Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ceci n'est pas une Framboise Frivole
Théâtre La Piccola Scala  (Paris )  juin 2022

Spectacle humoristico-musical conçu et interprété par Peter Hens et Bart Van Caenegem avec la collaboration artistique de Jean-Louis Rassinfosse.

Depuis trois décennies, et parmi la première à l'origine du nouveau genre de spectacle humoristico-musical dispensé par de vrais musiciens en dehors de leur activité professionnelle dédiée, sévit La Framboise Frivole créée par le violoncelliste et ténor Peter Hans.

Le duo qu'il compose depuis 2001 avec le pianiste Bart Van Caenegem sévit avec talent et un succès tant critique que public avec pour objectif assumé le postulat "jouer de la musique et amuser le public" et, après avoir fêté un fantaisiste anniversaire ("La Framboise Frivole fête son centenaire"), ils proposent la partition intitulée avec "Ceci n'est pas une Framboise Frivole".

Quoi de plus naturel - et belge - pour les deux complices flamands - que paraphraser la célébrissime phrase "Ceci n'est pas une pipe" figurant sur une oeuvre-manifeste du surréalisme mondialement connue, "La trahison des images" de leur compatriote René Magritte pour annoncer un spectacle placé sous le signe de l'imaginaire qui navigue dans tous les domaines artistiques.

Et ce avec pour argument un invraisemblable scénario dans lequel, pendant la dernière guerre mondiale, deux espions recherchent en Normandie les partitions qui doivent prouver la suprématie de la musique allemande. Deux espions qui se nomment Dupont et Dupont comme les personnages du dessinateur, belge lui aussi, Hergé dans un opus émaillé d'hommage aux natifs du plat pays qui ont marqué l'histoire de leur art, des beaux arts, avec Edvard Munch et James Ensor, au 9ème art, celui de la bande dessinée avec donc Hergé mais également Peyo quand est évoquée la période Schtroumpf de Picasso.

Bien évidemment les frivolités de la Framboise s'expriment par et dans son domaine de prédilection qu'est la musique et sans ostracisme, du classique à la chanson de variété notamment française en passant par le jingle de publicité, du jazz au pop rock en passant par le rap, avec le rap de la râpe qui sait raper, et à travers le prisme de l'humour, de la dérision et du détournement , et le chant en pratiquant avec facétie la goguette.

Excellents musiciens connaissant leur discipline et leur instrument sur le bout des doigts, tel que manifesté dans la superbe séquence de la conversation entre la corde et la touche, et fonctionnant sur le principe du duo de clowns, respectivement en fanfaron qui manie la baguette et en Auguste stoïques aux mimiques révélatrices, Bart et Peter ne s'interdisent rien.

Ils osent tout même s'attaquer aux monuments du répertoire classique en brocardant la "Rhapsodie hongroise" de Fliszt et "La Traviatata" de Verdi ou malmener le fameux "Boléro" de Ravel selon le mode sagace opératoire du dynamitage façon puzzle suivi d'une recombinaison, à l'aune d'une inattendue et sagace concaténation à laquelle s'ajoute le goût pour les jeux de notes et les jeux de mots, des bribes originales à la faveur d'une fusion musicologique anachronique parsemée de gags et sketches loufoques et farfelus. Un procédé qui ne ressort pas tant au surréalisme que du collage dadaiste.

Ainsi La Framboise Frivole s'affiche résolument Dada, et avec la fidèle collaboration artistique de Jean-Louis Rassinfosse et leurs factotums scéniques en docte tenue de concertiste queue-de-pie, l'un avatar du professeur Nimbus, l'autre aux airs de Droopy, les joyeux drilles Peter Hens et Bart Van Caenegem délivrent un roboratif divertissement aussi jubilatoire que subtil qui ravira à tous égards le spectateur à l'attention soutenue et à l'oreille affutée pour savourer cette facétieuse et irrésistible farandole.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=