Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ben Harper and Relentless 7
White lies for dark times  (EMI)  avril 2009

Ca alors! Finalement le Ben Harper des musiques pleines de groove, qui tournait toujours autour des sons funk, soul et reggae cachait un vrai rockeur capable d'évoquer brillamment l'atmosphère  des supergroupes des années 70 et d'abdiquer de la production en studio pour obtenir des enregistrements plus purs et authentiques, sans artifices ni douceur! Nous devons cette découverte à ses nouveaux amis, les Relentless 7, avec qui Ben Harper a retrouvé les sons qui l'ont vu grandir et qui ont marqué une part importante de la formation de sa personnalité musicale.

White Lies for Dark Times, première édition de la grande marque de Ben Harper et Relentless 7 est indubitablement un album Rock et un hommage aux héros les plus mythiques de son histoire. Ceux qui l'écouteront ne vont pas y trouver de l'innovation ni de l'originalité : juste du rock. Du Rétro-Rock intensément ressenti et superbement exécuté.

Tout commence avec "Number With No Name", musique qui est un résumé de l'esprit original du Rock, héritier du Blues, avec de puissants riffs de deux guitares qui continueront de jouer en duo pendant le reste du CD et qui m'évoquent les Cream ou les Yardbirds du mythique Eric Clapton, voire même les Rolling Stones et le Lenny Kravitz de "Let Love Rule". Vient ensuite "Up to You Now", qui me transporte vers les annés 70 et ses supergroupes (dans ce cas Asia). Avec "Shimmer and Shine" le registre passe vers les précurseurs du Hard-Rock Black Sabbath et Deep Purple, qui seront à nouveau évoqués dans le morceau "Why Must You Always Dress in Black", autre grand moment de ce disque-hommage.

C'est avec "Lay There and Hate Me" que, finalement, nous écoutons quelquechose qu'on identifiquerait comme du "vieux" Ben Harper. Il s'agit d'un soul-rock plein de groove avec un solo de talking guitar qui me fait aussi penser aux grands Peter Frampton et J. Geils Band. Les deux musiques suivantes font partie, d'après moi, des morceaux les plus faibles de l'album. La première, "Skin Thin", est une balade acoustique typique de Ben Harper, quelque chose déjà souvent entendu et qui me paraît un peu hors contexte dans un CD comme celui-ci. La seconde, "Fly One Time", est une balade rock-FM dans un style intemporel telles qu'on en entend tous les étés dans les campements de scouts et qui deviennent l'hymne de la saison.

Cependant, il y a une bonne nouvelle : le meilleur était gardé pour la fin. Et comme c'est évident que dans une oeuvre en révérence aux monstres du Rock il ne pouvait pas manquer les Led Zeppelin, c'est justement eux qui nous envahissent les oreilles sur "Keep It Together". Ce magnifique morceau va jusqu'à inclure un moment zen de dialogue entre les deux guitares presque muettes de Ben Harper et de Jason Mozersky et la voix presque éteinte du premier, à la manière des Zeppelin. Et il ne pouvait pas manquer non plus Santana et Jimi Hendrix, qui suivent dans "Boots Like These", autre grand moment de ce White Lies For Dark Times.

Arrive une autre balade rock-FM sans histoire (celle-ci s'appelle "The Word Suicide"), en terminant l'évocation avec "Faithfully Remain", autre morceau acoustique à la Ben Harper, peut-être pour nous confirmer ce qu'il a déjà dit lui-même : que l'aventure avec les Relentless 7 ne représente pas un virage dans son orientation musicale dominante mais seulement un projet parallèle pour jouer des choses  différentes.

Peut-être que c'est mieux ainsi. Néanmoins White Lies For Dark Times n'en est pas moins un album revigorant pour un amoureux du Rock comme moi.

Ca m'a bien plu !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Diamond on the inside de Ben Harper
La chronique de l'album Get Up ! de Ben Harper & Charlie Musselwhite
La chronique de l'album No Mercy in this land de Ben Harper & Charlie Musselwhite
Ben Harper en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Ben Harper en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008 (jeudi)
Ben Harper en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Vendredi 3
Ben Harper en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Ben Harper en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Les Découvertes
Ben Harper en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Samedi 6 juillet

En savoir plus :
Le Myspace de Ben Harper
Le site officiel de Ben Harper en français
Le site officiel de Ben Harper


Nuno         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=