Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fin de combat
Karl Ove Knausgaard  (Editions Denoël)  août 2020

Voilà, c’est fini. L’immense œuvre littéraire entreprise par l’auteur Norvégien Karl Ove Knausgaard prend fin avec son dernier tome intitulé Fin de combat qui vient de sortir chez Denoël. Le cycle autobiographique culte Mon combat s’achève donc après avoir été vendu à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde et traduit dans 22 langues. Son autobiographie, divisée en six volumes a fait accéder l’auteur à une reconnaissance mondiale parfaitement méritée.

Il nous aura donc fallu attendre un peu plus d’un an pour pouvoir accéder à ce dernier tome après l’excellent Comme il pleut sur la ville.

Dans ce sixième volume qui clôt magistralement ce cycle autobiographique, Karl Ove Knausgaard examine la vie, la mort, l’amour et les conséquences de son œuvre sur sa vie personnelle. Karl Ove Knausgaard est alors âgé de 40 ans, il partage son quotidien entre l’écriture et l’éducation de ses trois enfants en bas âge. Il vit à l’époque à Malmö dans un appartement avec une vie réglée comme du papier à musique.

Sa vie prend une autre tournure lorsque son oncle prend contact avec lui pour s’opposer à la publication du premier volume de Mon combat. Knausgaard se retrouve alors plongé dans une grande angoisse qui va déséquilibrer profondément ses relations avec sa femme.

Comme dans les ouvrages précédents, sa vie que l’auteur nous raconte est aussi l’occasion pour lui de nous révéler de nombreuses réflexions sur de nombreux sujets. C’est évidemment cela qui a permis à l’auteur de rencontrer le succès avec son autobiographie. C’est aussi ses nombreuses digressions qui lui ont permis d’atteindre autant de pages pour son autobiographie.

Ici, l’auteur nous propose une réflexion bouleversante sur les rapports de l’auteur à son père, pierre angulaire de sa démarche d’écriture. Le début de son œuvre débutait avec le récit intime et touchant de la mort de son père. C’est d’ailleurs à propos des écrits sur son père qu’il voit son oncle tenter de s’opposer à la publication du livre.

L’auteur nous propose aussi une réflexion particulièrement intéressante sur certains évènements marquants du 20ème siècle comme le nazisme qu’il met en parallèle de façon audacieuse avec sa propre existence. Il profite d’une longue digression pour nous offrir une sorte d’essai consacré à Hitler en nous expliquant la façon dont il est perçu.

Ce n’est évidemment pas une surprise de le voir nous parler d’Hitler car l’on savait déjà que le titre de son œuvre Mon combat faisait référence au livre écrit par Hitler pendant son passage en prison. On sait que l’auteur norvégien est un (brillant) provocateur et que ses écrits ont aussi souvent créé la polémique, notamment lors de la publication du premier tome qui brossait un portrait peu reluisant de son père (entre violence et alcoolisme) et traitait de son agonie. Avec ce dernier tome, la polémique est réapparue avec ses écrits sur Hitler. Le Norvégien devait s’y attendre.

Alors voilà, Fin de combat, excellent ouvrage dans la lignée des cinq précédents, vient donc clôturer l’énorme entreprise littéraire du norvégien qui nous aura raconté toute sa vie et son quotidien. Une vie au final banale et plutôt ordinaire qui nous aura passionné pendant de nombreuses années pour une raison assez simple. Quand l’auteur norvégien nous parle de sa vie, il nous parle en même temps de celle des autres. Ce qu’il nous raconte dans ses longues digressions du monde et de nos sociétés nous parlent aussi évidemment. Son œuvre a incontestablement une dimension sociologique, peut-être même politique et idéologique. Mon combat est au final une œuvre autobiographique incroyable que je suis ravi d’avoir lue.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Comme il pleut sur la ville" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Karl Ove Knausgård


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=