Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Toyen - L'écart absolu
Musée d'Art Moderne de Paris  (Paris)  Du 25 mars au 24 juillet 2022

Après Prague et Hambourg, et en collaboration avec la Galerie Nationale de Prague et le Hamburger Kunsthalle, le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris présente l'exposition rétrospective "Toyen - L'écart absolu".

Elle est consacrée à l'artiste peintre tchèque Marie Cermínova (1902-1980) figure de l’avant-garde politique et artistique dans son pays et du surréalisme en son temps - et notamment à Paris où a séjourné à Paris pendant les Années Folles avant de s'y installer définitivement en 1947.

Comme elle demeure connue du grand public contemporain nonobstant l'exposition "Rétrospective Toyen : une femme surréaliste (Prague 1902-Paris 1980)" que lui a consacré au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Etienne en 2002, les commissaires Annie Le Brun, écrivain, et Anna Pravdová, conservatrice à la Galerie Nationale de Prague, ont opté pour un parcours didactique.

Constitué d'un conséquent corpus d'œuvres picturales et graphiques, dont la quasi totalité sont détenues par des collectionneurs privés, il se déroule de manière chronologique et formalliser son évolution stylistique.

Toyen, une inquiétante étrangeté

Inscrite dans le tropisme contemporain de la féminisation de l’espace culturel et de la visibilité des artistes femmes, et, en l'espèce, dans l'actualité muséale internationale récente dédiée spécifiquement aux femmes surréalistes, la monstration reprend l'intitulé de la 9ème exposition internationale du Surréalisme en 1965 à Paris à la Galerie L'Oeil à laquelle participait Toyen, pour baliser son parcours considéré comme atypique et singulier.

Articulé autour d'un focus sur la constellation surréaliste avec notamment le portrait de profil d'André Breton inséré dans une superposition "ésotérique" de trois triangles exécuté par Toyen, il commence donc avec les oeuvres de jeunesse naviguant entre primitivisme naïf ("Café", Les Danseuses", "Les Avaleurs d'épée", "Le Cirque Conrado") et tentation géométrico-cubiste ("Fata morgana", "Nature morte cubiste", Plage").

Et elle s'achève avec la production des années 1966-1980 quand Toyen, sans abandonner la peinture ("Brumes de la solitude", "Le Paravent" retenu pour l'affiche, "Minuit,l'heure blasonnée'), privilégie le dessin, avec entre autres le cycle "Débris de mer" et le recueil "Vis-à-Vis", et le medium du collage et, en parallèle à ses créations, l'illustration de textes et recueils ("Sur le champ" d'Annie Le Brun) et la collaboration avec d'autres artistes comme Radovan Isvic pour lequel elle créé des masques pour un de ses opus théâtral.

Le coeur de l'exposition concerne les oeuvres des années tchèques des 1930-1940 avant l'installation de Toyen à Paris avec en introduction la conceptualisation, avec son compatriote le poète et peintre Jindrich Styrsky, de l'artificialisme, ressortant à une une proto abstraction lyrique résultant de l'hybridation figuration-abstraction et des paysages aux formes organiques ("Roches basaltiques", "Parc", "Oasis", "Paysage de lac", Fjords", "Lac de Côme")

Puis leur choix pour le surréalisme avec la co-fondation du mouvement surréaliste tchèque en 1934, année de réalisation de l'emblématique "La Femme magnétique" présentée dans une ligne temporelle ("L'homme de glu", "Dans le brouillard", "Spectre jaune", "Spectre rose").

Le coeur de la monstration s'ordonne autour de l'analyse des modalités conceptuelles et esthétiques de l'approche, de l'identification et de la représentation surréaliste de Toyen des forces primordiales et pulsions obscures et archaïques développées dans les années 1930 puis dans la période subséquente à la première guerre mondiale ("Les Lavandières de la mer", "Au visage bleu", "Si loin, si ancien", "La Belle ouvreuse", "Mélusine," La Dame blanche", La Visiteuse" et "Vertige" du cycle "Les Sept épées du fourreau").

Une représentation par la voie de la poétique et le prisme de l'érotisation, l'Eros et également son corollaire le Thanatos qu'elle traite lors de la guerre avec les grands cycles "Tir" et "Cache-toi,guerre !" et qu'elle préfigure dans les ensembles graphiques "Les Spectres du désert" et "Seules les crécerelles pissent sur les dix commandements" et qu'elle a préfiguré avec des toiles saisissantes ("Effroi", "Rêve", "La dormeuse", "Guignol","Les voix de la forêt").

Le champ d'interprétation des oeuvres, notamment ressortant au surréalisme, s'avère vaste et subjectif donc le visiteur appréciera en prenant le temps et le soin d'examiner de près et en détail chaque oeuvre de cette foisonnante rétrospective.

En préambule à la visite à voir :

le diaporama in situ de l'exposition "Toyen" au Hamburger Kunsthalle de Hambourg
un diaporoma in situ de l'exposition "In Wonderland : The Surrealist Adventures of Women Artists in Mexico and the United States" au LACMA à Los Angeles en 2012 en vidéo :
la conférence "Toyen et Jindrich Styrsky à Paris 1925-1928 - Entre le poétisme et le surréalisme" de la commissaire Anna Pravdiva dispensée en avril 2021 à l'Institut Giacometti
la visite commentée de l'exposition "Fantastic Women. Surreal Worlds from Meret Oppenheim to Frida Khalo" à la Schirn Kunsthalle à Francfort en 2020 et la conférence de Ingrid Pfeiffer commissaire de l'exposition
l'exposition "Surrealism Beyond Borders" au Metropolitan Museum of Art à New York en 2021 puis à la Tate Modern à Londres en 2022

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée d'Art Moderne de Paris

Crédits photos : © MM
avec l'aimable autorisation du MAM


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe
- 18 septembre 2022 : Nouvelle Vague
- 11 septembre 2022 : C'est reparti pour un tour
- 4 septembre 2022 : C'est la rentrée
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=