Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Boilly - Chroniques parisiennes
Musée Cognacq-Jay  (Paris)  Du 16 février au 26 juin 2022

Avec l'exposition "Boilly - Chroniques parisiennes", le Musée Cognac-Jay propose une immersion dans le Paris des 18ème et 19ème siècles avec les oeuvres d'un peintre prolifique qui a constitué un album pictural de la vie quotidienne dans la capitale.

Célèbre et réputé en son temps, Louis-Léopold Boilly (1761-1845) est ensuite considéré au mieux comme un petit maître sinon oublié et le Palais des Beaux-Arts de Lille a réactivé sa légitime notoriété en 2011 en lui consacrant sa première rétrospective internationale.

A cette fin, les commissaires, Annick Lemoine et Sixtine de Saint-Léger, respectivement directrice et attachée de conservation audit musée, et les historiens de l'art Etienne Bréton, et Pascal Zuber ont sélectionné plus d'une centaine d'oeuvres, peintures et dessins avec nombre de chefs-d’œuvre inédits présentés selon un parcours thématique.

La comédie humaine de Boilly d'une révolution à l’aube d’une autre

Portraitiste réputé, Boilly pimente le genre du portrait aimable de commande réalisé dans un petit format inhabituel et standardisé révélant son regard pointu prompt à saisir les travers de physionomie à l'aune de son autoportrait retenu pour l'affiche le montrant jovial et facétieux.

Ce regard qui lui inspire également de savoureuses caricatures ressortant à l'art de la grimace notamment avec sa série des "Trente-trois têtes d'expression" dont une figure dans l'exposition concomitante "Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet et deux toiles, "L’Effet du mélodrame" et "Une Loge, un jour de spectacle gratuit", qui révèlent un autre de ses tropismes picturaux.

Car dans un style néo-classique à la David avec une touche sentimentaliste à la Greuze, Boilly excelle également dans les scènes de genre qui se déclinent en scènes d'intérieur avec l'intimité domestique ( "Après le souper") ou amoureuse voire galante ("L'indiscret", "Deux jeunes amies qui s'embrassent", "Le doux réveil", "L'amant jaloux").

Et plus particulièrement en scènes d'extérieur dans le cadre d'une peinture de l'urbanité dont la manière ressort selon les commissaires au registre de la comédie humaine avec des scènes de foule conçues comme de fictionnelles fresques narratives.

En effet, retraçant des événements locaux qui rythment la vie des habitants ("La queue au lait"), et animent la capitale et ce, des plus quotidiens, comme celui de "L'Arrivée d'une diligence dans la cour des Messageries à Paris", ou certaines festivités ("Scène du carnaval", "L'Entrée du Jardin turc", "Le Spectacle ambulant de Polichinelle").

Ainsi que des événements inhabituels comme "L'entrée du theatre de l'Ambigu-comique à une représentation gratuite" et "La distribution de vin et de comestibles aux Champs Elysées à l'occasion de la Fête du Roi".

La manière stylistique de Boilly constitue une des pistes de déambulation pour susciter l'attention et la sagacité du visiteur.

Les autres tiennent à sa pratique récurrente du caméo, ce qui suscite un jeu de pistes pour retrouver la "binette" du peintre disséminée au gré des scènes, et son appétence pour celle du trompe-l'oeil humoristique et imaginatif à l'instar du délicieux chat crevant la toile sur laquelle il était représenté pour manger des harengs en toute discrétion.

Une vraie exposition-découverte pour le grand public et à voir en préambule :
en vidéo la visite commentée par la commissaire Sixtine de Saint-Léger
en diaporama in situ de la rétrospective Boilly au Palais des Beaux Arts de Lille en 2011

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée Cognacq-Jay

Crédits photos : © Pierre Antoine / Musée Cognacq-Jay
avec l'aimable autorisation du Musée Cognacq-Jay


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe
- 18 septembre 2022 : Nouvelle Vague
- 11 septembre 2022 : C'est reparti pour un tour
- 4 septembre 2022 : C'est la rentrée
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=