Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Steven Soderbergh, anatomie des fluides
Pauline Guedj  (Editions Playlist Society)  novembre 2021

C’est toujours un immense plaisir que celui de recevoir la nouvelle parution des éditions Playlist Society qui régulièrement nous propose de formidables essais sur la musique, le cinéma, la littérature, les séries.

Leur formidable correction s’enrichit ce mois-ci avec une nouvelle publication concernant un réalisateur américain réputé, Steven Soderbergh. Aux manettes de cette publication qui m’a fait découvrir sous un autre œil cet artiste se trouve Pauline Guedj, une anthropologue et journaliste qui collabore pour l’hebdomadaire Politis. Elle est l’autrice d’articles et d’ouvrages sur les cultures africaines-américaines ainsi que de Louis Malle, regards sur l’Amérique.

Avec cet ouvrage, l’autrice nous brosse un portrait de l’artiste et capture les thématiques qui traversent sa carrière. Explorant le temps, les espaces et les corps, elle nous montre que Soderbergh est un observateur du monde contemporain et des mécanismes qui le régissent.

Le début de l’ouvrage est consacré à la méthode Soderbergh, elle revient sur le festival de Cannes en 1989 qui a vu Sexe, mensonges et vidéo, le premier film de l’Américain se retrouver faire partie de la sélection officielle grâce à un concours de circonstances favorables. Lors que la Palme d’or semblait promise cette année-là au film de Spike Lee, on apprend que Wim Wenders, président du jury, joua un rôle important dans la victoire de Soderbergh pour la Palme d’or. Ce premier film de Soderbergh va changer à jamais l’histoire du cinéma indépendant américain. Il va jouer aussi un rôle majeur dans la carrière de distributeur et de producteur d’un certain Westein.

Soderbergh se définit comme un caméléon, comme quelqu’un dont la carrière n’est pas dictée par une direction artistique prédéfinie mais plutôt par une méthodologie du cinéma qui fait de chaque film une expérience unique. On apprend beaucoup de choses sur les méthodes de tournage du réalisateur, faites de nombreuses expérimentations qui montrent qu’il se laisse guider par le plaisir de faire du cinéma.

Le système Soderbergh, c’est aussi un système économique. L’ouvrage nous montre que le réalisateur alterne entre films à très gros budget et productions plus modestes. C’est aussi une carrière construite autour de différentes ruptures, en témoigne le film Che qui le fait basculer vers le numérique mais aussi The Knick qui lui impose le détournement du format de la série vers un long-métrage d’environ 10 heures. L’ouvrage nous montre que chacune de ses œuvres porte un changement majeur et une remise en question des projets précédents.

L’ouvrage est construit autour de trois parties intitulées le cerveau c’est l’écran, corps en mouvement et la circulation des fluides. Elles nous montrent les enjeux de cohérence à l’intérieur de chaque film et comment le réalisateur cherche a développé une filmographie au sein de laquelle les œuvres se répondent. Il possède une véritable réflexion sur le cinéma classique qui irrigue ses propres œuvres. L’ouvrage nous montre aussi l’importance des personnages dans ses films, notamment à leurs comportements et leurs pensées. On découvre aussi que la médecine, la chirurgie et la maladie physique sont des thèmes récurrents chez Soderbergh.

L’ouvrage nous dévoile un réalisateur prolifique, audacieux qui aime brouiller les pistes en enchaînant les blockbusters et les films intimes. Il apparaît comme étant à l’avant-garde des essais techniques en matière de captation numérique et des innovations économiques pour la production et la diffusion des films. Réalisateur, chef opérateur, cadreur, monteur, producteur et parfois scénariste, il redéfinit les processus de fabrication d’une œuvre.

L’ouvrage de Pauline Guedj est juste passionnant, particulièrement pour moi qui ne connaissait pas grand-chose sur Soderbergh. Il nous propose une réflexion particulièrement originale sur ce réalisateur autour de la notion des "fluides" qui s’avère très pertinente, fluidité dans sa pratique même du cinéma, fluidité lors des tournages et fluidité du monde.

Une fois encore, ces éditions Playlist Society nous émerveillent par la qualité de leurs publications qui font qu’on est déjà à attendre la prochaine avec impatience.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Pauline Guedj


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie
- 11 février 2024 : A la saint valentin, offre toi un truc bien
- 4 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?
- 28 janvier 2024 : Adieu galettes, bonjour les crêpes
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=