Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Neimo - Factory Floor - The Horrors
Le Phare  (Tournefeuille)  lundi 23 novembre 2009

Affiche alléchante, du (trop ?) gros son, de la mèche et des corbeaux comme s’il en pleuvait, retour en image sur la prestation toulousaine du groupe phare du moment…

Le Phare justement… située dans la périphérie toulousaine, cette salle inaugurée en septembre 2007 peut se vanter de proposer l’une des programmations les plus audacieuses et pointues de la région. Presque trop malheureusement serait-on tenter de rajouter, à voir le peu d’enthousiasme suscité par la venue des Londoniens de The Horrors.

C’est donc un public clairsemé et très jeune qui se presse à l’ouverture des portes, pour une soirée qui s’annonce riche en décibels (et non pas en couleurs, car c’est plutôt le noir tendance gothique qui est de sortie !). Surprise de taille, la salle a été modulée en configuration "light", ce qui confirme la première impression.

Il semble que le terrible syndrome du lundi soir ait encore frappé et il devient clairement difficile de faire sortir les gens de chez eux en début de semaine. Il faut également reconnaître que le mois de novembre a été riche en concerts de qualité et ça, on ne va pas s’en plaindre !

Après une longue attente (le temps de se frotter les yeux pour être bien sûr que tout le monde est vraiment arrivé) et Neimo, annoncé comme le renouveau du rock français, ouvre les festivités (capillaires) et va tenter de réchauffer l’atmosphère.

Lookés et maniérés jusqu'au bout des doigts (en l'occurrence très bagués pour le chanteur), les parisiens se présentent dans une configuration minimaliste : chant / guitare / clavier / batterie. La tâche n’est pas aisée, mais ils vont livrer un set honorable, même si l’éventail de leurs références nous saute aux oreilles quasiment sur chaque titre : ça Klaxons à tout va, les Foals et les Strokes n’étant jamais bien loin…

Certes Bruno, le chanteur bodybuildé, en fait des tonnes mais le tout dégage pas mal d’énergie et ils sont manifestement contents d’être là, après leur dernier passage au Saint des Seins fin 2008.

Le batteur, arborant un T-Shirt de leurs potes (et régionaux de l’étape) des Dodoz, tape comme un sourd, pour un résultat qui sonne déjà très fort. L’annonce de leur dernier titre (ce métier est décidément cruel) ne déclenchera pas des cris désespérés (exception faite d'un ou deux de leurs amis qui tenteront un timide "oh..." de déception) mais le groupe fait preuve d’humour et d’humilité et achève son set sur un "Fight Fight Fight" fort sympathique. 35 petites minutes et puis s'en vont…

Factory Floor, la deuxième-première partie annoncée (curieux concept en même temps), aura la bonne idée de ne pas pointer le bout de son nez, permettant de rester dans une plage horaire compatible avec d'autres activités plus professionnelles.

Après une petite demi-heure de réglages, The Horrors débarquent enfin, avec manifestement l'envie dans les chaussettes. Un jaugeage rapide du public et le groupe, qui a connu des jours plus fastes en écumant les festivals estivaux, va très vite passer en mode automatique. Le chanteur essaie pendant le premier quart d'heure de se glisser dans la peau de son personnage : apparemment, il n'a pas seulement écouté Joy Division mais a également beaucoup étudié le jeu de scène de Ian Curtis ! Après quelques contorsions épileptiques un peu surjouées ("Mirror’s image", "Three decades"), il se décide enfin à pousser sa voix (à force d'essayer de se faire entendre dans le vacarme ambiant, on comprend ses soucis vocaux qui l'ont poussé à annuler pas mal de concerts cet été).

Faute à une balance très moyenne, le son est en effet saturé, et surtout très très fort, à faire passer les dernières prestations de My Bloody Valentine pour un set acoustique.

Le public, plein d’attente, est un peu sonné et décontenancé ; la production soignée de leur second album passe difficilement l’épreuve de la scène et se retrouve bien chahutée, sauf à être adepte de gros son agressif.

Côté attitude, pas un mot pour le public. Entre le cousin machin (Joshua Third) à la guitare, bien à l’abri derrière son abondante chevelure, et Farris Rotter protégé par une mèche très travaillée, on ne peut pas dire que The Horrors fassent preuve d’un charisme exceptionnel : ils font le boulot, point barre. Seul l’énergique bassiste, monté sur ressorts, surnage et semble prendre son pied en se dandinant en rythme.

"Primary Colours" et "I Can’t Control Myself" tirent leur épingle du jeu et réveillent des fans qui n’attendaient que ça. Puis le magnifique triptyque "New Ice Age", "Scarlet Fields", "I Only Think of You" tout en nuances, laisse enfin le chant libre à Faris Rotter et se taille un joli succès pour ce qui restera le meilleur moment du concert.

Le groupe va ainsi dérouler la quasi intégralité de leur deuxième album, plus leur single "Whole New Way" (figurant uniquement sur l’édition japonaise) avant de finir sur un "Sea Within a Sea" et sa chouette boucle électronique annonçant le déluge à venir.

Après une courte pause, l’heure est en effet venue d’un rappel cataclysmique, consacré à leur premier album Strange House, plus sombre, plus brut, plus noisy. Bassiste et clavier échangent leurs postes et le groupe bascule dans un mélange punk / métal déconcertant avant de finir dans un chaos de hurlements primaires.

Pourtant précédé d'une forte réputation scénique, il semble que le groupe accuse le coup d’une tournée un peu trop longue ; on reste donc sur l’impression mitigée d’un concert un peu décevant et physiquement éprouvant d’intensité, tout en se promettant très vite de ressortir le disque pour vérifier que l’on n’avait pas rêvé.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Moderne Incidental de Neïmo
Neimo en concert à Boule Noire (8 décembre 2008)
L'interview de Neïmo (17 septembre 2008)
Factory Floor en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Factory Floor en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre
Factory Floor en concert au Festival Villette Sonique # (édition 2014) - jeudi 5 juin
The Horrors en concert au Festival Les Trans 2006 (Jeudi)
The Horrors en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
The Horrors en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
The Horrors en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
The Horrors en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
The Horrors en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
The Horrors en concert au Grand Mix (samedi 10 décembre 2011)
The Horrors en concert au Festival International de Benicàssim #18 (jeudi 12 juillet 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de Neimo
Le Myspace de Factory Floor
Le site officiel de The Horrors
Le Myspace de The Horrors

Crédits photos : Philippe Siccardi (Toute la série sur Taste of Indie)


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Neimo (17 septembre 2008)


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=