Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jukebox the Ghost - Adam Green
L'Aéronef  (Lille)  jeudi 11 février 2010

Adam Green, connu pour sa présence au sein des Moldy Peaches a commencé sa carrière solo en 2002. Dans la lignée anti-folk et lo-fi qu’il entretenait dans le groupe avec Kimya Dawson, avec des paroles aussi explicites que dépouillées de tout artifice musical, le duo s’est remarqué auprès des jeunes dans un registre de rock indépendant, mais s’est ensuite scindé en deux projets solo. Tandis que Kimya Dawson regroupe dans un style plus underground les fans anti-folk, Adam Green voit sa réputation grandir au fur et à mesure de ses albums.

Découvert par certains avec le titre "Anyone Else but You" (Moldy Peaches), bande titre du film américain Juno, Adam Green a en tout cas rempli le petit club de l’Aéronef de Lille, qui débordait d’énergie et de présence.

En première partie, Jukebox the Ghost mérite que l’on s’attarde sur leur musique qui a véritablement enflammé le public et remplit complètement son rôle de début de concert à tel point que nombre de personnes se sont ruées sur l’album en fin de partie. Un mélange de pop-punk disco des années 60, une dextérité musicale incontestable. Même si leur musique est relativement banale, le trio joue de sa proximité avec le public pour l’emporter sur quelques notes de piano ou dans les levées de batterie. Leur joie de vivre et leur fraîcheur d’ado talentueux plein d’optimisme laissent d’ailleurs percevoir à la fin du set quelques inquiétudes dans la foule pour les moins connaisseurs d’Adam Green, à savoir la peur de préférer la première partie à la principale.

Mais leur peur semble vite ravalée ! Ce sont les premiers surpris, pris à crier dès les premiers morceaux. Le gars est un personnage. Plein de charisme, de culot, de personnalité... Il arrive clairement déjà bien empreint par l’alcool et son public l’accueille chaleureusement. Très vite, il débute et sa voix grave reconnaissable entre mille soulève la foule. Il va très rapidement à la rencontre de son public, profite de la petitesse du lieu pour s’avancer, jouer avec ses musiciens, entre deux trois titubations volontaires ou non.

Un mélange de rock blues, des paroles modernes, simples, allant droit au but. Dans un mouvement enthousiaste, il se jette dans la foule, et se fait porter jusqu’au bout de salle puis revient avec les marques d’ongle sur le corps. Cela ne semble pas le perturber, puisqu’il recommence un peu plus tard, sans stopper sa chanson pour autant.

Alors, on aime ou on aime pas. Mais on ne reste pas indifférent à la présence de Green sur scène. Son show à l’américaine représente 50% de sa prestation, mais sa voix de crooner assure tant dans ses balades acoustiques que dans ses délires les plus fous. Un spectacle touchant, presqu’humoristique par moment, et pas de tout repos. Il offre par ailleurs à ses fans de longue date des morceaux plus anciens alternés avec les plus récents, une set-list dynamique qui s’enchaîne parfaitement, avec "You get so lucky", ou encore "Broadcast beach", "Emily", "Tropical Island"... Certains morceaux font véritablement frémir le public au plus profond, les plus sceptiques semblent envoûtés.

Le gars est un personnage. Assurément. Il lâche son micro, s’approche trop près des enceintes, manque de s’étaler par terre, mais sa performance vocale reste toujours impeccable et son énergie incroyable.

Il finit son concert torse nu, épuisé, après plusieurs rappels. Il rentre dans l’arrière-scène après avoir embrassé à pleine bouche une demoiselle de la foule. Beaucoup restent épâtés de la performance à laquelle ils viennent d’assister. Un aller/retour très rock n’roll auquel ils ne s’attendaient sans doute pas, mais les fans sont en tout cas comblés.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Safe Travels de Jukebox the Ghost
La chronique de l'album Friends of mine de Adam Green
La chronique de l'album Jessica de Adam Green
La chronique de l'album Gemstones de Adam Green
La chronique de l'album Jacket full of danger de Adam Green
La chronique de l'album Sixes & Sevens de Adam Green
Adam Green en concert à La Cigale (7 juin 2003)
Adam Green en concert à Mains d'Oeuvres (26 mai 2003)
Adam Green en concert à La Maroquinerie (1er mars 2004)
Adam Green en concert à La Cigale (12 avril 2006)
Adam Green en concert à La Maroquinerie (24 septembre 2007)
Adam Green en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
L'interview de Adam Green (7 juin 2003)
L'interview de Adam Green (mars 2004)
L'interview de Adam Green (7 juin 2005)
L'interview de Adam Green (7 février 2006)

En savoir plus :
Le Myspace de Jukebox the Ghost
Le site officiel de Adam Green
Le Myspace de Adam Green


Marion Agé         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=