Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emilie Simon
The big machine  (Barclay)  octobre 2009

Avec l'automne est sorti The Big Machine, le dernier album d'Emilie Simon. Révolution personnelle et changement de cap en vue pour la demoiselle qui délaisse quelque peu l'électro pour prendre un virage que l'on peut qualifier de pop. Véritable orfèvre de la musique électronique made in France, Emilie Simon a souhaité se détacher de ses automatismes et de son univers björkien pour lorgner du côté de Kate Bush.

Vous noterez le paradoxe du titre de l'album à l'heure de ce virage. Composé initialement au piano pour la spontanéité de l'instrument, The Big Machine résulte, selon les dires de son auteur, d'un réel  souci de changer les règles du jeu. L'occasion de casser les repères et la routine, de se mettre en danger en quelque sorte. Désireuse d'ouvrir ce nouvel univers à d'autres, Émilie Simon profite dès lors de son installation à New-York pour revoir son processus de création et de s'entourer de musiciens adhérant au projet. Autre changement, celui du choix de l'anglais comme vecteur de communication. Exceptés sur "Fools like us" et "Ballad of the big machine" mêlant les langues de Molière et de Shakespeare, Emilie Simon délaisse sa langue natale pour les dix autres titres.

Vous l'aurez compris, quitte à changer la déco autant le faire jusqu'au bout. Emilie Simon ne se limite donc pas à déplacer quelques meubles et à ajouter quelques touches de couleur par-ci par-là. On a affaire ici à un véritable ravalement de façade musical. Pour quel résultat me direz-vous ? J'y viens...

Ce qui est (trop ?) frappant à la première écoute, c'est la filiation avec Kate Bush. Le chant d'Emilie Simon se rapproche (volontairement ou inconsciemment) de celui de la Britannique. Ce trait majeur de ce nouvel album pourra en agacer plus d'un. Il est vrai que la voix peut faire tiquer. La Montpelliéraine est une très bonne chanteuse, nul doute sur ce point, mais on regrettera le côté maniéré du chant sur la majorité des morceaux. Emilie Simon semble dès lors avoir perdu en simplicité et on regrettera la féérie vocale des premiers albums.

Quid du versant musical de l'album ? Le disque s'appuie sur une solide base rythmique (basse et batterie) à laquelle viennent se greffer piano et autres claviers ainsi que des arrangements de cuivres mis en forme par Kelly Pratt (croisé aux côtés d'Arcade Fire et de Beirut). L'ensemble sonne très années 80 avec les qualités et défauts de cette époque. Le côté pop est indéniable mais parfois c'est un peu trop... On retiendra quelques perles musicales comme "Rainbow", magistrale ouverture de l'album, le franglais "The Devil at my door", le groovy "Rocket to the moon" ainsi que la relative simplicité de "Ballad of the big machine".

Une page se tourne et c'est assumé.  Emilie Simon risque de déstabiliser les fidèles de la première heure mais saura sans nul doute fédérer un nouveau public. Me concernant, mon avis est bel et bien contrasté. The Big Machine est dans l'ensemble un bon album (très bon diront certains) mais à mon goût assez inégal. J'adhère à une partie mais zappe facilement le reste. Mitigé plus que déçu donc.

A vous de juger !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Emilie Simon
La chronique de l'album Vegetal de Emilie Simon
La chronique de l'album Franky Knight de Emilie Simon
Emilie Simon en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Emilie Simon en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Emilie Simon en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
Emilie Simon en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Emilie Simon en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Emilie Simon en concert au Festival Rock en Seine 2014

En savoir plus :
Le site officiel de Emilie Simon
Le Myspace de Emilie Simon


Groggy         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-02 :
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)

• Edition du 2020-07-26 :
Crack Cloud - Pain Olympics
We hate you please die - Waiting room
 

• Archives :
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
Listen in Bed - Two Lovers (Mix #17)
- les derniers albums (6111)
- les derniers articles (158)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=