Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laetitia Sadier
Rooting For Love  (Duphonic Super 45s / Drag City)  février 2024

Je ne vais pas vous répéter pour la énième fois combien Stereolab et Laetitia Sadier comptent pour moi (lisez mes précédentes chroniques pour  ça).

Je ne vais pas davantage vous vanter encore une fois les mérites et les talents de la plus Anglaise des Françaises qui sort là son cinquième album solo, c'est-à-dire sous son nom. On peut y ajouter évidemment tous les disques de Stereolab et ceux de Monade, ce qui commence à faire une belle carrière.

Bref, je vous épargne au moins 3 paragraphes mais je ne peux pas décemment vous laisser passer à côté de ce nouvel album de Laetitia Sadier, que l’on attend mine de rien depuis 7 bonnes années et la sortie de Find me finding you sous le nom de Laetitia Sadier Source Ensemble.

Rooting for love s'inscrit dans la continuité de Silencio ou Something shines, un disque que l’on pourrait qualifier de militant, ou plutôt comme un témoignage critique de notre société et ses facettes parfois peu reluisantes. Messages politiques, féministes sont passés dans la plus grande des douceurs. Et c’est bien ce qui fait la particularité de Laetitia Sadier. Nul besoin d’élever la voix quand la sienne, de voix, est si reconnaissable (on aime ou pas, mais ça mérite de se pencher sur la question) et sait poser sans l’ombre d’une hésitation des mots forts et percutants dans la plus grande placidité apparente, accompagnés par des arrangements au cordeau qui font encore des miracles. On retrouve d’ailleurs sur l’album Emmanuel Mario qui l’accompagne depuis longtemps et Nina Savary (tout deux membres de Institut ou encore Astrobal, deux groupes qui eux aussi aiment jouer et expérimenter avec la pop).

Des titres superbes, avec ce je ne sais quoi d’imprévisible qui les empêche d’être des tubes au sens pop du terme, tout en restant dans la tête avec cette envie d’y revenir en permanence.

La recette ne varie pas beaucoup au fil des disques mais les saveurs sont toujours surprenantes et les ingrédients toujours inattendus. On retrouve bien entendu cette patte très cinématographique et légèrement vintage de Stereolab, ce sentiment de voyager dans le temps, complétée par des textes tantôt en français, tantôt en anglais mi-chanté, mi-parlé mais qui se pose toujours avec délicatesse sur la musique, dans une légèreté qui confine au détachement si unique et qui est la signature incontestée de Sadier.

Comme si chanter était une sorte de mécanisme au service de la mélodie, comme de jouer de la guitare, de la trompette ou du clavier. Cette voix si sensuelle et délicate permet de passer des messages forts avec une certaine grâce et une douce mélancolie.

Pour résumer, on se sent bien dans un album de Laetitia Sadier une fois qu’on en a compris les contours et la règle du jeu, comme enroulé dans une couette ultra confortable mais avec quand même la conscience qu’en dehors de cet écrin de douceur, c’est le chaos de partout et c’est ça qui est beau. 

Alors foncez sur ce disque qui encore une fois est une réussite d’une artiste à la fois culte et sous-estimée (ça va malheureusement souvent ensemble).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Silencio de Laetitia Sadier
La chronique de l'album Something Shines de Laetitia Sadier
Articles : Listen in Bed - La sélection de Laetitia Sadier (émission 15 saison 3)
Articles : Listen in Bed - Stereolab & Laetitia Sadier (émission 22 saison 3)
Articles : Listen in Bed - Les dix chansons préférées de Laetitia Sadier (émission 18 saison 4)
Laetitia Sadier en concert à La Fil (samedi 13 mars 2010)
Laetitia Sadier en concert au Café de la Danse (dimanche 31 octobre 2010)
L'interview de Laetitia Sadier (samedi 27 septembre 2014)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Laetitia Sadier
Le Soundcloud de Laetitia Sadier
Le Facebook de Laetitia Sadier


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2024-07-14 :
Big Special - Postindustrial Hometown Blues
Villagers - That Golden Time
Leila Huissoud - La Maladresse
The Silver Lines - Inwoods - Swirls - Djinn - Coeur-Joie - Pop Crimes - ODA - Ni Vus Ni Connus

• Edition du 2024-07-07 :
Festival Chauffer dans la Noiceur #32 (édition 2024) - Gogol Bordello - Glauque - The Psychotik Monks - Bonnie Banane - Squirrel Flower - For The Hackers - Faada Freddy - Pierre Hugues José - Ragapop - Mike Love - Liraz - Sam Quealy
Dropdead Chaos - MATW - For The Hackers - Elias Dris - CXK - Ni Vus Ni Connus
Venice Bliss - Shame
Alcest - Les chants de l'Aurore
 

• Archives :
La Mare Aux Grenouilles #88 - Talk Show Culturel
Bill MacKay - Locust Land
PC Nackt / Nico van Wersch - Deutsche Theatre Berlin Trilogy
Oh Hiroshima - All Things Shining
Laurène Helstroffer Durantel - Flash-Back
Resto Basket - Le Seum
U Rock Party #3 - Cooksound Festival #13 - La Guinguette Sonore #7 - Festival
Seppuku - Times
BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band - Ni Vus Ni Connus
Lola Descours - Hommage à Nadia Boulanger
L'Étrangleuse - Ambiance Argile
Persuasive - Aero
Emiliana Torrini - Miss Flower
Enrico Pieranunzi, André Ceccarelli, Diego Imbert - Fauréver (A Tribute to Gabriel Fauré)
Nouriture - Barbara Vol.I (Pastèque Planet)
Maudits - Précipice
Sunshade - Melancolia Felice
Melaine Dalibert - Eden, Fall
Maud Lübeck - Les ravissements
Festival des Vieilles Charrues #32 (édition 2024) - PJ Harvey - Sting - David Guetta - Cerrone - Gossip - Rodolphe Burger - Baxter Dury - Yamé - Simple Minds - Eddy de Pretto
Hubble - Hubble
Dirty Three - Love changes everything
Sonic Winter - Snatcher - Hum Hum - L'Ambulancier - Little Odetta - Anna - Marek Zerba - Fleabustiers - Two Trains Left - Stinky - Ni Vus Ni Connus
Dendana - Interview
La Mare Aux Grenouilles #87 - Talk Show Culturel
Eels - Time
The Desperate Sons - Leaving You Alone Part 1
Wildstreet - IV
Geoffroy Couteau - Brahms : Sonates pour clarinette et piano, trio pour cor
Meilleure erreur - Meilleure erreur
- les derniers albums (7593)
- les derniers articles (360)
- les derniers concerts (2401)
- les derniers expos (5)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1134)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (9)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=