Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thomas Dutronc
Comme un manouche sans guitare  (ULM)  octobre 2007

La sortie du premier album dudit Dutronc n’a pas manqué de faire grand bruit dans le Landerneau musical.Pas de quoi s’en étonner, le risque était faible, en lançant un tel nom dans la mare, de se voir confronté à une indifférence générale.

Thomas Dutronc n’a pas cherché à se cacher derrière un pseudo, une initiale ou un autre nom comme avant lui M, les fils Souchon et Voulzy (Les Cherche-Midi). Non lui, à l’instar d’un David Hallyday (qui aurait peut être d’ailleurs mieux fait de se la jouer plus discret…) a préféré afficher d’emblée la couleur, ce dès la pochette de l’album plus convaincante encore que n’importe quel test de paternité positif.

En même temps, quand "fils de" vaut pour "de Jacques Dutronc" (et accessoirement de Françoise Hardy), le risque pris n’était pas trop élevé. Au vu de cette filiation flatteuse, on se serait même aventuré à parier, avant même d’ouvrir ce disque, sur un gage certain de qualité.

Alors qu’en est-il ? Le Dutronc nouveau sera-t-il lui aussi promis à une discrète, mais solide carrière ponctuée de tubes qui seront encore de la play-list de tous les karaokés de ces trente prochaines années ?

Bien qu’il puisse revendiquer sans contestation possible l’héritage vocal de son père (même nonchalance, même flegme affiché), rien n’est moins sûr. D’autant qu’il est aujourd’hui particulièrement difficile de parier sur la longévité des jeunes artistes français, tant ceux-ci sont légions à faire des apparitions (et disparitions) à la chaîne depuis quelques années.

Pourtant il serait trop facile de cataloguer Thomas Dutronc d’énième nouveau venu sur la jeune scène française. Car le gitan Thomas explore, voyage, ne tient pas en place et ne se limite surtout pas à un seul style. Non, ce Comme un manouche sans guitare est un joyeux patchwork des genres un peu inclassable.

Une chose ne fait néanmoins pas de doutes, le petiot a certainement été plus largement influencé par un Django que par un Delerm ou un Fersen (normal en même temps, il est plutôt de la génération de ces derniers). Et si le jazz manouche ne constitue pas l’unique tonalité de cet album, la guitare si typique du genre est néanmoins fort présente et confirme ce que l’on savait déjà du Dutronc junior avant même qu’il ne s’essaie à un micro : le garçon possède un talent rare au bout des doigts (il a notamment fait ses preuves auparavant au sein du Gispy Project).

Outre le jazz manouche, on trouve aussi sur cet album des titres résonnant du swing jazzy du Paris d’après-guerre, ("China boy" et "September song", hommages directs au maître Reinardht), des morceaux instrumentaux qui nous font voyager à l’est ("Veish no drom"), des rythmes bossa ("Nasdaq"), ou encore des balades telles "Viens dans mon île" qui rappelle un peu l’univers cotonneux du "Jardin d’hiver" d’Henri Salvador ou "Solitaire" , le doux duo entre pop et chanson avec Marie Modiano ("fille de" l’écrivain Patrick Modiano !).

Bien sûr on retiendra aussi et surtout de cet album le cynisme et l’humour de Thomas Dutronc (ce qui là encore n’est pas sans rappeler les qualités du papa). Ainsi de sa déclaration d’haine/amour à Paris ("J’aime plus Paris"), retour de bâton évident aux amours déclarés de son père pour la capitale de l’époque, ou du particulièrement immoral mais ô combien réaliste "NASDAQ", ou encore du loufoque "Les frites bordel", chanson a priori normale commençant telle une gentille parodie de "l’ été indien" de Joe Dassin, voix parlée et chœurs roucoulants à la clé, pour s’achever sans aucune suite logique en une véritable ode hurlée aux "bon gros steak/frites et aux graisses saturées !!!" .

Oh ouiiiiii Thomas, des frites !!!!!


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album George Benson - Jamie Cullum & Eric Cantona - Madeleine Peyroux - Angélique Kidjo - Bebel G de Jazz Loves Disney 2 - A Kind of Magic
Thomas Dutronc en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Thomas Dutronc en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Thomas Dutronc en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche


SLB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 12 juillet 2020 : Un air d'été
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=