte que les femmes m'avaient énormément manqué. En tant que féministe, je me suis demandée ce qu'était une amazone des temps modernes. Je ne souhaitais pas forcément faire appel au côté guerrier, du moins pas pour les qualités physiques, que je n'ai pas. Par contre, psychologiquement, je suis prête à me battre et je suis endurante. Je me suis dit qu'une amazone d'aujourd'hui, c'était une femme libre et indépendante.

Les projets que vous avez réalisés avant, que ce soit au sein de Cocoon, "Les songes de Léo", ou encore le disque de reprises de Simon et Garfunkel avec Elias Dris, ont-ils nourri cet album ? Si oui, de quelle manière ?

Morgane Imbeaud : Ça fait partie de mon histoire. Cocoon a débuté alors que je sortais du lycée, j'étais vraiment très jeune. "Amazone" est un disque solo, avec mon nom mis en avant, mais c'est loin d'être une aventure solitaire. Je n'ai plus peur de la solitude. Par rapport à avant, je n'ai plus peur de l'avis des autres. Je suis plus décidée. Aujourd'hui, je sais pouvoir donner mon avis. Pas pour m'opposer, mais pour aller vers des chansons qui nous plaisent à tous.

Sur cet album, on retrouve des personnes avec lesquelles vous aviez déjà travaillé et quelques nouvelles têtes. Est-ce que la fidélité est quelque chose d'important pour vous dans ce métier ?

Morgane Imbeaud : Je dirais plutôt la loyauté. Très tôt, j'ai commencé à être sur les routes, en tournée, bien trop souvent. Ça a développé chez moi un côté affectif très fort. Quand j'aime les gens, je les aime très fort. Au sein de Cocoon, j'avais essayé de trouver comme une deuxième famille. C'était très important. La fin de Cocoon a opéré une coupure. Je suis restée fidèle en amitié, mais mon rapport à mes amis a évolué. Il y a des gens que j'aime très fort, mais que je ne vois pas forcément tout le temps. Certains ont tellement compté dans mon histoire que pour moi c'est acquis.

Une autre chose a changé pour moi. En amitié, beaucoup de gens attendent de recevoir la même chose en retour. Ce n'est pas mon cas. Dans la chanson "Je ne vous oublierai jamais", qui est un texte de Mickey 3D, je trouve cette phrase hyper forte. "Je ne vous oublierai jamais, même si mon nom ne vous dirait rien". Cette phrase correspond parfaitement à qui je suis désormais. Je donne beaucoup sans attendre de recevoir.

Le titre de l'album comme la chanson, "Amazone", sont plutôt des manifestes féministes. Or, vous avez plutôt travaillé avec des hommes.

Morgane Imbeaud : Oui, c'est vrai. Il y a plusieurs raisons. Lorsque je faisais partie de Cocoon et que nous signions des albums à la fin des concerts, il y avait des filles qui m'évitaient. En tant que fille, dans notre jeunesse, on nous apprend à nous méfier les unes des autres, à nous mettre en concurrence, puisqu'il faut plaire aux mâles. Je ne savais pas comment réagir, mais ça m'a beaucoup isolée. Donc j'ai toujours été entourée de garçons. Je le revendiquais. Je me disais que les garçons faisaient moins d'histoires. C'est juste que je ne savais pas comment me lier d'amitié avec les autres filles. On ne me l'avait pas appris. C'est pour ça que je disais précédemment que les femmes m'avaient manqué.

Après, je me suis en effet retrouvée à travailler avec des hommes, dont un certain nombre sur lesquels je sais pouvoir compter. C'est aussi pour ça que je voulais le duo avec Marina Hands sur "Messenger". Je pense que je suis très timide avec les femmes parce que je suis impressionnée, je suis admirative et je n'ose pas aller les voir. Marina Hands est pour moi l'image de l'amazone des temps moderne, une femme libre et indépendante.

Parmi ces hommes, il y a Jean-Louis Murat. Que représente-t-il pour toi ?

Morgane Imbeaud : Jean-Louis Murat m'a connu presque tout bébé. On avait d'abord collaboré sur "Charles et Léo" en 2007. On s'est retrouvé en 2014 pour son album "Babel". Ensuite, on a collaboré sur tous les autres, sauf le dernier. Il m'a beaucoup aidé pour la scène parce que j'ai fait quelques dates avec lui. Il est sauvage, dans le sens où pour lui les concerts sont assez libres. Or, j'avais toujours cherché à être parfaite. Il m'a libérée, il m'a forcée à me décoincer sur scène. Et par rapport au français, parce qu'il m'avait aidé sur quelques textes des "Songes de Léo", il m'a aussi appris à oser dire les choses. Je crois que c'est lui qui m'a permis d'avoir le déclic pour écrire et chanter en français parce qu'il m'a fait confiance un certain nombre de fois.

Tu as écrit la chanson "Gressholmen" en Norvège. Pourquoi la Norvège ?

Morgane Imbeaud : Je n'ai pas de véritables explications. J'adore faire de la photo. Et l'année de mes 30 ans, je voulais partir toute seule. Avant j'étais plutôt angoissée, j'avais quelque chose à me prouver à moi-même. J'ai pris un billet pour Oslo parce que c'était le moins cher. Je me suis dit "150 € aller-retour, ça devrait passer". J'avais tout un fantasme de faire des photos de fjords. Une fois là-bas, je m'y suis sentie extrêmement bien. À Gressholmen, j'ai pleuré de beauté pour la première fois de ma vie. Je n'ai pensé à rien pendant deux heures. J'ai su que ce moment-là ouvrait un nouveau chapitre de ma vie. J'ai eu l'impression d'arriver enfin au bout de toutes mes angoisses.

Il y avait quelques rudiments de l'album avant. J'avais rencontré Renaud Brustlein, de H-Burns, avant mon départ, et c'est lui qui a arrangé l'album. Mais la Norvège a été le déclic qui m'a permis d'être moi-même, imparfaite, sur ce disque.

Retrouvez Morgane Imbeaud
en Froggy's Session
pour 4 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les Songes de Léo de Morgane Imbeaud
La chronique de l'album The Homeward Bound : Songs Of Simon & Garfunkel EP de Morgane Imbeaud & Elias Dris
La chronique de l'album Je ne vous oublierai jamais de Morgane Imbeaud
Morgane Imbeaud en concert au Café de la Danse (jeudi 30 mars 2017)
L'interview de Morgane Imbeaud (jeudi 5 novembre 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Morgane Imbeaud
Le Bandcamp de Morgane Imbeaud
Le Soundcloud de Morgane Imbeaud
Le Facebook de Morgane Imbeaud

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Morgane Imbeaud (25 février 2020)
Morgane Imbeaud (5 novembre 2015)


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=