Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce León Ferrari - L'aimable cruauté
Musée national d’art moderne Centre Pompidou  (Paris)  Du 20 avril au 29 août 2022

Organisée en collaboration avec le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía de Madrid, le Van Abbemuseum à Eindhoven, et la Fundación Augusto y León Ferrari Arte y Acervo à Buenos Aires, le Musée national d’art moderne Centre Pompidou présente la première exposition institutionnelle en France consacrée à l'artiste plasticien argentin León Ferrari (1920-2013)

Conçue et réalisée par le musée de Madrid, où elle a été inaugurée, et la famille Ferrari à l'occasion du centième anniversaore de la naissance de l'artiste, elle s'intitule "L'aimable cruauté", traduction de la "bondadosa crueldad" en référence à la critique de ce dernier quant à l'art qui embellit et banalise la violence.

Récompensée pour son ensemble en 2007 par un Lion d'or à la 52ème Biennale d'Art Contemporain de Venise, l'oeuvre de León Ferrari s'avère protéiforme dans une dualité ainsi qualifiée : "J’ai fait et je continue de faire deux types d’œuvres : l’une sans intention éthique, abstraite, l’autre où j’utilise l’esthétique pour mettre en question l’éthique de la culture occidentale".

Ce que l'exposition parisienne placée en France sous le commissariat de Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur à la bibliothèque Kandinsky, présente en trois sections génériques qui se déploient dans un seul espace muséal ouvert qui permet une déambulation fluide entre trois sections génériques.

L'aimable cruauté - Memento Mori 

Ainsi "La Civilisation occidentale et chrétienne", "Architectures de la folie" et "Confusions tangibles" rendent compte de ses tropismes et de ses différentes pratiques esthétiques depuis ses premières sculptures en céramique des années 50 ("Mujer Preoccupada") et puis en fil de fer de la décennie suivante ("Hombre", "Opus 113").

La monstration, articulée autour du champigon atomique "Red Mushroom" est visuellement introduite par l'oeuvre la plus emblématique et notoire de León Ferrari, "La Civilizacion Occidental y Cristiana" qui n'est pas sans évoquer le texte de Friedrich Nietzsche"Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué !".

Elle appartient à un corpus d'oeuvres qui inscrit l'artiste comme un des représentants majeurs du conceptualisme latino-américain prônant l'indissociabilité de l'art et de l'action politique en opérant sous le tropisme de la stigmatisation et de la dénonciation de la barbarie du monde libéral occidental telle qu'elle se matérialise par le colonialisme, la dictature et la guerre.

Ainsi dénonce-t-il notamment la dictature chilienne, au cours laquelle son fils a fait partie des "disparus", avec la compilation de coupures de presse "Nosotroms no sabiemos" et les collages de la série "Nunca mas" croisant les toiles de la peinture de dévotion avec les documents photo-journalistique.

Il stigmatise également de manière virulente le rôle de l'Eglise comme soutien souvent actif du pouvoir et de manière récurrente les préceptes chrétien, dont ceux du bien et du mal et du juste châtiment, qu'il soit rendue par le système judiciaire ou lors du jugement dernier, par une relecture iconoclaste de la Bible avec les collages de la série "Relecturas de la Biblia" ainsi que dans des installations telle "La Justicia" avec une poule encagée déféquant sur les plateaux d'une balance.

Le second type d'oeuvres ressort au conceptuel expérimental visant la valeur du signe, par une recherche graphique sur la calligraphie et la visualité du langage dès les années 1960 avec les "Cuadros escritos" proches du lettrisme ainsi que les "Eliografias" qui, avec les figures du labyrinthe et de la spirale,dénonce l’absurdité de la société contemporaine.

A ne pas rater la sculpture suspendue "Huesos" inspirée de la vanité et à voir en préambule à la visite :
le documentaire "Civilización" de Rubén Guzmán (en espagnol)
la présentation en vidéo de l'exposition "La bondadosa crueldad León Ferrari, 100 años" à Madrid
les oeuvres de l'artiste sur le site de la Fondation Leon Ferrari

 
En savoir plus :

Le site officiel du Centre Pompidou

Crédits photos : © MM
avec l'aimable autorisation du Musée national d’art moderne Centre Pompidou


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2024 : Garder le cap !

Musique, cinéma, théâtre, création artistique en général, Froggy's Delight est toujours là pour vous proposer ses coups de coeur, en attendant d'aller faire un tour à Avignon !
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Love changes everything" de Dirty Three
"Miss flower" de Emiliana Torrini
"Fauréver (A Tribute to Gabriel Fauré)" de Enrico Pieranunzi, André Ceccarelli, Diego Imbert
Présentation des Vieilles Charrues #32
"Hubble" de Hubble
"Ambiance agile" de L'Étrangleuse
"Les ravissements" de Maud Lübeck
"Précipice" de Maudits
"Eden, fall" de Melaine Dalibert
"Barbara Vol.1 (Plastèque planet)" de Nouriture
"Aero" de Persuasive
"Melancolia felice" de Sunshade
Sonic Winter, Snatcher, Hum Hum, L'Ambulancier, little Odetta et quelques autres clips à découvrir
et toujours :
"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)
et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=