Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits Secrètes 2008
Adam Kesher - Luna Lost - Casiokids - Chris Garneau - Girls In Hawaii - Sébastien Tellier - Vitalic - Camille  (Aulnoye-Aymeries, Nord)  8, 9 et 10 août 2008

Départ de paris le vendredi soir, direction le Nord, tornade plus quelques jours, sortie ratée, errances départementales, arrivée tardive, pas de pass.

Principe du festival : la Grande Scène, gratuite, fait écho au Jardin (9 euros). De l’un à l’autre, traversée d’une fête foraine, ce qui donne lieu à des moments acoustiquement surréalistes.

Certains forains,  vraisemblablement mal disposés envers la programmation du festival, poussent leur sono à fonds et les "que je t’aimeuh..." et autres hymnes autotamponnesques viennent parfois sur le chemin couvrir la rumeur des groupes en train de jouer.

Plus heureuses sont les rencontres, au fil des pérégrinations dans la ville, avec les Tarctors, pratiquement des remorques de camion tirées par des tracteurs, un coté ouvert permettant de voir et d’entendre le groupe installé à l’intérieur.  Chacun peut, s’il le souhaite, suivre son Tractor.

La Maison du Festival, centre névralgique, est l’étape obligée pour les rencontres avec les organisateurs et pour les achats de pass et de places pour le Jardin, pour la Bonaventure (lieu qui accueille les concerts de la nuit profonde, quand les scènes extérieures ont fini leur programmation) et pour les Parcours Secrets. Ces derniers permettent, via un court voyage dans un bus aux vitres obturées par du plastique autocollant noir, d’aller découvrir un artiste se produisant dans un endroit situé hors du centre ville d’Aulnoye-Aymeries.

Détail important : à la montée dans le bus, ni le lieu, ni le nom de l’artiste ne sont connus à l’avance, tout au plus connait-on la liste des musiciens qui jouent dans ce cadre pendant le festival. Intérêt évident : le hasard qui peut palier les insuffisances de la curiosité et procurer ainsi de belles rencontres. Inconvénient : il n’est pas possible de choisir le groupe que l’on veut voir, d’où une certaine frustration quand on réalise qu’il n’y a aucune possibilité d’approcher les artistes participant aux parcours secrets hors de ce cadre. Quelques situations tragi-comiques : notre parcours nous amena dans une chapelle ce qui, au retour, déclencha les récriminations d’un des participants au prétexte qu’on lui avait imposé d’entrer  dans un lieu de culte d’une religion différente de la sienne. En tant qu’athée, je n’ai pas eu d’état d’âme.

En résumé, un festival original, bénéficiant d’une programmation musicale de très grande qualité. En profiter tant qu’il reste à taille humaine.

En termes de musique donc :
Fin de concert d’Adam Kesher le vendredi soir sur la grande scène, prometteur groupe bordelais, à la musique nerveuse et racée. Pas vraiment le temps de se forger une opinion solide mais à en juger par l’ambiance, le concert était une réussite. A suivre et à revoir.

Samedi 9 août : concert de Luna Lost au Jardin, jeune groupe français (ou plus exactement un duo accompagné de deux musiciens) qui fêtait, ce jour-là, la sortie de son premier album. Techniquement irréprochables, la voix de la chanteuse se rapprochant par moments de celle de Pj Harvey.

Malgré une reprise très personnelle de Depeche Mode ("Never let me down") et un enthousiasme évident, j’ai trouvé l’ensemble du concert assez décevant. Classicisme des compositions et des arrangements, accent anglais à mon avis trop approximatif quand on veut chanter dans cette langue et être crédible. Défauts corrigeables.

Casiokids sur la Grande Scène. Compte tenu de l’heure (19h), cette dernière reste à moitié vide. Dommage pour les absents car le groupe norvégien est en pleine forme et déroule un show d’excellent qualité, parfois hilarant et toujours réjouissant.

Autour d’un batteur, un bassiste et un guitariste, trois olibrius tapotent des vieux synthés casios cablés à on ne sait quels improbables modules d’effets, dansent, miment, chantent parfois et bricolent une musique souvent dansante, assez sophistiquée, en particulier dans les dissonances, en donnant l’air d’éviter au maximum de se prendre au sérieux.

Il flotte dans l’air un soupçon de parfum des B52’s du début. Parfois, sur un ou deux morceaux, l’auto-dérision s’affaiblit et on est alors surpris par la tension sous-jacente des compositions, et on en arrive à se demander s’il ne serait pas finalement souhaitable que le groupe minore son coté "clown" tant le résultat est probant. Groupe à voir et à écouter, bon moment garanti et potentiel musical évident.

Parcours Secret : le bus nous dépose devant une chapelle. A l’intérieur, un piano et Chris Garneau, jeune chanteur américain. Visiblement timide et tendu, il joue pendant trois quarts d’heure l’essentiel des compositions de son album, touchant par sa présence maladroite et l’extrême sensibilité qu’on lui devine.

La spécificité du lieu renforce encore le caractère mélancolique des chansons. Belle voix haut perchée, intimisme et tension. On pense parfois au Bowie de "Life On Mars ?" sur quelques enchaînements d’accords, et bien sûr à Jeff Buckley.

Retour à la Grande Scène : Girls In Hawaii. Deuxième moitié de concert. Il fait maintenant nuit noire et les light shows sont superbes, ce qui modifie l’appréciation de l’ensemble. Notons que le terrain imparti au public de la Grande Scène est plein à craquer.

Impressionnant de maîtrise sonore, le groupe (belge) fait visiblement l’unanimité pour lui.

Les morceaux connus prennent en live une chair et  une puissance inattendue, sans artefacts et sans perdre de leur subtilité.

J’avoue avoir été bluffé par la capacité du groupe à se hisser à se niveau de prestation scénique, tant leurs compositions recherchées, agrémentées d’accords sixties (Byrds) ne sont peut-être pas les plus évidentes pour créer une grosse ambiance. Un groupe vraiment à suivre.

Sébastien Tellier au Jardin : superbe light show également, costume de star, ironie et distanciation.

Egal à lui-même. Concert qui démontre tous les talents du personnage (j’ai découvert qu’il était également particulièrement habile une guitare à la main). Question : l’intelligence peut-elle nuire à l’émotion ?

Vitalic sur la Grande Scène : l’artiste seul sur scène, entouré de ses machines, nimbé de lumière.

Tout autour de nous, des ravers, la tête à l’envers. N’ayant rien absorbé de trop alcoolisé ou d’illicite, nous tenons 10 minutes en nous ennuyant ferme puis, actant du fait qu’il n’y a rien à voir et rien à écouter, nous retraversons la fête foraine.

Un jour, peut-être, je comprendrai.

Camille  au jardin. Au début de l’après-midi, nous avions pu assister aux réglages des voix du spectacle, Camille répétant avec ses choristes et chanteurs.L’occasion de prendre la juste mesure du talent artistique et technique et du professionnalisme de la dame et de son équipe.

Le show du soir est réglé comme du papier à musique, costumes et éclairages renforçant la magie des chansons.

Trop bien réglé ? N’étant pas naturellement fan, je ne parviens pas à être touché. Question : le professionnalisme peut-il nuire à l’émotion ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Adam Kesher parmi une sélection de singles (février 2007)
La chronique de l'album Heading For The Hills, Feeling The Warm Inside de Adam Kesher
Adam Kesher en concert à La Cigale (25 mai 2009)
Adam Kesher en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Chris Garneau dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album El Radio de Chris Garneau
Chris Garneau en concert à La Maroquinerie (11 septembre 2007)
L'interview de Chris Garneau (29 juillet 2009)
La chronique de l'album From here to there de Girls in Hawaii
La chronique de l'album Plan your escape de Girls in Hawaii
La chronique de l'album Everest de Girls In Hawaii
La chronique de l'album Refuge de Girls In Hawaii
La chronique de l'album Hello Strange de Girls in Hawaii
La chronique de l'album Nocturne de Girls in Hawaii
Articles : Photos Blonde Redhead et Girls in Hawaii - La Route Du Rock
Girls In Hawaii en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Girls In Hawaii en concert à l'Elysée Montmartre (9 mars 2005)
Girls In Hawaii en concert au Festival La Route du Rock 2008
Girls In Hawaii en concert au Grand Mix (samedi 7 décembre 2013)
Girls In Hawaii en concert à L'Autre Canal (samedi 22 mars 2014)
Girls In Hawaii en concert au Carré (samedi 22 novembre 2014)
Girls In Hawaii en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Lundi 9 juillet
L'interview de Girls in Hawaii (21 juin 2004)
La conférence de presse de Girls in Hawaii (août 2004)
L'interview de Girls in Hawaii (6 février 2008)
L'interview de Girls In Hawaii (samedi 22 mars 2014)
L'interview de Girls in Hawaii (samedi 22 novembre 2014)
L'interview de Girls in Hawaii (lundi 26 juin 2017)
La chronique de l'album Politics de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Sessions de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Sexuality de Sébastien Tellier
La chronique de l'album My God Is Blue de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Confection de Sébastien Tellier
La chronique de l'album L’Aventura de Sébastien Tellier
Sébastien Tellier en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Sébastien Tellier en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Sébastien Tellier en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre
L'interview de Sébastien Tellier (avril 2006)
Vitalic parmi une sélection de singles (été 2006)
Vitalic en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
Vitalic en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
Vitalic en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
Vitalic en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Vitalic en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Vitalic en concert au Festival Rock en Seine 2009 (vendredi 28 août 2009)
Vitalic en concert au Festival Art Rock 2010
Vitalic en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Vitalic en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Vitalic en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Samedi 8 juillet
Vitalic en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
Vitalic en concert à RUSH Festival #4 (édition 2019)
La chronique de l'album Love Musik de Camille Bazbaz
La chronique de l'album Mille bouches de Camille Hardouin
Camille en concert au Festival Art Rock 2005 (Dimanche)
Camille en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Camille en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Camille en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Camille en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Camille en concert au Festival Fiesta des Suds
Camille en concert au Café de la Danse (dimanche 18 décembre 2011)
Camille en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Camille en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Camille en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Samedi
Camille en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Camille en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Samedi 15 septembre
Camille en concert à Dame de Canton (jeudi 19 février 2015)
Camille en concert au Festival Chansons & Mots d'amou #4 (édition 2015)
Camille en concert au Festival Chansons et Mots d'Amou (édition 2015)
Camille en concert à Théâtre de la Verdière (dimanche 17 juillet 2016)
Camille en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #32 (édition 2016)
Camille en concert à L'étrange petit sirène (mercredi 9 novembre 2016)
Camille en concert au Festival Détours de chant #16 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Les Nuits Secrètes
Le Myspace du Festival Les Nuits Secrètes

Crédits photos : Minimoi


Minimoi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
- 15 septembre 2019 : Life in Vain
- 8 septembre 2019 : du nouveau à l'Horizon
- 1er septembre 2019 : C'est reparti pour un tour
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=