Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laura Veirs
Carbon Glacier  (Bella Union / V2)  mars 2004

La voix est douce, le tempo plutôt lent et au premier abord épurées. On pense sur les première mesures de "Ether Sings" à Suzanne Vega, et puis plus tard à Liz Phair ou Lisa Germano tandis que "Icebound stream" a un petit quelque chose de Kazu, chanteuse de Blonde Redhead.

Laura Veirs, jeune auteur compositeur interprète, venu d'outre atlantique n'en est pas à son coup d'essai et Carbon Glacier son nouvel album est une belle réussite.

Elevée dans le Colorado au son du folk blues de papa elle en a gardé l'essentiel. Autrement dit le goût pour les arrangements léchés et les mélodies simples et efficaces mais aussi des chansons habitées et pas seulement interprétées.

Loin de l'Amérique bien pensante, Laura la douce est une rebelle et si sa culture musicale est à chercher du coté de Mississipi John Hurt, son idéologie est plus grunge. En cas de doute, elle nous le confirme dans "Rapture" rendant hommage à ses compagnons de pensées Kurt Cobain et Virginia Woolf.

Car si on pouvait craindre de voir en Laura Veirs une chanteuse à textes façon variétoche, une Isabelle Boulay de langue anglaise, il n'en est rien et c'est un véritable album blues acoustique qui vient titiller nos oreilles. Une économie apparente de moyens servant parfaitement les chansons aux textes efficaces et directs. Ces petites chansonnettes nous procure une émotion rare et même surprenante, comme sur "Rapture" et son petit sifflotement attachant ou encore le magnigfique "Shadow blues" en duo avec Karl Blau et sa voix chaleureuse et discrète à la fois, à rapprocher du "Your Ghost" de Kristin Hersh et Michael Stipes.

Guitare acoustique et blues au programme certes mais aussi quelques petites échappées ludiques comme sur le "Anne Bonny Rag" qui, comme son nom l'indique, nous entraîne dans un rag des années folles comme si on y était tout en élégance et instrumental. Les guitares peuvent également devenir plus agressives comme sur "Salvage smile", beaucoup plus direct et "riot girl", et les mélodies moins évidentes comme sur "The cloud room", au refrain tubesque que l'on se surprend à chantonner ("up in the air, up there, up there..").

Ce disque, qu'elle révèle avoir été écrit en hiver, en porte toute la froideur mais de cette froideur que l'on contemple derrière les vitres, au chaud près de la cheminée confortablement installé dans un fauteuil de cuir....

Sans révolution, Carbon Glacier est cependant un album à découvrir dont le principal intérêt est cette fausse douceur et cette fougue que dégage son auteur. Pas aussi prolifique que Annie di Franco et pas exactement dans le même registre , Laura Veirs mérite néanmoins tout autant d'attention.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album July Flame de Laura Veirs
La chronique de l'album Tumble Bee de Laura Veirs
Laura Veirs en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Laura Veirs en concert à La Cigale (5 octobre 2005)
Laura Veirs en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Laura Veirs en concert à L’Aéronef (samedi 30 janvier 2010)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-02 :
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)
 

• Archives :
We hate you please die - Waiting room
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
- les derniers albums (6111)
- les derniers articles (158)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=