Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce PSYcause(s)
Théâtre du Marais  (Paris)  janvier 2010

Seul en scène écrit et interprété par Josiane Pinson dans une mise en scène de Daniel Berlioux.

"PSYcause(s)". Il y a bien évidemment du Lacan dans ce titre. Josiane Pinson, tantôt dans le rôle de la psychanalyste ou d'un des patients, s'amuse des psychoses, cause des psychanalystes, montre des causes de dysfonctionnements aussi bien chez l'analysé que chez son analyste.

Ce n'est pas non plus un hasard si la première scène montre une patiente qui, durant toute une séance, ne prononce pas le moindre mot; c'est pour mieux se tourner vers la personnalité de la psy, femme en proie à des doutes existentiels et personnage centrale de la pièce. Comment recevoir le message que l'autre exprime, surtout lorsqu'il est en miroir avec ses propres angoisses : la peur de vieillir, la séduction, le rapport à sa mère ou à sa fille... On est ici loin de la neutralité bienveillante, ou de l'écoute flottante.

Pourtant il ne s'agit nullement d'un cours sur les mécanismes de la psyché, même si les étapes de la cure psychanalytique y sont retranscrits avec sérieux, mais bel et bien d'un spectacle drôle, à l'humour souvent noir et mordant. Les patients sont psychotiques, névrosés, délirants. Quant à l'analyste, en plein épisode de crise dans sa vie personnelle, elle fait exploser allègrement les barrières de la déontologie.

Josiane Pinson, par son jeu, ses attitudes et sa diction, installe le public face à l'un ou l'autre de ses personnages sans jamais le perdre. Quant à la mise en scène de Daniel Berlioux, elle est simple mais d'une clarté évidente. Des éclairages discrets, quelques voix-off et l'utilisation d'accessoires, en particulier d'un fauteuil qui se transforme en divan, suffisent à ce que Josiane Pinson jongle avec ses personnages.

Josiane Pinson dépeint ses personnages avec compassion, et s'autorise la moquerie sans pourtant jamais tomber dans le sordide ou la cruauté gratuite. Ce spectacle intelligent, tout en épinglant une société dans laquelle le rapport de l'individu à autrui se construit de plus en plus sur un mode pathologique ou phobique, réussit à faire rire souvent tout en insufflant quelques questionnements bienvenus.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=