Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'obscur
Philippe Testa  (Editions Hélice Hélas)  avril 2020

Voilà un ouvrage plutôt troublant que j’ai eu a chance de me procurer, édité chez un éditeur suisse et écrit par un auteur suisse que je découvre. Philippe Testa est né à Sion et poursuit un travail d’écriture dont l’axe central est l’exploration des désenchantements contemporains. Avec L’obscur, son dernier ouvrage, l’auteur a fait le choix de s’écarter du présent pour mieux le transposer et l’accentuer dans une anticipation dystopique.

L’obscur, c’est l’histoire d’un monde en pleine ébullition. L’obscur, c’est aussi une Europe plongée de plus en plus souvent dans le noir, du fait de pannes d’électricité de plus en plus fréquentes, alarmant les populations. Privés pendant quelques heures de la lumière et des commodités technologiques, les humains ont tendance à s'enfoncer dans une lente détresse. Alors que les derniers fusibles de l'ordre social vacillent, l’obscurité gagne du terrain et révèle par contraste ce qu’une société de la compétition cannibale produit de plus saillant.

Passées les premières pages qui m’ont beaucoup dérouté (notamment du fait de l’utilisation de néologismes et d’anglicismes), le narrateur nous dévoile l’état d’un monde dans une période future et lointaine qui, au final, s’avère n’être pas si loin de l’actuelle. Le narrateur nous décrit une société ultralibérale qui s’est imposée avec un monde du travail qui fonctionne autour de néologisme et d’anglicisme.

Les riches et ultrariches dominent le monde, laissant au reste de la société les miettes de leur enrichissement. Ces derniers n’ont d’espoir que dans la révolte pour contrer cette hiérarchie marquée par des profondes inégalités. La contestation monte, prenant des formes parfois et de plus en plus radicales.

A cela, s’ajoutent des coupures d’électricité, d’abord brèves et ponctuelles, puis de plus en plus fréquentes mais aussi des pénuries de ressources agricoles, des licenciements de masse du jour au lendemain et des sociétés qui supportent leur misère en prenant de plus en plus de médicaments. Les séniors les plus riches partent s’expatrier hors d’Europe vers des résidences sécurisées dans les pays pauvres, c’est le cas des parents du narrateur partis au Kenya.

On suit en parallèle l’histoire du narrateur et celle du monde et de la société qui l’entoure. Marvel vit à Lausanne, passe ses journées de repos au bord du lac Leman. Mathématicien confirmé, il est atteint d’un trouble du spectre autistique. Marvel ne trouve sa place nulle part, son travail l’intéresse peu et sa relation aux autres se limite à son copain Moro depuis que sa compagne Pia l’a quitté. Solitaire, il dévoile une analyse distanciée sur le monde dans lequel il vit et la situation de chaos qui se met en place. Inadapté à cette société, c’est grâce à cette inadaptation qu’il va devoir son salut.

Ce qui est assez troublant dans la lecture de cet ouvrage vient du fait que le monde qui y est décrit ressemble beaucoup à celui dans lequel on baigne, même s’il dévoile une situation aggravée par rapport à la nôtre. On imagine que notre société pourrait très rapidement dévier vers celle que nous présente l’ouvrage, ce qui paraît extrêmement dérangeant.

Je ne suis pas sûr que la lecture de ce livre et son histoire étaient la lecture idéale pendant ce temps de confinement tant il peut y renvoyer. Elle s’avère maintenant être plutôt adaptée au déconfinement tant elle pourrait nous faire réfléchir à la société que nous voulons mais surtout celle que nous ne voulons plus, en espérant que nos pouvoirs politiques sauront y réfléchir et analyser cette situation inédite que nous avons vécue.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 octobre 2020 : Le grand incendie
- 11 octobre 2020 : La Mare Aux Grenouilles
- La Mare Aux Grenouilles #12
- 4 octobre 2020 : Triste automne
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=