Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Romane Bohringer
Interview (2)  (Boulogne)  28 octobre 2007

Après avoir été tellement impressionné par la performance de Romane Bohringer dans "Face de cuillère", j'avais voulu savoir comment on parvient à une telle perfection.

Très gentiment, elle accepte de m'en dire plus pour Froggy's Delight.

Voici la deuxième partie de cette entretien réalisé au TOP de Boulogne où elle achève cette série de représentations.


Quelle a été la part d'improvisation pendant le travail ? As-t-elle été importante ?

Romane Bohringer : Oui, bien sûr. C'est beaucoup plus vertigineux que quand on est quinze sur scène. On part d'un matériel très brut : un long texte.

Ca fait peur ?

Romane Bohringer : Ah oui vraiment. C'était des répétitions très difficiles pour moi parce que ça me semblait vertigineux tout ce texte....trouver une agitation intérieure pour chaque instant, chaque phrase.... Quand c'est partagé, c'est beaucoup plus facile. Chacun donne une couleur, on y répond. C'était même douloureux par moment tellement je me sentais au départ déconcertée par la montagne de texte à habiter, à transformer, à rendre vivant. Et c'est drôle comme le travail est vraimernt salvateur parce que, entre l'état où je me sentais au départ et l'état dans lequel je me sens maintenant, il y a un monde.

Maintenant, il n'y a pas une virgule de "Face de cuillère" qui n'est pas pour moi habitée par quelque chose : par une pensée, par une image. Tout maintenant... chaque phrase est importante. Je ne sens plus le temps passer par exemple alors qu'au départ, je me sentais presque ennuyeuse parce que pour moi à l'intérieur, tout était encore flou. Et à force de travail, maintenant ça passe comme un éclair. L'univers intérieur de Face de cuillère existe. Il est réel. Je connais son père, je connais sa mère, je connais "madame patate". Donc tout ça maintenant est presque "aisé". C'est vraiment elle qui me mène sur scène. Mais au départ c'était un espèce d'énorme tunnel à traverser.

Et la part d'improvisation, ben oui, c'était vraiment proposer des choses, se tromper, ne pas être d'accord, être d'accord. Ca a été une espèce d'assemblage d'idées, de coutures, de petits moments. Et puis elle change tout le temps d'humeur et d'idée donc c'est pas évident. Une fois qu'on a trouvé sa dynamique intérieure, après ça été plus facile mais au départ, ça a été un immense truc à défricher très vertigineux pour moi.

Et oui : j'ai proposé plein de choses, Michel m'a proposé plein de choses. On avait une chorégraphe qui nous a aidé aussi pour les moments de danse. Elle proposait des choses, j'en proposais d'autres. J'en refusais certaines. Voilà, ça a été un mélange, quoi. Une appropriation, petit à petit.

Quelles ont été les réactions du public ?

Romane Bohringer : Je dois avouer que ça fait un an et demie que je joue le spectacle et j'ai vraiment vécu partout où on a été des moments de communion avec le public d'une intensité vraiment dingue. (Je sais pas si je revivrais ça). Ca veut dire que le travail qu'on a fait a porté ses fruits. On a jamais grugé avec l'émotion du texte, on s'en est jamais servi pour faire pleurer dans les chaumières. On est extrêmements exigeants avec ça.

Je le suis moi-même sur scène tous les soirs, et même sur le rire (car le spectacle fait beaucoup rire aussi), à rester très droite et à tracer la route du spectacle. Et je dois dire que j'ai vécu des moments de transe avec le public, des moments d'adhésion totale quoi... Des moments d'extase, de plénitude en tant que comédienne, de sentir que les gens sont tellements avec vous et parfois dès que ça démarre, ils sont tout de suite l'ami de Face de cuillère. Je sens un courant tellement sympathique. Même pas pour moi mais pour la petite gosse. Et ça fait souvent des représentations en extase pour moi, vraiment.

Ca va être dur d'arrêter ?

Romane Bohringer : Oui, mais en même temps, j'ai la chance de vivre pas mal de très belles aventures donc je suis pas nostalgique et ce qui arrive dans le futur m'excite aussi. Mais bien sûr, ça restera un très très grand moment de théâtre pour moi.

Et aussi, j'ai beaucoup beaucoup appris. Etre seule sur scène, ça m'a fait beaucoup grandir. Donc je crois que plus rien n'est impossible maintenant pour moi au théâtre. Parce que vu comme j'ai eu peur et j'y suis arrivé quand même !

Alors, c'est la fin de "Face de cuillère" ?

Romane Bohringer : Il se trouve que c'est extrêmement facile à monter et à transporter donc quand Michel aura d'autres demandes, en fonction de mon emploi du temps, on le reprendra peut-être. Nous, on se dit pas que c'est la fin...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de Romane Bohringer part 1
La chronique du spectacle "Face de cuillère"

Crédits photos : Laurent (Plus de photos sur Taste of Indie)
photos prises au Théâtre de l'Ouest Parisien avec son aimable autorisation


Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=