Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce En attendant Godot
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  mars 2009

Comédie dramatique de Samuel Beckett, mise en scène Bernard Levy, avec Gilles Arbona, Thierry Bosc, Garlan Le Martelot, Georges et Patrick Zimmerman.

L'accueil réservé à cette version de la pièce de Samuel Beckett, mise en scène de Bernard Lévy, le soir de la première a été plus que chaleureux, et c'était amplement mérité. Bernard Lévy explique qu'on a tous des souvenirs ou des images de "En attendant Godot", la couverture du livre aux Editions de Minuit étudié en classe, des souvenirs plus ou moins récents d'adaptations passées.

"En attendant Godot" est une pièce dont les dialogues ne vieillissent pas, ne sont pas dépassés. Bernard Lévy en livre une version à la fois fidèle et moderne.

Un arbre, une pierre, un chemin et l'infinie immensité. Le décor et les lumières respectivement de Giulio Lichtner et Christian Pinaud installent le spectateur dans l'univers dépouillé de Vladimir et Estragon, les deux protagonistes qui dialoguent en attendant ce fameux Godot. Une toile tendue en arrière-plan, peinte de traces grises, donne un véritable volume à la scène. Les lumières, qui lorsque la nuit tombe, soulignent avec élégance l'arbre et les traces du chemin y mettent un zeste de poésie, juste assez pour souligner le vide.

Les acteurs, Gilles Arbona dans le rôle de Vladimir et Thierry Bosc dans celui d'Estragon en tête, habitent leurs personnages. Ils occupent l'espace sans faiblir pendant toute la durée de la pièce. Patrick Zimmerman donne une belle épaisseur à Pozzo et Garlan Le Martelot, dans le rôle de l'enfant, est juste et bien présent dans ce rôle ingrat mais important car c'est son intervention qui clôture chacun des actes. Quant à George Ser dans le rôle de Lucky, l'esclave aux cheveux blancs, son monologue lorsque Lucky pense, est un des moments forts de cette adaptation.

La mise en scène de Bernard Lévy appuie sur les effets de jeu comiques. La distorsion entre les dialogues parfois graves, parfois vides, parfois métaphysiques, mais toujours superbement écrits de Beckett, et les effets de comédie tiennent le spectateur en alerte malgré l'attente.

Et surtout, n'arrivez pas en retard ! Le lever du rideau est une surprise d'une belle élégance.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=