Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jukebox the Ghost - Adam Green
L'Aéronef  (Lille)  jeudi 11 février 2010

Adam Green, connu pour sa présence au sein des Moldy Peaches a commencé sa carrière solo en 2002. Dans la lignée anti-folk et lo-fi qu’il entretenait dans le groupe avec Kimya Dawson, avec des paroles aussi explicites que dépouillées de tout artifice musical, le duo s’est remarqué auprès des jeunes dans un registre de rock indépendant, mais s’est ensuite scindé en deux projets solo. Tandis que Kimya Dawson regroupe dans un style plus underground les fans anti-folk, Adam Green voit sa réputation grandir au fur et à mesure de ses albums.

Découvert par certains avec le titre "Anyone Else but You" (Moldy Peaches), bande titre du film américain Juno, Adam Green a en tout cas rempli le petit club de l’Aéronef de Lille, qui débordait d’énergie et de présence.

En première partie, Jukebox the Ghost mérite que l’on s’attarde sur leur musique qui a véritablement enflammé le public et remplit complètement son rôle de début de concert à tel point que nombre de personnes se sont ruées sur l’album en fin de partie. Un mélange de pop-punk disco des années 60, une dextérité musicale incontestable. Même si leur musique est relativement banale, le trio joue de sa proximité avec le public pour l’emporter sur quelques notes de piano ou dans les levées de batterie. Leur joie de vivre et leur fraîcheur d’ado talentueux plein d’optimisme laissent d’ailleurs percevoir à la fin du set quelques inquiétudes dans la foule pour les moins connaisseurs d’Adam Green, à savoir la peur de préférer la première partie à la principale.

Mais leur peur semble vite ravalée ! Ce sont les premiers surpris, pris à crier dès les premiers morceaux. Le gars est un personnage. Plein de charisme, de culot, de personnalité... Il arrive clairement déjà bien empreint par l’alcool et son public l’accueille chaleureusement. Très vite, il débute et sa voix grave reconnaissable entre mille soulève la foule. Il va très rapidement à la rencontre de son public, profite de la petitesse du lieu pour s’avancer, jouer avec ses musiciens, entre deux trois titubations volontaires ou non.

Un mélange de rock blues, des paroles modernes, simples, allant droit au but. Dans un mouvement enthousiaste, il se jette dans la foule, et se fait porter jusqu’au bout de salle puis revient avec les marques d’ongle sur le corps. Cela ne semble pas le perturber, puisqu’il recommence un peu plus tard, sans stopper sa chanson pour autant.

Alors, on aime ou on aime pas. Mais on ne reste pas indifférent à la présence de Green sur scène. Son show à l’américaine représente 50% de sa prestation, mais sa voix de crooner assure tant dans ses balades acoustiques que dans ses délires les plus fous. Un spectacle touchant, presqu’humoristique par moment, et pas de tout repos. Il offre par ailleurs à ses fans de longue date des morceaux plus anciens alternés avec les plus récents, une set-list dynamique qui s’enchaîne parfaitement, avec "You get so lucky", ou encore "Broadcast beach", "Emily", "Tropical Island"... Certains morceaux font véritablement frémir le public au plus profond, les plus sceptiques semblent envoûtés.

Le gars est un personnage. Assurément. Il lâche son micro, s’approche trop près des enceintes, manque de s’étaler par terre, mais sa performance vocale reste toujours impeccable et son énergie incroyable.

Il finit son concert torse nu, épuisé, après plusieurs rappels. Il rentre dans l’arrière-scène après avoir embrassé à pleine bouche une demoiselle de la foule. Beaucoup restent épâtés de la performance à laquelle ils viennent d’assister. Un aller/retour très rock n’roll auquel ils ne s’attendaient sans doute pas, mais les fans sont en tout cas comblés.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Safe Travels de Jukebox the Ghost
La chronique de l'album Friends of mine de Adam Green
La chronique de l'album Jessica de Adam Green
La chronique de l'album Gemstones de Adam Green
La chronique de l'album Jacket full of danger de Adam Green
La chronique de l'album Sixes & Sevens de Adam Green
La chronique de l'album Engine of Paradise de Adam Green
Adam Green en concert à La Cigale (7 juin 2003)
Adam Green en concert à Mains d'Oeuvres (26 mai 2003)
Adam Green en concert à La Maroquinerie (1er mars 2004)
Adam Green en concert à La Cigale (12 avril 2006)
Adam Green en concert à La Maroquinerie (24 septembre 2007)
Adam Green en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
L'interview de Adam Green (7 juin 2003)
L'interview de Adam Green (mars 2004)
L'interview de Adam Green (7 juin 2005)
L'interview de Adam Green (7 février 2006)

En savoir plus :
Le Myspace de Jukebox the Ghost
Le site officiel de Adam Green
Le Myspace de Adam Green


Marion Agé         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er juin 2020 : Retour à la réalité
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=