Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Beyrouth entre parenthèses
Sabyl Ghoussoub  (Editions de l'Antilope)  août 2020

C’est déjà le deuxième roman que publie aux éditions de l’Antilope le jeune auteur libanais Sabyl Ghoussoub. Né à Paris dans une famille libanaise, ayant fait sa scolarité en France, il a été directeur du festival du film libanais à Beyrouth de 2011 à 2015 puis commissaire de l’exposition "c’est Beyrouth" à l’institut des cultures d’Islam de Paris.

Après Le nez juif, sorti en 2018, il publie un nouvel ouvrage, Beyrouth entre parenthèses, dans lequel son narrateur, un Libanais décide d’enfreindre la loi de son pays et de ne pas suivre l’avis de sa famille en se rendant en avion en Israël, à Tel-Aviv.

Il est en effet interdit à un citoyen libanais de se rendre en Israël pour des problèmes relationnels forts entre les deux pays, notamment au sujet des Palestiniens et des territoires occupés en Palestine. Aujourd’hui encore, l’espace frontalier entre les deux pays porte les stigmates des différents conflits entre les deux pays. Les deux pays sont d’ailleurs toujours officiellement en guerre depuis plus de 50 ans. Malgré tout cela, le narrateur décide de s’y rendre et arrive à l’aéroport Ben Gourion à Tel-Aviv.

Aussitôt débarqué, il se retrouve à subir un interrogatoire qui va durer plusieurs heures, le temps du livre. Les questions fusent et se répètent. Comment s’appelle votre mère ? Comment s’appelle votre père ? Comment s’appelle votre grand-père ? Comment vous appelez-vous ? Bref, tout un ensemble de question qui reviennent comme une berceuse qui voudrait obliger le narrateur à se définir de manière définitive. Lui qui avait pensé faire ce voyage pour mettre de côté sa part libanaise, mettre Beyrouth entre parenthèses se rend vite compte qu’il est loin du compte.

C’est donc un ouvrage plutôt transgressif que nous propose cet auteur qui vit aujourd’hui au Liban, un récit plein d’humour et de tendresse, marqué néanmoins par la colère de cette situation. Après quelques pages d’introduction rappelant l’illégitimité d’Israël pour les Libanais et expliquant les envies du narrateur d’aller en Israël, l’ouvrage est ensuite construit en deux parties (l’ensemble faisant un peu plus de 100 pages se lisant d’une traite).

La première partie intitulé "Kess Emek  (your mother’s pussy)" concerne le fameux interrogatoire auquel est confronté le narrateur. Souvent drôle, notamment de par certaines réponses absurdes du narrateur mêlées aussi à quelques provocations, cette partie n’oublie pas de nous montrer l’administration israélienne, extrêmement rigide et bornée. Le narrateur (et l’auteur aussi) prend un malin plaisir à embrouiller son interrogatoire, feignant de ne pas avoir de véritable identité, ce qui n’est au final pas totalement faux puisqu’il est encore balloté entre la France et le Liban.

La seconde partie, intitulé "Fairouz café" s’ouvrant sur une citation disant "les racines sont utiles à deux choses, les fuir et les retrouver" symbolise parfaitement ce que l’on va retrouver dedans, à savoir le choix fait par l’auteur de sa véritable identité qui s’affirme au fil des pages. Il se rend compte qu’il est compliqué pour lui de mettre Beyrouth et le Liban entre parenthèses.

Alors voilà, Beyrouth entre parenthèses est un ouvrage plaisant qui propose une véritable réflexion sur l’identité.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Sabyl Ghoussoub


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 novembre 2020 : Culture Globale
- 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau
- La Mare Aux Grenouilles #15
- 15 novembre 2020 : Novembre à Paris
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=