Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce French Cowboy - Arpad Flynn - Pocket Bastard
Le Triomphe  (Saint-Etienne)  16 octobre 2008

Bienvenue au Triomphe, LE café-théâtre stéphanois qui fait la part belle aux soirées concerts. Un lieu authentique qui flaire bon le passé et qui fut un temps un cinéma porno mais cela n'ajoute que du cachet au lieu, comme de vieilles pierres pour une belle bâtisse. Une fois entré, un couloir lumineux bordé pour l'occasion par les stands des groupes nous mène au comptoir servant autrefois de guichet transformé aujourd'hui en petit bar, puis à un petit escalier sombre pour la descente aux enfers... Une fois passé les rideaux et une porte battante, nous voilà plongés dans l'intimité feutrée et chaleureuse de cette salle hors du temps, les murs rouges ornés de rampes d'ampoules spiralées – dont certaines sont grillées – tout ici est d'origine... Et il ne faut surtout rien changer !

Ce 16 octobre, le triomphe accueillait donc trois groupes. Avant de commencer la projection, petite anecdote. Un point commun entre ces formations : l'utilisation d'un modèle de guitare, lui aussi ressurgi du passé, la guitare jazz demie caisse (Semi hollow). C'est une guitare électrique au corps creux à table bombée – pour la raisonnance – le plus souvent ajouré par des ouïes. La plus connue étant l'Epiphone Sheraton créée dans les années 50, juste avant le rachat de la marque par Gibson et popularisée par BB King et son modèle signature Lucille. Un peu délaissée par les guitaristes et jugée un peu ringarde passé un temps, cette grosse et élégante guitare est aujourd'hui à la mode et dépasse de loin les styles jazz et blues auxquels elle était autrefois destinée.

Décollage en douceur avec Pocket Bastard secondé d'un compère aussi guitariste. Les deux acolytes décontractés mais non pas moins exigeants avec leur musique bien léchée, nous emmènent dans un voyage en première classe tellement intimiste (peut-être un peu grâce au lieu) que l'on se croirait à bord d'un sofa voguant entre des nuages de cotons.

Soutenu électroniquement par des nappes de synthé, guitare basse rondouillarde, et beats de batterie (quoique un peu trop artificiels et tranchants à mon goût pour ces derniers mais n'altérant pas la douceur de l'ensemble), le duo diffuse un son électro-pop-rock chaleureux. La puissante voix du chanteur tantôt douce, tantôt aiguë, tantôt rauque et nasillarde nous rappelle parfois (ainsi que quelques riffs) les Smashing Pumpkins.

Pocket n'a pas peur de s'octroyer une petite pause avec une ballade en solo armé uniquement d'un petit clavier électronique couplé à un mini VAIO et nous lancer " Ça ne vous dérange pas si je consulte mes mails ?" avant de chanter. De retour à la guitare avec son collègue, les "bâtards" nous livrent une fin de set allant crescendo rock et nous glissent une petite reprise de U2, "Where the streets have no name", sortie de nulle part. Atterrissage, lumière et première entracte. Il ne manque que le passage d'un panier ambulant distribuant bonbons, esquimaux glacés et pop-corn pour s'y croire vraiment.

C'est maintenant au tour d'Arpad Flynn d'entrer en piste. Ce quintet stéphanois post punk new wave composé de deux guitares + voix, une basse, batterie et clavier est beaucoup plus tendu que le premier groupe, non pas parce qu'il ne serait pas habitués à la scène bien au contraire, mais parce qu'ils s'apprête à livrer une bataille.

C'est le chanteur avec sa voix obsédante sortie d'outre-tombe qui en fait le plus les frais et, tel Ian Curtis, il nous esquisse quelques postures saccadées et convulsées pour agrémenter le set et démontrer sa présence. Les guitares envoient une sauce punk-pulsée sous l'omniprésence d'un bassiste dominant et du clavier en mode orgue diffusant aussi quelques samples toujours bien dosés.

C'est immédiatement plus énergique et rythmé surtout sous l'influence d'un batteur ne laissant pas le silence transpirer ! Le tout sur fond d'archives vidéo noir et blanc des années 50/60 où des pin-up s'effeuillent. Drôle de façon de perturber le public distrait par les images osées et décalées, les musiciens n'étant plus le centre d'intérêt mais le décor d'extraits de films avec le plaisir du live, est-ce un concept inversé issu de la solution expérimentale d'Orange Mécanique ?

Après s'être battu jusqu'au bout, le groupe laisse place à la lumière et la paix. ...deuxième et dernière entracte.

Revenue avant la fin de l'entracte, une belle inconnue est déjà là, à observer les cowboys faire leurs balances. Rien qu'à ce stade, on se rend déjà compte que ces mecs ont du métier, et le son n'en sera que meilleur, c'en est presque à croire que les autres groupes sonnaient en mono alors qu'eux, c'est limite du dolby surround 5.1 3D.

Bref, une fois les "longues" balances terminées, c'est au tour de Federico Pellegrini – chanteur des French Cowboy – avec sa casquette fétiche vissée sur la tête et de Lisa Li-Lund (artiste Franco-Suédoise co-auteur du dernier album des FC embarquée sur la tournée), la toute fraîche – et un peu maladroite ce soir là, mais charmante – recrue 2008, de se lancer pour deux chansons.

Petit tour de chauffe en intimité afin de faire les présentations et nous délivrer un doux pop-folk et planter le décor. Justement voila les zicos qui arrivent, batteur, bassiste, guitariste lead. Nos cinq personnages réunis donnent l'impression de sortir d'un Road Movie US.

Dès les premiers accords, on sent que nos vieux loups sont rodés, Lisa étant un agneau gambadant au milieu pour pimenter le tout. Ils délivrent un son riche, plein, tout droit sorti du fin fond des déserts américains, un pop/rock/folk façon FC, ambiance lonesome cowboy assurée oui mais pas country pour un dollar.

Au milieu du set, le quintet nous lâche une petite reprise d'Amy Winehouse échappée d'une fleur de cactus. Pendant le break, notre chanteur s'assoit sur le bord de la scène, descend et s'approche doucement de notre belle inconnue du début – qui ne pensait certainement pas se retrouver si vite sous les feux des projecteurs – pour l'inviter à danser avec lui. Le break vire alors en slow langoureux des années 50, il finit à genoux implorant devant elle, puis s'échappera juste après un baise main. Quelques morceaux après, on nous annonce le final et quel final ! Comme une fin de western spaghetti quand le bon va tuer la brute, la tension monte à n'en plus finir, usage de chœurs somptueux et transcendants (Enio Morricone si tu nous entends...).

Et comme ça ne pouvait pas s'arrêter là, le groupe revient battre le rappel sous l'enthousiasme du public. S'ensuivirent trois chansons rock supersoniques pour bien enfoncer le clou. Ah ! Pour les happy ends, les French Cowboy sont vraiment fort, pas le temps de ranger leurs colts encore chauds qu'ils reprennent déjà la route.

...I'm a poor lonesome -French- cowboy, I'm a long long way from home...

-THE END-

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
French Cowboy en concert au Festival Les Transmusicales 2007 (Jeudi)
French Cowboy en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
French Cowboy en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
French Cowboy en concert au Festival La Route du Rock 2008
French Cowboy en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
L'interview de French Cowboy (15 avril 2008)
Arpad Flynn en concert à Arpad Flynn - Scratch Bandits Crew - Bach in the Days (Rewind et Thomas Fresneau) - Loduband (31 janvier 2009)
Arpad Flynn en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Arpad Flynn en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 24 juillet 2010)
Articles : B R OAD WAY - Jerri - Pocket Bastard - Projet SI - Matru - Les Sainté Sessions (partie 1)
Articles : Projet SI - Jerri - Pocket Bastard - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 2)
Articles : Pocket Bastard - Projet SI - Jerri - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 3)
Pocket Bastard en concert au Fil (23 octobre 2008)
L'interview de Pocket Bastard (6 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de French Cowboy
Le Myspace de French Cowboy
Le site officiel de Arpad Flynn
Le Myspace de Arpad Flynn
Le site officiel de Pocket Bastard
Le Myspace de Pocket Bastard

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Claude Crépet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Pocket Bastard (6 janvier 2009)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=