Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christophe Honoré, les corps libérés
Mathieu Champalaune  (Editions Playlist Society)  octobre 2020

Voilà une récente maison d’édition qui gagne à être connue de par ses récentes publications avec notamment la publication d’un essai sur un homme dont j’apprécie particulièrement le travail, un certain Christophe Honoré. Christophe Honoré est connu pour ses réalisations dans le domaine du cinéma avec notamment un film qui fait partie de mes films préférés, Les chansons d’amour (que je vous conseille vivement de regarder si vous ne le connaissez pas). Il est aussi écrivain (roman classique et romans jeunesse), dramaturge, metteur en scène de théâtre et d’opéra.

Christophe Honoré compte parmi les artistes français les plus singuliers de son époque. De son premier film, 17 fois Cécile Cassard, à l’autofiction Plaire, aimer, courir vite, il fait dialoguer l’intime et l’universel, et décline son amour pour la création artistique sous une multitude de formes.

Le travail de Christophe Honoré se nourrit de nombreuses influences, notamment de la nouvelle vague, ainsi que de sa complicité avec ses acteurs fétiches et le musicien Alex Beaupain. Observateur des mœurs modernes et des sentiments, attaché à la représentation des corps, il met en scène des personnages en quête d’affranchissement.

Avec son ouvrage, Mathieu Champalaune, journaliste et critique de cinéma, de littérature et de théâtre retrace le parcours de cet artiste qui interroge notre place dans le monde et dans le temps, tout en cultivant sa mythologie personnelle.

L’univers de Christophe Honoré m’a passionné, ses réalisations se nourrissent de son vécu, de son passé d’étudiant à Rennes (l’ouvrage revient sur son parcours d’étudiant), de sa passion pour la pop anglaise.

La musique est centrale chez Christophe Honoré, tout comme l’analyse des sentiments qu’il ausculte dans de nombreux films. Christophe Honoré utilise la musique de différentes manières et pense ses films en accord avec elle. Dans ses œuvres, la pop anglaise côtoie la chanson française avec Alain Barrière dans La Belle personne, Anne Sylvestre dans Plaire, aimer et courir vite mais aussi Jean Ferrat et Charles Aznavour dans Chambre 212. On peut aussi retrouver de la musique classique (Mozart, Ravel) dans Métamorphose, du jazz dans Dans Paris.

Dans Les Chansons d’amour, la musique prend une place importante. A l’inverse de Parapluies de Cherbourg, ce film n’est pas uniquement chanté. Dans ce film, le chant permet aux personnages d’exprimer les sentiments pour lesquels la parole ne suffit plus. Il intervient aux moments essentiels de l’histoire, où les protagonistes se révèlent, dévoilent leurs blessures et leurs espoirs, expriment divers sentiments.

L’ouvrage nous montre que Christophe Honoré est aussi un lecteur passionné et un cinéphile assidu. Certains de ses films sont des adaptations libres d’œuvres littéraires, comme La Belle personne inspirée de La princesse de Clèves. Ma mère est inspiré du roman inachevé de Georges Bataille. Avec Métamorphoses, c’est dans l’univers d’Ovide qu’il nous plonge.

L’ouvrage nous parle de ses acteurs fétiches, nous montre de l’amour qu’il porte à ceux-ci, de Béatrice Dalle qui joue dans 17 fois Cécile Cassard à Louis Garrel, Léa Seydoux, Anaïs Demoustier et bien d’autres comme Grégoire Leprince-Ringuet. Il existe d’ailleurs une grande complicité entre ces acteurs.

Dans les films de Christophe honoré, la ville prend une place importante que cela soit Paris pour de nombreux films, Rennes pour Plaire, aimer et courir vite ou Londres, Prague et Montréal pour Les biens-aimés. Les scènes d’intérieur sont souvent dans des chambres (d’étudiants, conjugales, d’hôtel) qui apparaîssent comme une sorte de refuge face au tumulte urbain.

L’intime est aussi prépondérant dans l’œuvre de Christophe Honoré, du décès accidentel de son père (dont il s’inspire dans des livres et des films), du décès brutal de la petite amie d’Alex Beaupain qui inspirera Les chansons d’amour mais aussi de l’homosexualité, très présente aussi dans ses films.

D’autres thématiques sont abordées dans l’ouvrage au travers des œuvres de l’artiste que je vous laisse découvrir notamment celle de la place de la famille.

L’ouvrage est vraiment excellent, j’ai appris beaucoup de choses concernant Christophe Honoré et compris davantage son travail et son œuvre. Il a confirmé tout le bien que je pense de Christophe Honoré et m’a donné l’envie d’aller me replonger dans ses films et ses livres.

Alors n’hésitez pas à acheter ce petit ouvrage qui se lit très rapidement et n’hésitez pas à aller voir les publications de Playlist Society qui parlent d’autres cinéastes mais aussi de séries télévisées. Vous trouverez sûrement votre bonheur.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Mathieu Champalaune
Le Facebook de Mathieu Champalaune


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours
- 30 juin 2024 : En route pour Avignon
- 23 juin 2024 : Garder le cap !
- 16 juin 2024 : Culture en danger ?
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=