Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Darius
Théâtre Essaion  (Paris)  février 2022

Comédie dramatique de Jean-Benoît Patricot, mise en scène d'André Nerman, avec Catherine Aymerie et François Cognard.

En mettant en scène "Darius" de Jean-Benoît Patricot, André Nerman s’attèle à un triple défi : celui de l’histoire à la fois solaire et bouleversante, celui du style toujours compliqué à adapter sur scène - le roman épistolaire - et celui enfin du sujet des nez, car comment convoquer les émotions et les senteurs uniquement par des mots? Gageure magnifiquement relevée cependant.

Darius c’est ce jeune homme polyhandicapé, né sourd et muet et dont la maladie le fait décliner progressivement, le paralysant peu à peu, l’empêchant de voir, jusqu’à réduire son horizon à un seul sens: l’odorat.

Sa mère, Claire, s'est cependant toujours battue pour ouvrir son fils au monde, l’initiant au cinéma, le faisant voyager. Mais voilà, le jour vient où le voyage n’est plus possible pour Darius. Claire  trouve alors un stratagème astucieux en faisant appel à Paul Lagarce, célèbre parfumeur. Elle le charge de recréer toutes les senteurs de la vie de Darius - lieux, personnes, film - pour maintenir intacte la flamme de son enfant et poursuivre par les sens leurs échanges incessants.

Paul de son côté a abandonné ses activités créatives et vivote depuis la mort de sa compagne, bradant son talent sur les marchés de Provence. Ce n’est qu’à reculons qu’il accepte cette étrange proposition.

Au fil des échanges épistolaires et échanges de flacons se noue néanmoins  entre ces deux âmes bien différentes une relation faite de défi, de créativité, d’imaginaire, d’humour, de tendresse, dans ce qui devient peu à peu une quête à la quintessence de l’existence elle-même. D’anecdotes en confidences, ils se racontent avec pudeur, apprennent de leurs échecs, partagent leurs tourments, évoquent le bonheur.

L’écriture de Jean-Benoît Patricot est brillante: la langue est fine, vivante, savante. Les références au cinéma et à la littérature sont nombreuses - Proust, Stendhal, Flaubert, Demy, Lucas - tout comme aux sens et aux parfums, avec une richesse d'évocation visuelle d’une rare puissance. Il fait de cet échange de lettres un double dialogue intérieur en ping-pong, à la fois vif et profond. Les personnages sont attachants et profondément justes, humains.

Le déclin progressif de Darius, mis en regard du parcours intérieur de Paul et de Claire, est mis en avant sans apitoiement ni sensiblerie mal placée, Jean-Benoît Patricot voulant (et c’est le personnage de Claire qui le dit lui-même) se placer quoi qu’il arrive du côté de la vie.

La mise en scène d’André Nerman efface habilement la distance physique supposée des deux personnages. Ils semblent en effet se parler et s’écouter mutuellement, séparés seulement d’une cloison invisible et immatérielle. Leur espace scénique est disjoint mais leurs regards et leur intention sont bien dans l’échange.

Catherine Aymerie est époustouflante dans le rôle de Claire. Sa présence solaire malgré son lourd bagage, son air facétieux et grave, sa voix profonde et un peu cassée la place toujours sur la crête des sentiments avec une justesse de ton et d’interprétation incroyable. François Cognard ne démérite pas face à sa partenaire dans le rôle de Paul, le passionné écorché par la vie, aussi convaincant dans ses colères que ses émerveillements.

André Nerman offre ainsi un Darius d’une grande subtilité, vivant, émouvant, vibrant, sans jamais verser dans le pathos. Une histoire d’amour et de résilience d’une très grande beauté.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie
- 11 février 2024 : A la saint valentin, offre toi un truc bien
- 4 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?
- 28 janvier 2024 : Adieu galettes, bonjour les crêpes
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=