Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Lettres d'Esther
Cécile Pivot  (Editions Calmann-Lévy)  août 2020

J’avais bien aimé le précédent roman de Cécile Pivot, sorti en janvier 2019. Les vicissitudes du quotidien d’un couple étaient magnifiquement exprimées dans son Battements de cœur que j’avais gardé dans un coin de ma tête cette auteure me disant que je lirai volontiers son prochain ouvrage.

Et bien voilà déjà qu’elle nous propose un nouvel ouvrage, toujours publié chez Calmann-Lévy, un ouvrage bien différent du précédent dans son thème, évidemment mais surtout dans sa construction narrative. Les Lettres d’Esther, comme le titre l’indique, est un roman dans lequel se trouve un recueil de lettres. Pourquoi cela ? Tout simplement car le roman commence autour du personnage d’Esther, une libraire du nord de la France qui décide, en souvenir de son père, d’ouvrir un atelier d’écriture épistolaire. Elle pose alors une petite annonce pour recruter des candidats qui, au final, seront au nombre de cinq, formant un équipage assez hétéroclite. On y trouve Jeanne, une vieille dame isolée depuis la mort de son mari, Nicolas et Juliette, un jeune couple confronté à une sévère dépression post-partum, Jean un homme d’affaires en quête de sens et Samuel, un adolescent perdu qui a vécu un malheur.

Très vite, Esther se rend compte que cet atelier qu’elle voulait ne prend pas la direction souhaitée. Elle nous le dit dans l’ouvrage dès la première page. "Cet atelier était leur bouée de sauvetage. Il allait les sauver de l’incompréhension d’un deuil qu’ils ne faisaient pas, d’une vie à l’arrêt, d’un amour mis à mal. Quand j’en ai pris conscience, il était trop tard, j’étais déjà plongée dans l’intimité de chacun d’eux".

A travers leurs lettres, des liens se nouent, des cœurs s’ouvrent. L’exercice littéraire se transforme peu à peu en une leçon de vie dont tous les participants sortiront transformés. Au fil des lettres, des échanges qu’ils entretiennent entre eux, on les voit petit à petit se dévoiler, nous donner des informations sur leur vie passée faite de joies et de blessures. La solitude des uns et des autres se fissure au fil des mots qu’ils écrivent, des liens d’amitié se mettent en place permettant à chacun d’évoluer dans sa vie. Entre les lettres, des passages narratifs sont présents pour nous expliquer les états d’âmes de chacun au moment de l’écriture. Ils permettent aussi de voir les réactions des personnages quand ils reçoivent des réponses.

De ce roman particulièrement original, au moins dans sa conception, il se dégage beaucoup de tendresse et d’humanité. Les lettres qui le composent sont un éloge de la lenteur, une ode aux pouvoirs des mots en ces temps où les gens s’écrivent de moins en moins sous la forme de lettres. On voit bien que ce mode de dialogue incite beaucoup à la confidence. On voit que les personnages ont beaucoup moins de mal pour se mettre à nu, pour briser des carapaces lorsqu’elles utilisent l’épistolaire.

Une fois encore, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire cet ouvrage de Cécile Pivot. Les Lettres d’Esther va devoir batailler parmi les nombreuses sorties attendues de la rentrée littéraire mais il mérite vraiment que l’on y porte attention.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Battements de coeur" du même auteur


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 novembre 2020 : Culture Globale
- 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau
- La Mare Aux Grenouilles #15
- 15 novembre 2020 : Novembre à Paris
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=