Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La forêt des manes
Jean-Christophe Grangé  (Editions Albin Michel)  septembre 2009

Voilà un roman qui vaut son pesant de cacahuètes. Et ce, à plus d'un titre puisqu'il comporte pas moins de 500 pages grand format d'une intrigue touffue et labyrinthique qui ne s'autolimite pas en impasses digressives - de quoi occuper une semaine d'aléatoires et longs transports ferroviaires en temps de grève des cheminots - et que, dernier volet d'une ambitieuse trilogie, il ambitionne de clore, dixit l'auteur lui-même, "une remontée vers le Mal primitif et préhistorique", vers l'homme simiesque qui venait à peine de descendre de son arbre.

Il s'agit de "La forêt des mânes", dernier opus en date du Jean-Christophe Grangé, journaliste, scénariste et écrivain, auteur de thrillers qui lui ont valu le surnom de "Stephen King français", qui fait désormais partie des auteurs incontournables et des best-sellers de la rentrée littéraire.

L'héroïne est un juge d'instruction à la Eva Joly qui se comporterait comme un sniper ne rechignant pas à l'abus de fonction, sosie de Julianne Moore pour le physique, et hybride d'une Bridget Jones dépressive, qui se chausse chez Jimmy Choo pour aller au bureau et carbure au cocktail lexomil-effexor arrosé de thé et colmaté de quelques grains de riz, mâtinée d'une Lara Croft illuminée qui rêve de romance et de l'amour d'un homme qu'elle transformerait en noyau vital au fond d'elle-même, entendez un bébé car, "quand elle serait enceinte elle rejoindrait la secrète logique du cosmos. Elle accèderait à une intime compréhension de son être alors même qu'elle s'intègrerait au mécanisme de l'univers, elle entrerait en intelligence avec la vie".

En attendant cette ultime extase, elle abandonne une sale affaire de trafic d'armes au Timor oriental pour se lancer à la poursuite d'un serial-killer cannibale, avatar primitif d'Hannibal Lecter d'une telle sauvagerie que les délices antropophages de ce dernier paraissent un brin chichiteux, qui l'entraînera au fin fond de la junge sud-américaine pour un dénouement qui laissera un peu le lecteur sur sa faim (sic).

Entre temps, Jean-Christophe Grangé use de tous les registres, de la romance au gore, et puise dans des disciplines prolixes en délires pseudo-scientifiques, à savoir la génétique, l'anthropologie et la psychanalyse, pour broder une ébouriffante histoire basée sur un mythe fondateur vieux comme le monde, joli pléonasme, à savoir celui de la faute originelle du premier homme qui a mangé son père, - voir et lire à ce sujet, et en contrepoint, l'irrésistible et intelligent roman "Pourquoi j'ai mangé mon père" de Roy Lewis - que l'homme contemporain porterait en lui dans son cerveau archaïque comme une bombe à retardement et la théorie psychanalytique de la mécanique des pères.

Avec un sens certain du découpage cinétique, Jean-Christophe Grangé a instillé dans ce roman tous les ingrédients du grand spectacle qui laisse augurer d'une vraisemblable future adaptation pour le grand écran et dont le foisonnement, pour l'heure, est judicieux pour maintenir en éveil la curiosité du lecteur, toujours friand de plongée en apnée littéraire dans la perversion cauchemardesque et les représentations parfois lénifiantes du mal, et même celui-ci finit par perdre parfois le fil de l'intrigue, il n'a qu'une hâte, celle d'en connaître le dénouement.

Dès lors le rapport poids-qualité-prix (22,90 €) tient la route. Et puis, sachez lecteur que vous ferez de plus œuvre caritative puisque l'auteur avouait à une jolie blonde, grand reporter des soirées VIP pour un magazine qui aime le poids des mots et le choc des photos, que ce succès tombait à pic, au moment où il se trouve ruiné par son divorce.

 
A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du roman "Pourquoi j'ai mangémon père" de Roy Lewis


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure

On ne sait pas encore ce qui nous attend en 2021, espérons pouvoir enfin retourner voir des spectacles bientôt, en attendant on va essayer d'organiser de nouveaux des concerts en live sur notre chaine Twitch. On vous en parle bientôt. D'ici là, voici la sélection de la semaine.

Commençons par le sommaire et le replay de la Mare Aux Grenouilles #18

Du côté de la musique :

"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School
et toujours :
"Le cas très inquiétant de ton cri" de MelmACHello
"Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques" de Nicolas Jules
"L'allégresse" de DaYTona, la 200ème chronique de CycoLys
"Across the universe" Saison 2, Mix 7, encore un beau mix de Listen In Bed
"Hiver(s)" de Matthias Billard

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"Ali Baba" de Macha Makeieff
"Mon père avait raison" de Sacha Guitry
"Adieu Monsieur Haffmann" de Jean-Pierre Daguerre
"Le canard à l'orange" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Madame Arthur ose Bashung"

Expositions :

en virtuel :
"Picasso et la bande dessinée" au Musée Picasso
"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Soulages" à l'Espace Lympia
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay

Cinéma :

at home :
"Dim Sum Funeral" de Anna Chi
"Son of Sofia" d'Elina Psykou
"Fin du monde" de Carolina Hellsgård
"Brooklyn" de Pascal Tessaud
"Hôtel Fantôme" de Daniel Kehlmann
"Motherland" de Tomas Vengris
"La classe volante" de Kurt Hoffmann
et un regard vers le cinéma hollywoodien avec :
"Le plus grand cirque du monde" de Henry Hathaway
"Une étoile est née" de William Wellman
"La Taverne de la Jamaïque" d'Alfred Hitchcock
"Top Secret" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender
et toujours :
"59 rue des Archives" de Bruno Guermonprez, David Koperhant & Rebecca Zissmann
"Oeuvres complètes III" de Roberto Bolano
"Vox populi" de Thomas Harnois

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=