Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Philippe Bianconi
Debussy  (La Dolce Volta)  septembre 2020

Il n’en a jamais fait secret à personne, le pianiste Philippe Bianconi aime profondément Debussy. En 2012, son magnifique enregistrement consacré à ses Préludes déjà avec le label La Dolce Volta a été plébiscité par la presse et le public, et lui a valu une nomination aux Victoires de la Musique Classique, le Grand Prix de l’Académie Charles Cros, et un Diapason d’Or de l’Année. Quand même.

Les mois qui précèdent et suivent la Première Guerre mondiale sont des moments extrêmement difficiles pour Debussy. Il est naturellement profondément bouleversé par la guerre, mais aussi un manque cruel d’inspiration amène presque au dégoût de la musique, il avoue que "le son familier du piano (lui) était devenu odieux", il a des dettes et de nombreux voyages en Angleterre, Hollande, Italie et Belgique au programme. Petit à petit, un mouvement créateur est de nouveau amorcé. Surtout Debussy commence à envisager la musique autrement. "Je réapprends la musique (…) Le total d’émotions que peut donner une mise en place harmonique, est introuvable en quelque art que ce soit ! Excusez-moi ! J’ai l’air de découvrir la musique, mais, très humblement : c’est un peu mon cas" écrit-il à son ami le chef d’orchestre Désiré-Émile Inghelbrecht. En quelques mois, il va composer En blanc et noir pour deux pianos, les études pour piano, la sonate pour violoncelle et piano et la sonate pour flûte, alto et harpe.

Le cycle des douze études est composé à Pourville entre juillet et septembre 1915 et trouve son élaboration dans la révision des études op.10 et op.25 de Chopin (les études sont dédiées à la mémoire de Frédéric Chopin) à la demande de son éditeur pour remplacer les éditions allemandes. Avec ses études, Debussy expérimente, travaille autour des intervalles (tierce, quarte, sixte, l’octave...) pour créer un matériel sonore nouveau.

On ressent dans les doigts de Bianconi tout le dramatisme poignant des études jouées comme des abstractions lyriques.

A partir de décembre 1915, celui qui rêvait de vivre un nouvel été créatif déchantera dans un hiver fait de douleurs physiques (suite à son opération d’un cancer du côlon) et psychiques. Son corpus n’augmentera pas comme il aurait tant aimé.  Si sa dernière œuvre achevée est la sonate pour violon et piano, sa dernière œuvre pour piano est : les soirs illuminés par l’ardeur du charbon. Pièce presque nostalgique, rappel du passé : le titre est un vers tiré du balcon de Baudelaire que le compositeur avait mis en musique, et la citation musicale du prélude inspiré par la poète. Mais l’œuvre nous rappelle aussi à une triste vérité : elle servira de paiement contre des sacs de charbon à son marchand, amateur de musique.

Dans ce disque, on retrouve également l’Élégie et Le martyre de saint Sébastien, suite pour piano (transcription André Caplet).

Il y a chez Philippe Bianconi une pertinence du propos, une élégance, beaucoup de musicalité. L’articulation est nette. Il y a une puissance, une intensité dans le jeu, dans la profondeur du clavier, une clarté mélodique, rythmique, harmonique. Très beau !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Philippe Bianconi
Le Soundcloud de Philippe Bianconi
Le Facebook de Philippe Bianconi


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-11-29 :
Yves Marie Bellot - Grand plongeoir
Switch Trio - In Town
Clarys - De là
Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta - Songs
Star Feminine Band - Star Feminine Band
Valerie June - Stay / Stay Meditation / You And I EP
Vaiteani - Signs
Hélène Grimaud - The Messenger
Eau Rouge - I know that you know
Emma Ruth Rundle & Thou - May Our Chambers Be Full
Listen in Bed - SELECTORAMA (Saison 2 MIX4)

• Edition du 2020-11-22 :
Manuel Bienvenu - Glo
Daniel Trakell - Warning Bell
Lambchop - Trip
Ane Brun - After the great storm & How beauty holds the hand of sorrow
Al Pride - Sweet Roller
Aurore Voilqué Trio - Un soir d'été
Matt Berninger - Serpentine prison
Listen in Bed - Lambchop's Trip (Saison 2 Emission 5)
Rumer - Nashville Tears
Laetitia Shériff - Stillness
Fredda - Bisolaire
Nadéah - Lockdown Care Bundle EP
Morgane Imbeaud - Je ne vous oublierai jamais
 

• Archives :
Saffron Eyes - Pursue a less miserable life
Roustem Saïtkoulov - Frédéric Chopin
Simon Zaoui - Beethoven, un nouveau manifeste
Brazzier - Lignes futures
Astrig Siranossian - Dear Mademoiselle
Aldo Romano - Reborn
Gorillaz - Song Machine, Season One : Strange Timez
The Brooks - Any day now
Laura Perrudin - Perspectives & Avatars
Imbert Imbert - Mémoires d'un enfant de 300 000 ans
Listen in Bed - Aux amis qui manquent (Saison 2 Emission 4)
Primevère - Primevère
Palo Alto - Difference and Repetition (a musical evocation of Gilles Deleuze)
Adrien La Marca - Walton, Grisi & Prokofiev : Heroes
Solaris great confusion - Untried Ways
Simon Moullier - Spirit Song
David Neerman - Noir Lac
Old School Funky Family - Tonus !
Listen in Bed - US / FR (Saison 2 MIX3)
Michel Dalberto - Ravel : Gaspard de la Nuit, Miroirs, Sonatine, Valses
Benjamin Faugloire Project - L
Mariuus - Grand parc EP
Le Deal - Jazz Traficantes
Stracho Temelkovski - The Sound Braka
Frantic - Recital
Helluvah - Lonely Riots
Thibaut Garcia - Aranjuez
Romain Humeau - Interview
Blast Candy - Blast Candy
Ninja Cyborg - The Sunny Road
- les derniers albums (6229)
- les derniers articles (168)
- les derniers concerts (2325)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1096)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=