Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Ménagerie de verre
Théâtre Essaion  (Paris)  juin 2022

Comédie dramatique de Tennessee Williams, mise en scène de Patrick Alluin, avec Sarah Cotten, Pablo Gallego, Léo Lebesgue et Agnès Valentin.

Belle réussite pour la Compagnie Mireno Théâtre fondée et dirigée par Patrick Alluin d'autant qu'elle a choisi un classique du théâtre américain, la comédie dramatique "La Ménagerie de verre" de Tennessee Williams qui s'avère un opus cumulant les difficultés.

Ce, tant par sa structure, une suite de tableaux avec des inserts en en forme de flash-backs résultant de sa genèse d'avatar du scénario conçu d'après le texte d'une nouvelle autofictionnelle, que par sa nature, celle d'un récit rétrospectif d'un des protagonistes illustré de scènes dialoguées.

Et, surtout, par les surabondantes didascalies de l'auteur qui encadre de manière détaillée son opus pour lequel il exclut tout réalisme psychologique et livre, en prologue, la clé de lecture directive le plaçant dans un registre anti-naturaliste qui serait celui du souvenir subjectivisé coloré de licence poétique.

Un opus qui relate, dans l'Amérique des années 1930, un drame familial avec des personnages dont le dénominateur commun tient au ressassement d'illusions perdues, de rêves inaccomplis et de frustrations douloureuses.

Tennessee Williams y procède à la description de cette(sa) famille qui serait aujourd'hui qualifiée de famille monoparentale dysfonctionnelle tout comme il cerne le comportement de chaque membre qui, face au traumatisme, développe une stratégie différente.

Celle de l'évitement, refuge dans un passé heureux fantasmé de jeune fille courtisée pour la mère qui ne s'est pas remise de son choix malheureux pour un galant qui l'a abandonné et dans un monde imaginaire pour la fille complexée par une boiterie et affectée d'une timidité devenue pathologique, et celle de la fuite programmée pour le fils, dans une reproduction du schéma paternel.

Patrick Alluin ne déroge pas à l'injonction dramaturgique introductive de la partition originale relative à la (re)présentation vérité sous le masque de l’illusion mais parvient à trouver l'espace de liberté qui existe toujours sous la contrainte pour négocier un juste équilibre entre la réalité factuelle et sa transfiguration par l'onirisme ou la retranscription mnésique, tout comme, notamment avec le jeu de lumières d'Eric Charansol, le dispositif scénique de Thierry Good.

Il dirige un quatuor de comédiens à la justesse de jeu émérite pour incarner des personnages fragiles comme les animaux en verre qui renvoient au titre de la pièce, lui-même en référence à la collection de la fille et leur violence intérieure qui pourrait les faire exploser, sans verser ni dans le mélodrame ni dans le numéro d'acteur.

Agnès Valentin, remarquable pour camper l'égocentrique névrosée et mère ambivalente imposant une emprise affective et un étouffant huis-clos à ses enfants preuves de son malheur, et Léo Lebesgue parfait dans le déchirement coupable entre le devoir et l'épanouissement personnel, dans des confrontations déchirantes.

Pablo Gallego convaincant en séduisant irlandais investi du rôle de prétendant désigné dont la dénégation va entraîner l'implosion familiale et Sarah Cotten à l'époustouflante incarnation de la jeune fille, délivrent magistralement la scéne symbolique de révélation.

Une superbe proposition au service de l'oeuvre de Tennessee Williams.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=