Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Epicentro
Hubert Sauper  août 2020

Réalisé par Hubert Sauper. France/Autriche/Etats Unis. Documentaire. 1h47 (Sortie 19 août 2020).

Personne n'a oublié "Le Cauchemar de Darwin" d'Hubert Sauper. Le cinéaste autrichien qu'on savait intéressé par l'Afrique pose dans "Epicentro" sa caméra sur le Cuba d'aujourd'hui.

Il s'est fixé un objectif très ambitieux : dresser un "portrait immersif et métaphorique de Cuba, utopiste et post-colonial". Il ne s'agira en rien d'une apologie ou d'une détestation du régime révolutionnaire des frères Castro sous embargo américain depuis des décennies.

"Epicentro" de Hubert Sauper est au départ une plongée dans Cuba et parmi son peuple, particulièrement le petit peuple qui se débrouille à La Havane, entre restrictions et bureaucratie, sans jamais perdre sa bonne humeur colorée.

Sous-titré "Les petits prophètes de Cuba", le film démontre que la principale ressource du pays est sa jeunesse.

Si Sauper s'autorise d'abord une promenade impressionniste et presque touristique dans un Cuba contradictoire, où l'on roule dans de vieilles et sublimes décapotables américaines sur un front de mer qui compte des paysages préservés, mais aussi où l'on aperçoit les méfaits de l'ouverture aux dollars avec la construction de grands hôtels, il va peu à peu mettre en scène des enfants rieurs. Des enfants qui observent tout ce qui se passe sur leur île et qui, pour l'instant, s'en amusent avec gouaille.

Il y mêle des images d'archives pour expliquer pourquoi Cuba est l'épicentre de l'empire américain quand il naît en 1898 de la guerre contre l'Espagne.

Polyphonique, musical, filmé à hauteur d'hommes et vraiment empathique avec son sujet , "Epicentro" d'Hubert Sauper n'est jamais ennuyeux, même si ses parti-pris nettement anti-étasuniens devraient lui faire perdre l'adhésion de ceux qui pensent que les Etats-Unis sont avant toute une grande démocratie.

Sans doute, malgré tout, ceux-ci reprendront le fil quand Hubert Sauper, dans la seconde partie d'"Epicentro", découvrira un personnage étonnant, totalement emblématique de la vitalité cubaine : Oona Castilla Chaplin.

Cette chanteuse et comédienne, descendante charismatique du génial vagabond, fait encore bifurquer le film. Enseignant aux enfants son art, elle est la lumière d'une œuvre finalement hors normes, qu'on ne pourra pas lire d'une manière univoque.

Bien loin des documentaires pré-formatés, "Epicentro" d'Hubert Sauper questionnera son spectateur et l'intriguera.

Un beau résultat.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=