Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Louis Murat
Le cours ordinaire des choses  (Scarlett / V2)  septembre 2009

Avec ce nouvel album enregistré aux Etats-Unis 10 ans après l’acclamé Mustango, on devine déjà les raccourcis simplistes auxquels vont s’adonner les journalistes : "Murat retrouve la flamme aux States", "lifting réussi au pays des rednecks", ou pire encore, "son meilleur album de la décennie", rien que ça…

A vrai dire, on en a un peu ras-le-bol d’entendre parler d’un sursaut qualitatif à chaque disque : si l’on devait en croire la presse, déstabilisée sans doute par le nombre de productions sorties entre 2002 et 2005, chaque nouvelle galette muratienne effacerait en quelque sorte les (mauvais) souvenirs laissés par la précédente. Ainsi, Taormina avait été présenté comme un retour bienvenu à la normale (après la profusion Mockba / 1829 / 1451), Charles & Léo comme un retour bienvenu aux synthés des débuts (après une formule power-trio qui commençait à lasser), Tristan comme un retour bienvenu à une imagerie "précieuse", après des années d’américanitude, etc.

Evidemment, chacun voit midi à sa porte, et de tels commentaires prouvent, par l’absurde, que la discographie de l’artiste ne ronronne pas, donnant souvent l’impression d’être "en rupture" (même si, en réalité, ce n’est pas tout à fait le cas). De notre côté, hormis sur Taormina (à moitié raté ou demi réussi, au choix), on n’a pas remarqué de véritable baisse de régime chez Murat : Tristan était un bel album, et il ne nous paraît pas utile d’en rajouter dans le dénigrement pour porter aux nues ce nouveau-venu.

En interview, l’artiste lui-même (jamais à cours de mauvaise foi) va pourtant dans ce sens et semble suggérer que les musiciens rencontrés à Nashville l’ont sauvé du marasme franchouillard : crachant sur sa récente tournée solo ("je me suis emmerdé") et ironisant sur les home studios (alors que Tristan avait été gravé seul à la maison), il vante aujourd’hui les mérites (soit disant) incomparables des enregistrements à l’ancienne, avec des musiciens ayant accompagné tout ce que la planète compte de chanteurs installés, de Neil Young et Roy Orbison (bonne pioche) à Dire Straits ou Stevie Nicks (mauvaise donne).

Quant au lien (souvent repris dans les articles actuels) avec Mustango, il est factice : les deux albums ont beau avoir été enregistrés dans une phase de dépaysement géographique, il y a en réalité peu de rapports entre les œuvres… Mustango représentait une réelle rupture de style avec ce qui avait précédé (en gros : le passage d’orchestrations soft dominées par des claviers, à une cavalcade de guitares d’influence américaine). On ne peut pas en dire autant de ce dernier-né, dont l’esprit trace souvent une continuité avec les récents Mockba ou Taormina.

Par ailleurs, dans son périple américain d’il y a 10 ans, Murat avait eu affaire à des artistes singuliers (Calexico, Howe Gelb, Marc Ribot, la nana d’Elysian Fields), alors qu’il s’entoure ici de musiciens "professionnels de la profession" (comme dit Godard). Le chanteur a beau vanter leur capacité à s’adapter rapidement à toutes les grilles d’accords possibles et imaginables, on peut aussi ironiser sur ces vieux routiers aux talents tellement interchangeables qu’ils peuvent enluminer tout et n’importe quoi… Dans ce contexte un peu pépère, on doute que la révolution sonique annoncée soit aussi forte que celle de 99…

Bref : ce concept de "retour aux sources" (l’Amérique, 10 ans après Mustango, album qui avait très bien marché) parait surtout là pour relancer la machine : après des années de ventes décroissantes, présenter Le cours ordinaire des choses comme un total renouveau pour son auteur devrait contribuer à relancer un peu ses fortunes commerciales, tout simplement…

***

Dans les faits, l’album se compose de la façon suivante :

"Comme Un Incendie" évolue en terrain connu, du Murat tout à fait traditionnel dont les riffs rappellent les penchants blues-rock de son power-trio. Les couplets brodent sur sa haine du monde actuel, et le refrain monte progressivement en intensité. Tout bien réfléchi, c’est peut-être le meilleur titre rock que Murat nous ait offert depuis des lustres… On lui préfèrera cependant la version courte (radio edit) : celle de l’album, rallongée à 6 minutes, se traîne un poil en longueur.

C’est sur "Falling in love again" que se déploie réellement l’attirail nashvillien : pedal steel à profusion, violonades et chœurs sucrés… On éprouve un vrai choc, mais pas forcément dans le bon sens : l’arrangement, trop chargé, en devient presque écoeurant… D’autant que la chanson, languissante, n’est pas la plus inspirée de son auteur, bien loin des classiques de Marlène ("Falling in love love again") ou d’Elvis ("Can’t help falling in love with you"), qu’il semble évoquer par son titre…

"M Maudit", qui arrive ensuite, est une chanson rock un peu bébête mais assez enlevée, qui redonne un coup de fouet : musicalement, on peut penser à un croisement entre "Nixon" (Mockba), "Maudits" (Taormina) ou "Billy" (Taormina), le genre de rigolades qui ne figureront jamais parmi les classiques, mais permettent de se dégourdir les jambes, entre deux titres lents un poil emmerdants.

Après ce petit sursaut, "Chanter est ma façon d'errer" est une énorme déception : on en avait aimé la version épurée et solennelle délivrée au show-case du studio Davout (voir chronique précédente)… Sur disque, traitée en mode light avec une pedal steel bavarde et un solo vaguement espagnolisant (sic), la chanson ne retrouve jamais cette intensité, et l’on s’ennuie à mourir. Le texte a beau charrier quelques images intéressantes, rattachant Murat à son imaginaire poétique favori (troubadour errant, sexualité menaçante), la mise en musique n’est définitivement pas à la hauteur.

Ca commence à devenir plus intéressant avec "Lady Of Orcival" : d’emblée, on aime le geste poétique consistant à américaniser une référence purement auvergnate (la vierge d’une basilique de son bled) pour en proposer une vision décalée, religiosité contaminée par la ferveur "born again". Pour la première fois, les enluminures correspondent bien avec le propos de la chanson, et toutes les nashvilleries convoquées dressent une chouette petite cathédrale américana à la Marie en question. Si la chanson est très sucrée, elle renferme aussi l’une des plus belles mélodies de son auteur, sublimée par un pont (interprété par une choriste) absolument divin, pour le coup.

L’enthousiasme retombe d’un petit cran avec "16 heures qu’est-ce que tu fais ?", qui est intéressant par son évocation d’un quotidien libidineux, mais pêche par une formule musicale trop proche de celle de "Au-dedans de moi" (album Taormina). Le refrain est convenu (come on, come on, come on, come on…), mais le solo de guitare final rehausse l’intérêt in extremis, classant le morceau dans la catégorie "globalement positif".

Ensuite, à partir de "Ginette Ramade", l’album effectue un parcours quasi sans fautes : l’orchestration de ce titre est riche mais sans excès ; les vieux pros se fondent enfin à l’univers de l’artiste sans l’envahir de clichés pour touristes. Le texte est assez mystérieux, évoquant une de ces figures de femelle fatale que Murat affectionne tant, et s’achevant sur le speech d’une étrange prédicatrice, qui ajoute encore à l’énigme du meurtre évoqué…

"La mésange bleue", comme on a pu lire ici et là, est effectivement une très grande chanson de Murat, toutes périodes confondues, mêlant avec bonheur évocation amoureuse, éléments naturels et… tendances guerrières (ces dernières rappelant l’album de Mockba, auquel la forme musicale renvoie aussi).

Après ce sommet solennel, "Comme un cow-boy à l’âme fresh" se charge de ramener un peu de légèreté, mettant en lumière l’humour dadaïste du grand méchant Bergheaud sur une musique country du plus bel effet. Les musiciens rednecks semblent enfin servir à quelque chose ; et le rythme, trépidant, devrait laisser en nage les belles du far-west qui s’aventureront à danser dessus…

On redevient un peu sérieux sur "La tige d’or", qui comme son nom l’indique est une métaphorisation sans ambages de l’organe sexuel muratien, confronté au "glacier" d’une femme récalcitrante, voire castratrice. L’idée a beau être un peu convenue, elle donne lieu à un texte splendide, où les différentes évocations évitent le graveleux et parviennent à nous surprendre, retrouvant la qualité des plus belles chansons érotiques de l’auteur, du "Contentement de la lady" à "Se mettre aux anges" (toutes deux issues de Lilith, évidemment). Qui plus est, la formule musicale est à l’avenant, qui ménage des petits ponts très astucieux, modifiant la structure des refrains à mi-chanson et relançant perpétuellement l’intérêt.

Enfin, "Taïga" clôture l’album en beauté, dans cette même aura de religiosité amoureuse qui nimbait "Lady of Orcival" et "La mésange bleue". La référence russe ainsi que l’orchestration (lente, ample et dépouillée de tout signe nashvillien) rappelle à nouveau certains moments de Mockba. Il s’agit, encore une fois, de l’une des plus belles chansons de Murat toutes périodes confondues, rejoignant les splendides "Dordogne" ou "Col de la Croix Morand", pour sa capacité à mythifier un sentiment par le biais d’une évocation de paysage…

Au final, l’album est donc mi-figue mi-raisin, mais réserve tout de même de bons moments, notamment dans sa deuxième face. Les chansons sont globalement bien écrites, et certaines, on l’a dit, mériteraient de figurer parmi les classiques de leur auteur.

C’est véritablement la formule musicale adoptée qui pose problème : un peu trop sucrée, elle plaira sans doute plus au grand public que le relatif ascétisme de Tristan… Mais les puristes en seront réduits à rêver aux idéales versions nues de ces mêmes chansons (un pirate du Studio Davout circulera-t-il un jour sous le manteau ?) ; ou bien, à réécouter les inédits dépouillés, offerts par l’artiste sur son site quelques mois avant la parution du disque : parmi ceux-là, on recommande particulièrement "Tout dépend du sniper", "Mille morts" et "Avril"…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Moscou de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Les fleurs du mal - Charles et Léo de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Tristan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Grand Lièvre de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Toboggan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Morituri de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Travaux sur la N89 de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Il Francese de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Baby Love de Jean-Louis Murat
Jean-Louis Murat en concert aux Saulnières (28 octobre 2004)
Jean-Louis Murat en concert à La Cigale (17 novembre 2006)
Jean-Louis Murat en concert au Studio Davout (3 septembre 2009)
Jean-Louis Murat en concert au Grand Mix (vendredi 2 avril 2010)
Jean-Louis Murat en concert à L'Alhambra (mardi 23 novembre 2010)
Jean-Louis Murat en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)
L'interview de Jean-Louis Murat (20 septembre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Jean-Louis Murat


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 novembre 2020 : Culture Globale
- 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau
- La Mare Aux Grenouilles #15
- 15 novembre 2020 : Novembre à Paris
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=