Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Aigle à deux têtes
Studio Hébertot  (Paris)  février 2023

Comédie dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Jean Cocteau, adaptation et mise en scène de Paul Goulhot, avec Huifang Liu, Jérémy Brige, Olivier Ho Hio Hen, Maïko-Eva Verna et Bounsy Luang Phinith.

Jean Cocteau n'aurait sans doute pas désavoué Paul Goulhot, le metteur en scène qui a conçu cette nouvelle version de "L'Aigle à deux têtes" dans une mystérieuse ambiance extrême-orientale en ajoutant à la passion, ferment principal de cette tragédie hautement onirique, une dose subtile de raffinement et de cruauté.

En la situant dans un royaume aux confins de la Chine, où tous les personnages, sauf Stanislas (Jérémy Brige), sont incarnés par des acteurs d'origine asiatique, il lui confère une dimension universelle qu'elle n'a pas toujours.

Dans le film que Jean Cocteau a tiré de sa pièce en 1947, le Royaume qu'était censée diriger la Reine Vierge jouée par Edwige Feuillère avait des airs de Grand-Duché de Gerolstein et autres principautés d'opérette dont on était friand dans le théâtre, les comédies musicales ou le cinéma des années 1930 et 1940.

Dans la version presque audacieuse de Paul Goulhot, ce n'est pas du tout le cas. On n'est plus dans le carton pate.

Dès le levée du rideau, on est saisi par les partis pris stylistiques, le soin apporté aux décors et aux costumes, à l'atmosphère qui se dégage ici pour raconter une histoire d'amour à la fois simple et baroque, celle d'une reine recluse après la mort prématurée de son époux dont la solitude est brisée par l'irruption d'un poète anarchiste aux intentions meurtrières, qui se révèle le parfait sosie du défunt. Eros et Thanatos sont ainsi convoqués pour une inévitable danse d'amour et de mort digne de celles réservées d'ordinaire aux héros des grands opéras.

On l'a dit, d'emblée les illustrations ou les vidéos projetées au fond de la scène, qui sont dues à John Philomène qui s'inspirent de peintures à l'encre de Chine, permettent vraiment de s'immerger dans un ailleurs de conte asiatique.

S'ajoutent les costumes finement dessinés par Emilie Engrand, qui rappellent des habits chinois et intègrent la symbolique récurrente de l'aigle. La reine (Huifang Liu) bénéficie d'une robe elle aussi remarquable. L'intrigue se déploie dans un écrin exigeant où tout paraît pensé et l'on oubliera pas le décor aménagé par Laura Trouillard et Laure Garnier.

Entourée d'Olivier Ho Hio Hen, Maïko-Eva Verna et Bounsy Luang Phinith, secondée par Jérémy Brige, Huifang Liu porte la pièce sur ses épaules. Elle y parvient un peu dans la douleur, car on la sent encore dans une phase d'apprentissage de la chose théâtrale.

Mais la conviction qu'elle met, notamment face à Jérémy Brige laisse augurer un tempérament qui convient très bien pour jouer ce rôle marqué par Edwige Feuillère et que dans sa version vidéo, "Le Mystère d'Oberwald", Michelangelo Antonioni avait confié à une autre comédienne d'exception, Monica Vitti.

Reste que ce travail très soigné permet à Paul Goulhot de signer une très honorable version de "L'aigle à deux têtes" dans des conditions très contraignantes qu'il sait optimiser.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=