Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fantomas
Delirium Cordia  (Ipecac / Southern records)  janvier 2004

Fantomas, le vilain héros qui fait peur ... ou qui, dans notre culture louisdefunésienne, qui fait rire ... sous les traits de Jean Marais...

Néanmoins, le titre de l'album risque déjà d'enlever pas mal de doute sur les intentions du groupe, car Delirium Cordia est plus funeste que de Funes vous en conviendrez.

Les doutes finissent de se dissiper quand on découvre le line up du groupe, un membre de Slayer, un des Melvins et surtout Mike Patton (Tomahawk, Mr Bungle et autre groupes exotiques dans le genre). Delirium Cordia ne fait donc pas dans la dentelle et comme le dit la bio, c'est le disque parfait pour "embêter" vos voisins...

Une seule piste de plus de 74 minutes et pourtant une diversité impressionnante de styles et d'ambiances.

Sur Delirium Cordia, Mike Patton continue son travail dans le domaine des musiques de films fantastiques (ou alors des thrillers particulièrement inquiétants peut être....) imaginaires. Un disque tourmenté et torturé du début (qui commence sur des sortes de chants grégoriens superposés au crachotement du vinyl) à la fin (quasi silence rythmé par un curieux battement et craquement de vinyl et puis un dernier éclat dans la dernière seconde).

Mais entre la première minute et la dernière seconde, il nous fait voyager, ainsi d'un quasi silence, on passe à des cloches tibétaines, puis à des cris rauques à faire fuir un yéti, pour revenir à des guitares grasses heavy metal qui elles mêmes ne tardent pas à enchainer sur des sonorités tribales, minimalistes voire (et surtout) expérimentales...

Une chose est certaine c'est que Fantomas ne s'embarrasse pas de mélodie. Delirium Cordia ressemble à un cadavre exquis, des sons, des ambiances, mis bout à bout pour obtenir cet étrange et angoissant disque.

Alors au final, est ce que Fantomas est un groupe gothico-rock explorant les limites de la musique expérimentale, ou bien un sinistre foutage de gueule pour un auditoire crédule ?

C'est en tout cas une sacrée expérience que d'écouter Delirium Cordia, pour le meilleur et pour le pire.

Quoi qu'il en soit, ce disque reste dans le pire des cas une curiosité à découvrir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Petit-fils de Fantômas de Boule


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=