Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marvin Hood - The Virgins
Grand Mix  (Tourcoing)  jeudi 15 otobre 2009

On se blase de tout. C'est sûr, les Virgins n'ont pas inventé la poudre du rock, dont l'odeur flotte dans l'air de certaines salles obscures, lorsque parlent les six cordes. Ils chevaucheraient plutôt dans les plaines tranquilles d'une pop paradoxalement un rien new wave, un rien brit, malgré ses origines new-yorkaises.

Mais sur la scène du Grand Mix, pour la première date de leur tournée française, les cinq américains ont au moins prouvé qu'ils n'étaient pas seulement le groupe d'un single. Ils sont le groupe d'une collection de singles. Certes, tous ne seront pas aussi efficaces que ce "Rich Girls" qui leur a suffi à entrer au panthéon du rock-FM – et doivent-ils s'en étonner, ceux qui ne sont venus ce soir que sur la foi de ce seul titre ? Ce serait comme de s'étonner que Midnight Oil joue finalement autre chose que Beds are Burning. Les Virgins, c'est certain, ont plus d'un titre dans leur sac.

Y a-t-il lieu, alors, de se scandaliser que leurs concerts ne réinventent pas le rock ? Le quintet, en tout cas, ne semble pas en avoir eu l'intention. Prestataire d'un rock aisément digeste, il divertit avec conscience un public jeune et suffisamment neuf encore pour en être ravi. Seuls les plus âgés, ces vieux loups des fosses revenus de tout et avec lesquels il m'arrive parfois de hurler à la lune, semblent s'ennuyer.

La jeune garde, elle, s'en donne à cœur joie – à l'image du chanteur, pieds nus, qui ne cessera pas de sautiller du début du concert au rappel, emplissant à lui seul tout l'espace, jusqu'aux zones sombres de l'avant-scène, ses camarades rejetés en périphérie.

En concert, sans surprise, les Virgins sont moins propres, moins précis que sur disque – sans aller jusqu'à y gagner la fièvre d'un rock bouillonnant, mais tout au moins les brouillonnements d'une pop impatiente. Ces petites imprécisions semblent d'ailleurs avoir déçu ceux qui rêvaient d'un concert digne de la déesse FM. Mais qu'importe. Sur scène, les Virgins mettent en avant la seule efficacité. Pas les paroles, on s'en doutait, mais pas vraiment la musique non plus. Juste l'efficacité, le seul entêtement. L'effet single, justement, comme on parlerait de l'effet papillon : quand un refrain catchy ou un riff de guitare à New-York peuvent enflammer une scène de la région lilloise... Le reste, les Virgins ne semblent pas s'en soucier.

Il faudra attendre le rappel pour voir le groupe abandonner cette obsession pour le single (après le pic que représentera en cela l'enchaînement, juste avant la sortie de scène, de "Rich Girls", "Teen lovers" et "One week at danger", soit le plus tubesque de son repertoire).

D'autres atmosphères pourront alors être explorées, avec deux titres en duo guitare acoustique / voix, qui provoqueront des réactions très contrastées parmi le public, mais donneront à entendre une autre facette de la formation, qui pourrait bien en complexifier heureusement l'image. La formation, au grand complet, terminera par une reprise du "Devil Inside" d'INXS – autre grand single devant l'éternel...

La première partie était ce soir-là assurée par les locaux de Marvin Hood, qui délivrent une pop synthétique, sautillante et non dénuée d'humour. Si l'ensemble est encore très jeune (les musiciens auraient l'âge d'écouter The Virgins – c'est dire), l'univers est déjà consistant et la bonne humeur et l'enthousiasme débridé suffisent à finir d'emporter le public. Diablotins comédiens, grandiloquents, sucrés et facétieux, les six musiciens, qui jouent dans une nouvelle formation, emportent les honneurs de la soirée. Un bain de fraîcheur réjouissant et une formation à suivre, assurément.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Virgins en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008

En savoir plus :
Le Myspace de Marvin Hood
Le site officiel de The Virgins
Le Myspace de The Virgins

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-02 :
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)
 

• Archives :
Crack Cloud - Pain Olympics
We hate you please die - Waiting room
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
- les derniers albums (6111)
- les derniers articles (158)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=