Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Andromaque
Théâtre de l'Epée de Bois  (Paris)  janvier 2022

Tragédie de Jean Racine, mise en scène d'Anne Coutureau, avec Bellamine Abdelmalek, Théo Askolovitch, Clara Foubert, Sébastien Gorski, Eléonore Lenne, L’Eclatante Marine, Louka Meliava et Alexiane Torrès.

Les histoires d'amour finissent mal en général chantaient les Rita Mitsuko et a fortiori dans la tragédie "Andromaque" de Jean Racine dont l'argument - celui de l'amour unilatéral - dans laquelle la dialectique des passions et des caractères soutenant la psychologie tragique se déploie en forme de "chaîne amoureuse à sens unique" avec la confrontation des amours non seulement transis mais définitivement contrariés.

Dans les coulisses des hautes sphères du pouvoir sur fond de Guerre de Troie et d'intrigues amoureuses de palais, la jeune garde princière éprouve la puissance des pulsions au paroxysme de leurs tensions qui enchaînent et la violence impétueuse du désir avant d'expérimenter l'issue d'un amour impossible.

Oreste, le fils du roi de Mycènes aime la princesse Hermione, fille du roi de Sparte, qui aime Pyrrhus, le fils d'Achille le vainqueur de Troie et son futur époux, lequel vient de succomber au charme de la reine captive Andromaque, la fidèle veuve éplorée du chef troyen vaincu, dont l'arrivée amorce une mécanique infernale au sanglant dénouement par ricochet.

Anne Coutureau, comédienne et metteuse en scène a choisi cet opus qu'elle appréhende comme un éloge du désir, "une incitation impérieuse au risque d'aimer et de vivre" pour, indique-t-elle dans sa note d'intention, creuser "la dramaturgie existentielle du désir" que décrypte Racine à travers les pulsions universelles et intemporelles qui animent l'être humain.

Et sa mise en scène ne s'inscrit pas la démarche agonistique mainstream appliquée au théâtre classique mais dans sa conception de la mise en scène comme une recherche constante de sens et du théâtre, celui du théâtre d'incarnation qu'elle défend notamment dans la Compagnie Théâtre Vivant* dont elle est co-fondatrice et directrice artistique.

Ainsi, s'affranchissant de la représentation illusionniste et évitant le naturalisme humoral, il repose sur le travail et le corps de l'acteur au centre de la création et sa capacité à exprimer ce qu'elle nomme la vibration humaine contemporaine. Pour concentrer l'attention sur l'essentiel, et l'essence de la tragédie, avec quelques surnuméraires intermèdes sur une musique de Woodkid chorégraphiés par Serena Malacco, Anne Coutureau opte pour une scénographie épurée conçue comme un espace mental. Ainsi, sur un plateau nu rythmé par les seules lumières minérales et crépusculaires de Patrice Le Cadre, les personnages, vêtus des superbes costumes confectionnés par Frédéric Morel dans une esthétique à l'antique, bien évidemment pas celle du péplum hollywoodien, évoquant la revisite opérée par Madeleine Vionnet et Madame Grès, apparaissent tels des émanations de leur psyché.

Et les comédiens-officiants prennent à leur compte le discours qui révèle le caractère de leur âme, et, déjouant le piège de la diction déclamatoire des alexandrins, restituent la beauté de la langue racinienne corsetée par l'alexandrin tout en lui apportant une bienvenue fraîcheur de jeu. Sous les yeux des confidents-témoins (Alexiane Torrès, Clara Foubert et Bellamine Abdelmalek) et du gouverneur de la cité (Sébastien Gorski), se débat le quatuor fatal entre frustration, dépit, jalousie, rivalité, inversion du sentiment et vengeance et les déclinaisons de la passion aliénante - et de la sensualité inassouvie - qui détruit tant l'autre que soi-même ne connaissant ni sagesse ni morale et pas davantage la résilience ou le renoncement.

Théo Askolovitch (Oreste l'amoureux pathétique instrumentalisé), L'Eclatante Marine (Hermione la répudiée furieuse), Louka Meliava (Pyrrhus le guerrier violent sous emprise de sa prisonnière qui ne finira pas en héros glorieux mais en commun des mortels assassiné par son rival), et, avec une mention spéciale, Eléonore Lenne (Andromaque la majestueuse et sensuelle) relèvent le défi de ce sublime opus.

Un spectacle d'excellente facture avec lequel Anne Coutureau, qui assure une efficace direction d'acteur, confirme son postulat de travail : bien avant le développement des sciences psychiques et la métapsychologie des passions de Sigmund Freud, Racine décrypte et révèle les circonvolutions passionnelles.

 
* "Théâtre vivant implique le spectateur dans une expérience sensible, intellectuelle et spirituelle pour faire, du théâtre, le lieu privilégié de la connaissance de soi et du monde" dont la mission est "celle du miroir qui permet de s’humaniser. De devenir pleinement homme : être humain et individu"

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2024 : La culture en forme Olympique

Avignon se termine et on fait le plein de spectacles formidables que nous avons découverts au festival OFF. Un peu de musique, des festivals, de quoi passer un bon été, sportif ou non ! Et pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

Festival des Vieilles Charrues #32 et toutes les photos sur Taste Of Indie
retour sur le Hellfest #17 avec Green Lung, Houle, Satyricon et beaucoup d'autres
Festival Chauffer dans la Noirceur #32 :
le vendredi avec Mike Love, Gogol Bordello, Psychotic Monks et d'autres
le samedi avec TTrruuces, Faada Freddy, Slift et quelques autres
"In the sky wirh" Gérard Loussine
"Summer sampler #11" de Howlin' Banana Bands
"Mesdames" de Mesdames
2 petites découvertes : Alfs et Harun
et toujours :
"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"La cabane de l'architecte" au Théâtre du Collège de La Salle
"Hamlet take away" au Théâtre de l'Atelier Florentin
"Toutes les choses géniales" au Théâtre La Condition des Soies
"Agathe Royale" au Théâtre des Gémeaux
"Comme on brûle encore" au Théâtre du Cabestan
"Entrée des artistes" au Théâtre des Halles
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corp" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :
"Gondola" de Veit Helmer
"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini
un DVD avec "Berlin boys" de David Wnendt
"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé
"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat
"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=